Une décennie après le printemps arabe, ces militants trouvent de nouvelles façons de lutter pour le progrès

PAR JOSEPH HINCKS

Le printemps arabe a commencé en Tunisie, où 28 jours de manifestations ont mis fin à 24 ans de régime dictatorial. Le lendemain, 15 janvier 2011, des étudiants au Yémen ont appelé à des manifestations contre l’homme fort là-bas. Un dictateur est tombé en Egypte, puis en Libye. Un changement de saison semblait amener la démocratie dans une partie aride de la planète où elle ne s’était jamais vraiment épanouie.

Cela s’est avéré un faux ressort. Aujourd’hui, l’Égypte a un dictateur différent, et le Yémen, la Libye et la Syrie ont des guerres. Mais continuez à lire. La passion du changement – pour la dignité – perdure dans la génération qui a ouvert la voie dans la rue il y a dix ans.

Lara Sabra, 22 ans, Liban

Avant même le décompte des votes, le siège de campagne improvisé du Secular Club près de l’Université américaine de Beyrouth (AUB) a sonné des chants de «Révolution! Pour la première fois depuis la fin de la guerre civile au Liban en 1990, un parti non affilié aux dirigeants sectaires du pays était sur le point de remporter des élections étudiantes.

«Je n’avais jamais imaginé que nous gagnerions autant de sièges que nous», déclare Lara Sabra, la présidente du club. «Même si l’idéologie politique du club est devenue plus populaire maintenant, c’était quand même surprenant.» C’était aussi une tendance. Les indépendants ont remporté 4 des 9 sièges à l’Université Rafik Hariri, 14 sur 30 à l’Université libanaise américaine et 85 sur 101 à l’Université St. Joseph.

Les élections étudiantes au Liban – où il n’y a pas de sondage fiable – sont souvent considérées comme un indicateur du sentiment national. Ils peuvent aussi être des affaires instables: ils n’ont pas eu lieu à l’AUB pendant la guerre civile qui a duré 15 ans au Liban, au cours de laquelle son campus a été bombardé. Pas plus tard qu’en 2007, quatre étudiants ont été tués dans des affrontements armés à la suite d’une dispute politique sur le campus de l’Université arabe de Beyrouth.

Les élections de 2020 sont survenues dans un contexte de désillusion généralisée face à la politique sectaire du Liban. Plus de la moitié de la population du pays vit actuellement dans la pauvreté et, en décembre, sa monnaie valait 20% de sa valeur un an auparavant. Même avant que le gouvernement néglige les explosifs stockés n’entraîne une explosion massive en août qui a tué plus de 200 personnes, de jeunes manifestants qui s’étaient réunis pour la première fois près d’un an plus tôt, en octobre 2019, exigeaient la démission de tous les représentants politiques. Sabra dit que le système basé sur le favoritisme qui caractérise la politique nationale du Liban s’était également répandu dans la politique étudiante. Dans le passé, la politique du campus était «transactionnelle», les partis établis «échangeant des examens ou des banques de test antérieurs, qui ne sont pas largement disponibles, pour un vote», dit-elle.

Que pourraient laisser présager ces changements dans la politique des campus pour les élections législatives libanaises, prévues en 2022? Un seul candidat indépendant a remporté les élections de 2018, les électeurs étant restés fidèles au système sectaire qu’ils blâment également pour la descendance du pays. L’âge du vote, à 21 ans, et l’absence d’une opposition unifiée posent un défi, dit Sabra.

Son propre engagement en politique a commencé au lycée, lorsqu’elle a créé un club féministe qui a demandé avec succès au doyen de l’école de réviser une politique d’uniforme sexiste et a mené une campagne de sensibilisation à la culture du viol. À l’AUB, elle a découvert que le Secular Club réunissait le féminisme et des causes comme l’environnementalisme et les droits démocratiques.

Mais Sabra dit que ce qui l’a galvanisée a été de voir la place des Martyrs à Beyrouth le 17 octobre 2019, remplie de manifestants qui sont revenus semaine après semaine. «Je l’avais imaginé, mais je ne pensais pas que cela pouvait arriver», dit-elle. «Ce moment m’a fait penser la politique d’une manière différente; cela m’a montré qu’il est possible qu’un changement politique se produise.

