La fin du Néron des temps modernes

La grande démocratie américaine a vacillé ce mercredi 6 janvier. Trump a envoyé des milliers d’extrémistes, qu’il a chauffés à blanc, s’attaquer au temple de la démocratie dans ce pays, à savoir le parlement. Du jamais vu dans l’histoire des États-Unis. En Amérique et dans le monde, personne n’accorde plus aucun crédit à ce Néron des temps modernes sauf certains régimes totalitaires et corrompus du monde arabe. Ce qui vient de se passer au Capitole de Washington annule de facto tout ce qui a été décidé par Trump au nom de l’Amérique. La reconnaissance de la prétendue souveraineté marocaine sur le Sahara occidental vient en premier. Les Marocains qui ont vendu leur honneur et bafoué la légalité internationale en signant la normalisation avec l’entité sioniste en contrepartie de cette prétendue reconnaissance américaine doivent se mordre les doigts aujourd’hui. Le makhzen a failli partout et doit faire face aujourd’hui à la colère du peuple marocain qui ne cesse de prendre de l’ampleur de jour en jour.

Trump a fait du chantage et exercé la menace contre tout le monde: les Russes, les Chinois, les Européens et même les Américains avec ce triste épisode du Capitole, mais tous n’ont pas cédé, sauf les lâches capitales arabes qui ont baissé tête et pantalon pour aller signer une paix inacceptable en ce moment où Israël piétine tous les accords internationaux et dépasse toutes les limites en s’accaparant des terres palestiniennes, en officialisant Jérusalem comme capitale, en tuant et exécutant d’innocents civils arabes, et en jetant en prison pour de longues années des Palestiniens dont le seul tort est de défendre leur droit à la liberté et à la justice.
Les fous furieux lancés par Trump ont interrompu, par la violence, un grand moment de la démocratie dans un parlement qui devait valider la victoire de Joe Biden. Conséquence de cette ultime folie du milliardaire, tous les politiques américains, y compris les républicains, lui ont tourné le dos, à commencer par celui qui lui était le plus proche, le vice président Mike Pence.

Dans le monde entier, même et surtout en Occident, les agissements de Trump sont vertement désapprouvés et condamnés.

Il ne reste alors que ces rois de Rabat, de Dubaï ou de Manama, qui ont tourné le dos à leurs peuples et trahi la cause palestinienne, qui se murent dans un silence de honte. Et dire que même Netanyahu a condamné l’acte du locataire de la Maison Blanche. Mais pas les Arabes, pas ces dirigeants traîtres que l’histoire balayera comme de vils personnages dont les peuples méritent bien mieux que ces humiliations perpétrées par ceux censés défendre leur honneur.

Par Abdelmadjid Blidi

Tags : Etats-Unis, Donald Trump, Joe Biden,