Mauritanie : L’épreuve déchirante du prisonnier de Guantánamo arrive au grand écran

Le Mauritanien raconte l’histoire de Mohamedou Ould Slahi, qui a été détenu dans la célèbre prison pendant 14 ans sans inculpation ni procès

Il a été détenu à Guantánamo Bay pendant 14 ans sans inculpation ni procès, et a écrit un mémoire à succès sur sa captivité et sa torture, qui comprenait la privation de sommeil et les coups. L ’histoire de Mohamedou Ould Slahi sera désormais racontée dans un prochain long métrage dont la reconstruction du centre de détention américain est si réaliste qu’ il est devenu visiblement affligé en le voyant.

Kevin Macdonald, le réalisateur primé du film, intitulé Le Mauritanien , a déclaré: «Il est venu sur le plateau de Guantánamo. Il en était assez bouleversé, alors nous ne l’avons pas laissé rester très longtemps.

«Lorsqu’il est poussé à se souvenir, que ce soit en parlant ou en étant dans cet environnement, un changement physique le prend. Je ne suis pas psychologue mais je peux voir qu’il souffre du SSPT, et c’est une chose très physique. Il commence à faire des choses étranges avec son visage. Vous pouvez juste voir qu’il n’est pas à l’aise. Il était agité et ne voulait pas être là. Qui peut lui en vouloir?

Il a ajouté: «Il est incroyablement chaleureux, drôle et intelligent, mais quand il parle des choses sombres qui se sont produites à Guantánamo, des mauvais traitements, de la torture psychologique et physique, il change. Il retourne là-bas, il commence certaines tiques et certaines choses sur son visage et dans ses manières, vous pouvez voir qu’il y retourne vraiment directement et ensuite il peut avoir du mal à en ressortir.

Les films acclamés de Macdonald incluent Touching the Void , l’aventure d’alpinisme épique, Le dernier roi d’Écosse , inspiré par le tyran ougandais Idi Amin, et State of Play , le thriller politique. Dans Le Mauritanien – à paraître en février – Tahar Rahim, la star franco-algérienne du thriller carcéral Un prophète , dépeint Slahi. Jodie Foster joue son avocate, Nancy Hollander, et Benedict Cumberbatch est le lieutenant-colonel Stuart Couch, procureur militaire.

Slahi, né en Mauritanie en 1970, a été détenu à Guantánamo entre 2002 et 2016. Il avait prêté serment d’allégeance à al-Qaida lors de l’insurrection en Afghanistan des années 80, bien qu’il ait affirmé qu’il y avait par la suite renoncé et nié tout engagement dans le terrorisme. Un examen administratif a finalement déterminé qu’il ne constituait pas une «menace importante et continue pour la sécurité des États-Unis».

Pendant sa détention, il a écrit son journal de Guantánamo , décrivant la torture physique et psychologique: «J’ai commencé à halluciner et à entendre des voix aussi claires que du cristal… Plus tard, les gardiens ont utilisé ces hallucinations et ont commencé à parler avec des voix amusantes à travers la plomberie, m’encourageant blesser le garde et planifier une évasion. Mais je n’ai pas été induit en erreur par eux. Il a affirmé avoir été poussé à faire de faux aveux pour mettre fin au tourment, disant à ses interrogateurs qu’il prévoyait de faire sauter la tour CN à Toronto. Lorsqu’on lui a demandé s’il disait la vérité, il a répondu: « Je m’en fiche tant que tu es content. »

La recherche de Macdonald comprenait l’interview de Hollander: «Je lui ai dit: ‘Êtes-vous sûr à 100% qu’il est innocent?’ car une grande partie du film parle d’elle en train de décider s’il est innocent ou non. Elle a déclaré: «  Après les millions de dollars que le gouvernement américain a dépensés pour rechercher tous les aspects de sa vie, le torturer et le tester avec un détecteur de mensonge, ne pensez-vous pas que des preuves se seraient produites?  » Elle ne dira pas définitivement qu’il n’a jamais rien fait de mal.

«Il a rejoint Al-Qaida à l’âge de 18 ou 19 ans. Il a estimé qu’il devait empêcher les Soviétiques dans ce cas de tuer d’autres musulmans. Il ne savait pas de quel groupe il s’agissait. Il s’est avéré qu’ils étaient al-Qaida. Il ne s’est jamais battu parce que la guerre avec les Soviétiques était terminée. Avait-il parfois des idées qu’il partageait avec les djihadistes? Peut être. Mais ce n’est pas parce que vous croyez quelque chose momentanément que vous êtes un criminel.

Macdonald a cherché à décrire la torture de Slahi «principalement par suggestion. Il est battu, il est gavé de force, mais c’est fait d’une manière qui, je l’espère, est acceptable pour un public. Nous avons pris la décision d’essayer de faire de l’effet psychologique plutôt que de voir les choses physiquement…

«Le seul domaine qui, pour autant que nous ayons pu le faire, est absolument précis, c’est son traitement depuis son arrivée jusqu’à la fin – et à quoi ressemblait la cellule, à quel point la climatisation était froide, où se trouvaient les toilettes. par rapport à l’endroit où il pouvait prier et à la façon dont ses chaînes étaient remises.

Il a ajouté: «Ce n’est pas un film politique. C’est un film humaniste.

Malgré tout, Slahi a gardé son sens de l’humour et reste même en contact avec l’un de ses gardes, Macdonald a déclaré: «Ce sont de grands amis. Ils parlent chaque semaine sur Zoom. »

Foster a déclaré: «J’ai d’abord été attiré par l’histoire émouvante, le terrible voyage de Mohamedou. Il est difficile d’imaginer comment un humain pourrait endurer cela, étant enlevé de chez lui, les yeux bandés, emprisonné, soumis à des années et des années d’abus psychologiques et physiques sans aucune explication.

The Guardian, 3 jan 2021

Tags : #Mauritanie #Guantanamo, #MohamedouOuldSlahi