Ali Mnif, 34 ans, Tunisie

Comme ses frères aînés l’avaient déjà fait, Ali Mnif se préparait à quitter la Tunisie fin 2010, lorsqu’un vendeur du nom de Mohamed Bouazizi s’est immolé par le feu après avoir été humilié par les autorités de la ville. Les Tunisiens ont répondu en marchant avec tant d’insistance contre les indignités de la corruption, du chômage et du manque de liberté politique que le président Zine el-Abidine Ben Ali s’est enfui. «Je suis resté à cause de ce moment. Parce que, pour la première fois, nous avons été responsabilisés », se souvient Mnif. «Nous ne nous attendions jamais à ce que [Ben Ali] parte. Jamais. »

Avec des élections libres et équitables, la Tunisie est la seule «réussite» du printemps arabe. Mais les Tunisiens constituaient le plus grand groupe de combattants à avoir rejoint le califat autoproclamé de l’Etat islamique. En 2019, 85% des chômeurs avaient moins de 35 ans. Depuis 2011, quelque 100 000 personnes ont déménagé à l’étranger.

«Nous avons continué à nous demander: est-ce que la seule façon pour nous de nous exprimer à nouveau pour quitter le pays? dit Mnif, qui est resté et, avec plusieurs de ses contemporains, s’est mis à analyser les goulots d’étranglement retenant les Tunisiens entrepreneurs. Deux ans de recherches minutieuses plus tard, la loi tunisienne sur les startups est née: un ensemble de 20 lignes directrices visant à rendre l’environnement des affaires plus transparent et méritocratique. Adoptée à la quasi-unanimité en avril 2018, la loi est «l’une des plus progressistes du genre au monde», déclare Mohamed El Dahshan, économiste du développement affilié à la Chatham House de Londres.

Le passage est venu avec un alignement favorable de plusieurs facteurs, qui découlaient tous de la révolution. Le plus jeune Premier ministre tunisien, Youssef Chahed, alors âgé de 42 ans, était au pouvoir; le ministre des technologies de la communication et de la transformation numérique du parti islamiste Ennahda a pris part tôt; et un mois avant les élections municipales, personne ne voulait être vu bloquant les perspectives des jeunes.

Mnif reconnaît que la plupart des avantages de la loi sur les startups profiteront aux diplômés universitaires plutôt qu’à la classe ouvrière tunisienne. Pourtant, les réformes ont déjà porté leurs fruits. La Tunisie a enregistré quelque 380 nouvelles startups en vertu de la loi. Les startups établies en ont également bénéficié, comme InstaDeep, fondée par des Tunisiens et basée à Londres, qui vient de signer un accord pour construire un laboratoire commun avec l’allemand BioNTech, qui a développé un vaccin COVID-19 avec Pfizer; et nextProtein franco-tunisien, pionnier des insectes comme source de nourriture.

En 2013, Mnif a écrit un essai sur ce que sa génération devrait abandonner pour la Tunisie. «Les gens ont compris ce sacrifice de différentes manières: certains se sont sacrifiés en allant en Syrie; certains ont traversé la Méditerranée », dit-il maintenant. «Pour moi, essayer de reconstruire les institutions de votre pays: c’est le plus grand sacrifice que vous puissiez faire.»

Nada Majdalani, 36 ans, Territoires palestiniens

Par une chaude journée d’été en 2017, la famille d’un garçon de 5 ans nommé Mohamed al-Sayis a fait un voyage à la plage pour échapper aux dures réalités de la vie à Gaza. Ses parents ne savaient pas qu’un ruisseau voisin se jetant dans la mer était plein d’eaux usées brutes. Ce soir-là, toute la famille est tombée malade – et en 10 jours, Mohamed était mort.

Ainsi a commencé le discours que Nada Majdalani, le directeur palestinien d’Eco-Peace Middle East, a prononcé en mai 2019 au Conseil de sécurité de l’ONU. Assise entre le directeur israélien de l’organisation et son directeur jordanien, elle a expliqué comment les eaux usées qui ont empoisonné Mohamed ont forcé l’usine de dessalement israélienne d’Ashkelon à se déconnecter – étouffant 15% de l’approvisionnement en eau d’Israël. C’était une illustration frappante de ce qui relie trois juridictions si souvent en désaccord.

