Le Maroc aspire à devenir un point d’attraction touristique pour les Israéliens

La ministre de la région, Nadia Fettah Alaoui, voit la montée du tourisme israélien comme un défi alors que la communauté juive locale se prépare à l’accueillir et élargit les options casher.

La ministre marocaine du Tourisme a un défi à relever. «J’ai entendu dire que de nombreux Israéliens se sont rendus à Dubaï depuis la signature des accords de paix», dit Nadia Fettah Alaoui.
Le ministre estime qu’au moins 50000 Israéliens ont déjà visité le royaume avant le dégel des relations diplomatiques entre les nations fin 2020.

De nombreux Israéliens d’origine marocaine rendent visite à des parents qui y vivent encore ou qui sont décédés et sont enterrés dans des cimetières locaux. « Nous voulons que ce nombre passe à 200 000 par an », a déclaré le responsable.

« Des pourparlers sont en cours pour officialiser les accords de transport aérien. Des avions de passagers – tant en Israël qu’au Maroc – attendent déjà. Nous prévoyons de faire en sorte que le processus de visa soit rapide et facile pour que les touristes reçoivent leurs visas. entrée par voie électronique à l’arrivée », a ajouté Alaoui.

« Je pense que les grandes villes seront les destinations les plus populaires, mais je suggère nos plages et le désert. Nous proposons également l’écotourisme qui, je pense, va exploser lorsque la pandémie de coronavirus se terminera », dit-il.

La communauté juive marocaine est maintenant prête à accueillir les touristes israéliens et étend sa capacité à offrir de la nourriture casher et à disposer de l’infrastructure nécessaire pour loger les Israéliens à proximité des sites du patrimoine juif.

Le roi Mohammad VI a soutenu un projet de rénovation de 119 cimetières juifs. Certains sont le lieu de repos des sages spirituels et de nombreux Israéliens d’origine marocaine viennent y prier. Le roi soutient également la construction d’un centre culturel juif dans la ville de Fès.

« Nous garantissons la sécurité de tous les touristes qui visitent notre pays et les Israéliens peuvent se sentir en sécurité », a déclaré le ministre.
Le Maroc a été gravement touché par le coronavirus et est considéré comme un État rouge, les citoyens étant obligés de porter des masques en public. Son économie a été touchée et l’industrie du tourisme, deuxième source de revenus du comté, a beaucoup souffert.
Alaoui a déclaré qu’un soutien gouvernemental était disponible pour maintenir l’industrie à flot, les vaccins devant être disponibles au début de 2021.

Née et élevée à Rabat, elle a fait ses études en France. Avant d’entrer au gouvernement, Alaoui a occupé divers postes de direction dans les secteurs de la finance et des assurances.

« Je suis arrivé à la politique à un âge avancé », a-t-il déclaré, « je cherchais le prochain défi et je pensais pouvoir contribuer à mon pays », a-t-il ajouté.
Sa nomination au poste de cabinet a été faite par le roi. «Je n’ai jamais considéré mes réalisations professionnelles sous l’angle du genre», dit-il. « Il n’y a pas beaucoup de femmes à la table, car elles sentent qu’elles n’ont aucun droit. Je n’ai jamais ressenti cela et j’ai toujours fait connaître mon point de vue », a-t-il déclaré, admettant que le monde musulman a encore du travail à faire en ce qui concerne leur place. les femmes dans la société.

«J’espère que d’ici une décennie, la question des femmes aux postes de haut rang ne se posera même pas parce que les femmes seront partout», a-t-elle déclaré.

Alaoui a déclaré que son travail consiste à rechercher la meilleure expérience possible pour les touristes. « Je dois montrer qu’un touriste qui vient au Maroc peut vivre une expérience africaine, moyen-orientale ou arabe », a-t-il ajouté.

Source : YNet, 2 jan 2021

Tags : #Maroc #Israël #Tourisme,