Une démocratie fragile en Tunisie

Dix ans après que l’auto-immolation d’un jeune vendeur de rue ait contribué à catalyser la révolution tunisienne qui a renversé son chef autoritaire et inspiré des mouvements de protestation à travers le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, la démocratie tunisienne est à un tournant. Bien que les Tunisiens soient désormais libres de choisir leurs dirigeants, qu’ils aient organisé de nombreuses élections et puissent ouvertement critiquer le gouvernement, les rêves de soulèvement ne se sont pas concrétisés une décennie plus tard alors que les inégalités, le chômage et la médiocrité des services persistent.

Malgré une évolution démocratique encourageante, l’économie a stagné, la corruption reste un problème grave et les dirigeants politiques sont profondément divisés, paralysés dans la prise de décisions qui pourraient améliorer la vie d’une population de plus en plus aliénée et apathique. De façon inquiétante, la Tunisie continue d’être affligée des mêmes fissures qui ont déclenché la révolution.

Des questions demeurent en particulier quant à savoir si le gouvernement peut livrer «les biens» au public. Malgré un plan de décentralisation ambitieux susceptible d’améliorer la prestation de services et de responsabiliser la gouvernance locale, peu de choses ont été accomplies à court terme sur ce front, ce qui rend difficile la démonstration des progrès, non seulement en matière de transfert de pouvoir, mais avec une distribution prise de décision, qui sont au cœur des divisions tunisiennes. Et les gens en sont fâchés.

PUBLICITÉ
La confiance des citoyens dans l’establishment politique est au plus bas, 87% des Tunisiens considérant que le pays va dans la mauvaise direction. (Il s’agit d’une augmentation de 20% par rapport aux élections de 2019 – et les Tunisiens les plus pessimistes se préoccupent de la direction de leur pays depuis 2011.) L’électorat reste profondément mécontent des partis au pouvoir. Interrogés sur les réalisations les plus importantes du gouvernement national en 2020, 75% des Tunisiens ont déclaré qu’il n’avait rien accompli et plus de 50% souhaitent voir de nouveaux partis politiques lors des prochaines élections .

Ils reprochent aux parties de ne pas avoir résolu l’exclusion socio-économique profonde, les inégalités régionales, le chômage élevé, la corruption et la dette croissante à la suite du COVID-19. Alors que le chômage devrait atteindre 20 pour cent – avec un chômage des jeunes grimpant à 37 pour cent (plus qu’en 2010) – l’économie reste une priorité absolue pour les Tunisiens qui sont de plus en plus incapables de joindre les deux bouts.

La Tunisie a enregistré son déficit budgétaire le plus élevé en 40 ans en 2020 en raison d’une augmentation de 4 milliards de dollars des dépenses en réponse à la crise sanitaire engendrée par la pandémie. Le PIB de la Tunisie devrait s’être contracté de 8% en 2020 à cause de Covid-19. Et la politique reste divisée avec un président extérieur, Kais Saied, qui n’est ni lié à un parti ni à une majorité parlementaire, et dont l’efficacité est minée par des luttes et des divisions politiques, y compris des rivalités croissantes avec Rached Ghannouchi, leader du mouvement Ennahda.

La démission de l’ancien Premier ministre Elies Fakhfakh à la suite d’allégations de corruption, la nomination du nouveau Premier ministre Hichem Mechichi et la manière dont le nouveau gouvernement a été formé, ainsi que le fossé ouvert entre le parlement et le président, ont exacerbé les tensions. L’attrait croissant de personnalités contre-révolutionnaires populistes comme le chef du parti du Destourien libre Abir Moussi, qui plaide pour un retour à l’homme fort, indique une fracture critique et plus existentielle qui s’est installée, signalant un changement potentiel dans la manière de faire de la politique en Tunisie. La fragmentation et la polarisation des partis, ainsi que le culte des personnalités, ont contrecarré les politiques de négociation qui ont permis à la jeune démocratie tunisienne de maintenir le cap.

L’un des plus grands échecs du gouvernement a été de faire face aux problèmes qui crient toujours à l’attention, à savoir les inégalités régionales persistantes. En effet, la frustration se propage dans le sud et le centre, le bassin de phosphate en particulier, où les manifestants continuent d’exiger des emplois et des investissements dans la région. La suspension de la production de gaz, de pétrole et de phosphate qui en a résulté a paralysé l’économie. Les régions de l’intérieur, volontairement marginalisées pendant les périodes Zine Abidine Ben Ali et Habib Bourguiba, ont été durement touchées par la pandémie, qui a aggravé et approfondi la fracture entre le littoral et l’intérieur. Cette même marginalisation interne a été l’un des principaux moteurs de la révolution de 2011. Oubliée, la dynamique court le risque de perpétuer l’instabilité et de créer de nouveaux troubles.

La démocratie est encore fragile en Tunisie et les défis sont de taille. Le Premier ministre Mechichi doit gérer les tensions entre la présidence et le parlement. Le chaos parlementaire augmente, tout comme la désaffection des citoyens envers le gouvernement. Aujourd’hui, seuls 41% des Tunisiens estiment que la démocratie est la meilleure forme de gouvernement possible pour la Tunisie, tandis que 50% pensent que d’autres formes de gouvernement pourraient être ou sont meilleures que la démocratie . Le modèle collégial-contradictoire adopté par les formations politiques laïques et islamiques et unique dans la création d’un espace commun est confronté à de graves tensions. Sans aborder cette rupture, la Tunisie risque de s’engager, pour la première fois en 10 ans d’existence démocratique, sur une voie de non-retour.

Patricia Karam est directrice régionale du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord à l’Institut républicain international qui œuvre pour la promotion de la démocratie.

The Hill, 12 jan 2021

Tags : Tunisie, démocratie, printemps arabe, gouvernance,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
28 ⁄ 14 =