«Je vois notre région comme le Titanic » , dit Majdalani. «Il y a des gens assis en première classe avec le champagne et les salles de bal, et des gens qui sont au fond du navire. Mais une fois que l’iceberg frappe: tout le monde coule.

EcoPeace est une initiative conjointe israélo-jordanienne-palestinienne formée en 1994, un an après la signature des accords d’Oslo, qui a laissé l’eau comme une question de statut final à résoudre. Eco-Peace a commencé à y remédier immédiatement. La réalisation historique du groupe est de persuader les trois gouvernements de commencer à éliminer les polluants du Jourdain, et Israël de libérer plus d’eau dans le fleuve épuisé de la mer de Galilée. Dans tout le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, un approvisionnement insuffisant en eau et en assainissement coûte environ 21 milliards de dollars par an en pertes économiques, selon un rapport de 2017 de la Banque mondiale. Les analystes considèrent de plus en plus le stress environnemental comme un facteur de troubles sociaux et de guerre.

Wim Zwijnenburg, un chef de projet pour l’organisation de paix néerlandaise PAX, dit que bien que la relation entre le changement climatique et le conflit soit complexe, il existe une «dynamique qui se renforce mutuellement» entre les deux. «Les guerres et les conflits armés entraînent la destruction à grande échelle des ressources naturelles telles que les forêts et les sources d’eau tout en érodant les infrastructures de l’État qui garantissent la protection de l’environnement.»

Les différends concernant le contrôle de l’eau du Jourdain ont contribué au déclenchement de la guerre des Six jours en 1967, année où Israël a commencé à occuper les territoires palestiniens. En 2020, le soi-disant plan de paix du président Trump au Moyen-Orient, qui penche fortement vers Israël, a menacé un protocole d’accord prévu en s’aliénant à la fois les Palestiniens et les Jordaniens. «Juste au moment où nous arrivions au point où nous pouvions réellement réunir les trois gouvernements pour signer, les réalités géopolitiques ont empêché que cela se produise», dit Majdalani.

Le blocage politique a conduit l’équipe de Majdalani à redoubler d’approches auprès du secteur privé. Jusqu’à présent, des études de faisabilité pour deux projets palestiniens, deux projets jordaniens et deux projets transfrontaliers ont été achevées.

Et en décembre, EcoPeace a lancé son initiative la plus ambitieuse à ce jour: un plan directeur régional appelé Green Blue Deal pour le Moyen-Orient . Inspiré par le Green New Deal proposé par les législateurs progressistes américains et le plan historique de dépenses vertes de 572 milliards de dollars de l’Union européenne, il est «un reconditionnement de ce qu’Eco-Peace fait déjà sur le lien eau-énergie», dit Majdalani.

Au Conseil de sécurité, les ambassadeurs israélien et palestinien ont salué Eco-Peace. «Je suis sortie ce jour-là très fière de ce que nous faisons», dit-elle. «Cela m’a fait sentir que tout était possible.»

Mohamad Najem, 39 ans, Liban

Lorsque la police jordanienne a dispersé par la force les manifestations contre la rémunération des enseignants en juillet, arrêtant les 13 membres du conseil d’administration du Syndicat des enseignants de Jordanie pour des motifs douteux, elle a également battu des journalistes couvrant les manifestations. Tout comme les vidéos de ces passages à tabac ont commencé à circuler en ligne, Facebook Live a mystérieusement cessé de fonctionner.

Ce n’était pas le genre de chose que Mohamad Najem s’est vu sonder en 2008 lorsqu’il a cofondé SMEX, une organisation à but non lucratif basée à Beyrouth, qui vise à aider les blogueurs à capitaliser sur les plateformes de médias sociaux émergentes. Mais alors que les gouvernements de la région s’enfonçaient plus profondément dans le cyberespace qui avait autrefois fourni un refuge aux dissidents, le travail de Najem s’est élargi pour les rencontrer sur le nouveau champ de bataille.

