À l’occasion du 10e anniversaire du printemps arabe, la Tunisie ouvre la voie à la démocratie

Publicités

Le 14 janvier marquera le 10e anniversaire du printemps arabe, qui a commencé avec le renversement par les Tunisiens du régime de l’homme fort de longue date Zine el-Abidine Ben Ali en 2011.

Publicités

Le printemps arabe, qui a balayé l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient, a été un moment d’espoir que la région s’oriente vers un avenir plus libre et plus démocratique. Malheureusement, cet espoir s’est estompé dans la plupart des pays.

Les Tunisiens ont également subi beaucoup de déceptions depuis lors. Néanmoins, la Tunisie reste une exception notable , car le pays continue de poursuivre les objectifs démocratiques et économiques de sa révolution.

Certes, la démocratie tunisienne est fragile et toujours en développement, et le processus de réforme économique a été pour le moins difficile.

Comme l’a résumé la Banque mondiale , «la Tunisie reste un pays de contrastes: si d’importants progrès ont été accomplis dans la transition politique vers un système de gouvernance ouvert et démocratique, la transition économique n’a pas suivi le rythme».

En 2014, le pays a fait d’énormes progrès en adoptant une nouvelle constitution , puis en organisant ses premières élections législatives et présidentielles complètes en vertu de cette constitution.

Comme pour toute jeune démocratie, le gouvernement tunisien continue de faire face à des tâches redoutables. Au sommet de la liste des choses à faire du gouvernement figurent la revitalisation de l’économie et le renforcement de la confiance du public dans une démocratie naissante .

C’est un défi de taille, et sur le front économique plus large, les réformes structurelles doivent être menées de manière plus décisive pour montrer que la démocratie peut apporter une prospérité mesurable pour le Tunisien ordinaire.

Selon la dernière édition de annuelle du patrimoine Fondation Indice de liberté économique , la liberté économique de la Tunisie score est 55,8 sur 100, ce qui rend son économie la 128 e -freest dans le monde. Son score global a légèrement augmenté en raison d’une amélioration des droits de propriété et d’autres indicateurs de l’état de droit.

Cependant, les dirigeants politiques et les décideurs politiques tunisiens devront continuer à travailler avec la société civile et la jeunesse du pays pour faire fonctionner son économie, en particulier dans les domaines politiques d’ouverture des marchés et d’efficacité réglementaire.

Pour le cercle de Washington qui élabore la politique étrangère, l’adhésion de la Tunisie à la démocratie fait du pays un atout essentiel d’une valeur potentielle inexploitée. Une Tunisie stable et démocratique fournit non seulement aux États-Unis un allié stratégique, mais sert également de modèle aux futures démocraties de la région.

Depuis la révolution de janvier 2011, le soutien américain à la Tunisie s’est concentré sur des questions ciblées, notamment la garantie et le renforcement de la sécurité intérieure et extérieure, la promotion des pratiques démocratiques et de la bonne gouvernance, et le soutien d’une croissance économique durable.

Le succès de la poursuite ascendante de la démocratie et de la liberté économique en Tunisie sera également un succès pour les États-Unis.

Dans un commentaire du Washington Post de 2015, Kim Holmes de la Heritage Foundation a plaidé en faveur de la Tunisie en tant que partenaire stratégique naturel et important pour les États-Unis dans une région où des alliés stables et démocratiques sont rares et indispensables.

En effet, les États-Unis ont été un partenaire solide pour la Tunisie, l’un des 17 principaux alliés américains non membres de l’OTAN, tout au long de leur tentative de concrétiser la promesse du printemps arabe.

La Tunisie a combattu efficacement l’Etat islamique et les groupes terroristes d’Al-Qaïda, alors même que la Libye voisine a connu une instabilité et un effondrement économique beaucoup plus profonds.

Le monde a radicalement changé depuis 2011. Pourtant, un partenariat stratégique et durable entre les États-Unis et la Tunisie reste essentiel pour parvenir à une Tunisie pacifique, démocratique et prospère qui soit un allié américain fiable et fort au milieu d’une région tumultueuse.

Des partenaires efficaces et stratégiques travaillent ensemble pour faire des choix difficiles dans la résolution de gros problèmes et la conduite de changements importants. Cela est vrai pour les relations de la Tunisie avec l’Amérique .

Source : The Daily Signal, 12 jan 2021

Tags : Tunisie, printemps arabe, démocratie,

Publicités

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
8 × 1 =