Dans le cas de la manifestation jordanienne, c’est le gouvernement, et non Facebook lui-même, qui avait bloqué l’accès à Facebook Live. Mais en juin, SMEX est allé au fond de la suppression par Facebook des images d’une autre manifestation: une manifestation antigouvernementale rare dans le sud-ouest de la Syrie. Une société basée au Royaume-Uni ayant des liens avec le régime syrien d’Assad avait «rapporté en masse» des vidéos des manifestations, affirmant qu’elles violaient un droit d’auteur qu’elle détenait. L’enquête de SMEX a révélé que l’entreprise avait acheté la licence de ces images à un tiers non divulgué dans la région. Après un appel avec SMEX, Facebook a supprimé les droits d’auteur de l’entreprise et a pris des mesures pour rendre plus difficile pour les autres l’achat de telles licences. «Facebook a répondu et nous avons résolu ce problème», déclare Najem. «Mais… les entreprises auraient déjà dû être au top.»

Lors des soulèvements d’il y a dix ans, les plateformes de médias sociaux ont été cruciales pour les manifestants, qui ont utilisé Facebook et Twitter pour faire connaître les outrages et appeler les gens dans la rue. Aujourd’hui, les gouvernements autoritaires utilisent leur pouvoir pour empêcher la dissidence et traquer les critiques sur les mêmes plateformes. Les entreprises de médias sociaux qui se prélassent à l’image de la liberté sont, en fait, des entreprises obligées de fonctionner selon les lois de tout pays où elles opèrent. «Nous sommes dans une situation où les entreprises qui ont stimulé la liberté d’expression dans notre région sont les mêmes entreprises qui limitent et censurent maintenant une grande partie du contenu qui dit la vérité au pouvoir», dit Najem. Il note que ce n’est qu’en 2014 que Facebook a embauché un responsable de la politique pour la région. Et comme pour Google et Twitter, son siège régional est aux Emirats Arabes Unis, une monarchie absolue avec un dossier exhaustif de suppression de la dissidence au niveau national et à travers la région. «Ce n’est un secret pour personne qu’une taupe saoudienne a opéré à l’intérieur de Twitter pendant plusieurs années», dit Najem. «Si les Saoudiens peuvent faire cela au bureau de Twitter dans la Silicon Valley, imaginez combien il est plus facile pour l’Arabie saoudite ou les EAU de le faire à Dubaï.»

Début 2020, des militants syriens ont lancé une campagne pour dénoncer la décision de Facebook de désactiver des milliers de comptes et de pages anti-Assad qui documentaient des crimes de guerre depuis 2011, sous prétexte de supprimer du contenu terroriste. En juin, Facebook a supprimé plus de 60 comptes d’activistes, de journalistes et de musiciens tunisiens sur peu de preuves, selon une lettre ouverte signée par SMEX et de nombreux autres groupes de la société civile de la région; et en octobre dernier, Twitter a suspendu en masse les comptes des dissidents égyptiens vivant en Egypte et dans toute la diaspora, immédiatement après l’éruption des manifestations anti-Sissi en Egypte.

Pendant ce temps, les gouvernements du Moyen-Orient élargissent les lois sur la cybercriminalité et le terrorisme pour réduire l’espace disponible pour la dissidence. Rien qu’en 2020, la Turquie a arrêté des centaines de personnes pour des publications Facebook «provocantes» à propos du COVID-19. Le fait d’exprimer son soutien en ligne pour le Qatar peut justifier une peine de prison pouvant aller jusqu’à 15 ans chez son rival, les EAU. L’Arabie saoudite est devenue connue pour avoir déployé des «armées de trolls» soutenues par l’État pour écraser les critiques et menacer les dissidents. Et depuis 2019, le simple fait de suivre un dissident sur Twitter est passible de cinq ans de prison à Bahreïn.

La nouvelle loi de Bahreïn n’est que l’une des centaines suivies par la plus grande initiative de Najem à ce jour. Lancée en 2019, la spin-off Cyrilla de SMEX comprend une base de données visuelle des nouvelles lois adoptées ou à l’étude dans le monde entier qui freinent la libre expression en ligne. La compilation de la base de données en anglais-arabe n’est que la première phase, dit Najem – la seconde consiste à créer des affaires juridiques pour contester l’application de lois censurées devant les tribunaux.

Najem rit du son archaïque de SMEX, acronyme de Social Media Exchange. Plus approprié est Bread & Net, celui qu’il a donné à sa «non-conférence» numérique annuelle, qui, depuis 2018, a réuni des centaines de journalistes, hackers, experts en droits de l’homme et décideurs politiques de la région pour discuter de la confidentialité, de la sécurité numérique et de la surveillance dans la région. Bread & Net exprime à quel point Internet est fondamental dans la vie quotidienne. Malgré les restrictions croissantes, Najem se dit optimiste car il y a une plus grande prise de conscience de l’urgence de repousser.

«Dans les pays où il n’y a pas de démocratie, il n’y a pas de concept d’espace civique», dit-il. «L’espace en ligne est vraiment le seul que les gens peuvent utiliser pour s’exprimer – pour faire n’importe quoi.

Shaimaa, 23 ans, Irak

«Tout le monde me disait que je devais le respecter et toujours lui dire oui», dit Shaimaa à propos du mari violent qu’elle a épousé en 2015, à 17 ans. «J’avais l’impression d’être dans une prison.

C’était censé être un sanctuaire. Sa famille était arrivée au camp de Baharka au Kurdistan irakien pour les personnes déplacées à l’intérieur de leur pays l’année précédente, après que l’Etat islamique ait attaqué leur ville natale dans la région montagneuse de Sinjar en Irak. En tant que fille aînée, Shaimaa pensait que se marier au camp offrirait à ses proches un semblant de stabilité. Mais lorsqu’elle a commencé à organiser des jeux et des activités pour les enfants, le spectacle d’une femme jouant un rôle si important dans la vie publique était trop pour beaucoup des 4 700 résidents du camp, notamment son mari. Shaimaa avait commencé le travail pour s’assurer que son frère, atteint du syndrome de Down et paraplégique, ne deviendrait pas isolé socialement. Lorsqu’il est décédé à 11 ans en 2016, elle était épuisée émotionnellement et a demandé le divorce, contre la volonté de ses proches. La censure n’a fait qu’augmenter.

Shaimaa a refusé. Elle a écrit un article sur ses expériences de fuite de l’Etat islamique et la violence à laquelle elle avait été soumise dans sa propre communauté, qui a remporté un prix après sa publication dans un magazine en espagnol. Cela l’a incitée à interviewer d’autres femmes et filles du camp, servant de pont entre elles et des organisations internationales comme l’UNICEF. Impressionnée par le rapport qu’elle avait établi avec les enfants de Baharka, et après que Shaimaa ait lancé un système permettant aux femmes de signaler les cas de harcèlement, l’organisation à but non lucratif internationale Save the Children l’a enrôlée dans des projets locaux.

Lorsque Free to Run, une organisation à but non lucratif qui forme des survivantes du conflit à la course de marathons, est venu à Baharka en 2018, Shaimaa a été l’un des premiers Irakiens à s’inscrire pour courir. Elle a aidé à recruter d’autres femmes et filles, utilisant la confiance qu’elle avait bâtie dans le camp pour apaiser les inquiétudes des parents concernant la participation de leurs filles aux sports. Aujourd’hui, Shaimaa est une entraîneure de Free to Run, responsable d’un groupe d’une vingtaine de coureuses et femmes, pour la plupart des réfugiés de la région syrienne de Daraa. Une jeune fille de 16 ans, dont le père a été tué par l’Etat islamique, avait envisagé d’épouser son cousin avant de rejoindre Free to Run, dit Shaimaa. Après avoir participé au programme, elle a décidé de reporter le mariage et de retourner à l’école.

«Les filles admirent vraiment Shaimaa et ce qu’elle a accompli. Ils peuvent la voir vivre vraiment ce qu’elle partage », déclare Christina Longman, directrice nationale de Free to Run pour l’Irak. Il y a quelques mois, Shaimaa a déménagé ses parents et ses frères et sœurs du camp dans un appartement de la ville voisine de Baharka. Le mur derrière où elle prend notre appel Zoom est couvert de certificats et de médailles de courses qu’elle a courues – principalement 5 km et 10 km, mais elle espère terminer le marathon d’Erbil à l’avenir. Récemment ajoutée , la distinction 2020 de Beyond Sport pour l’ utilisation courageuse du sport , décernée à Shaimaa pour avoir combattu l’injustice et la discrimination et avoir utilisé le sport pour améliorer sa communauté.

«Je me sens libre quand je cours, loin des prisons et de la guerre», dit-elle. «J’ai l’impression qu’il n’y a pas de limites et que rien ne m’arrête.»

– Avec les reportages de Suyin Haynes, Billy Perrigo et Raja Althaibani

Time

Tags : #MondeArabe #PrintempsArabe

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
18 × 4 =