Algérie : Les chantiers de la relance

Le calendrier des réformes, activement relancé par la signature de la Constitution et de la loi de finances 2021 par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, marque un engagement fort et inébranlable de la nouvelle Algérie, soucieuse de construire un avenir meilleur à hauteur de ses énormes potentialités et des aspirations populaires légitimes à une vie digne et décente.

En adéquation avec les exigences du changement, cette dynamique est confortée par la prise de conscience collective, inscrite dans le sursaut citoyen participant incontestablement à la construction d’un front uni qu’il impose, à l’heure du déviationnisme des infiltrés du néo-hirak et des enjeux régionaux, d’ériger en rempart pour la préservation de la souveraineté nationale.

A l’aube d’une ère démocratique, le rendez- vous de la nouvelle Algérie se décline dans une perspective prometteuse de renouveau réellement à portée de la formidable mobilisation nationale, révélée par le combat contre la pandémie, la cohésion et la solidité des institutions à toute épreuve. De retour au pays, le président de la République a veillé à la relance des chantiers importants pour promouvoir une nouvelle ère qui consacre un mode de gouvernance politique et économique, fondé sur l’alternance du pouvoir, l’indépendance de la justice, le renforcement des libertés publiques et la mise en place d’une économie diversifiée.

Les avancées démocratiques sont nombreuses et réelles. Forte de l’engagement de tous ses enfants, la nouvelle Algérie au service des citoyens tend les bras aux acteurs du changement pour construire un avenir meilleur, bannissant la marginalisation et totalement acquis à la nouvelle génération riche des compétences universitaires et scientifiques, de l’esprit d’entrepreneuriat des nouveaux capitaines d’industrie et de la contribution des «hommes d’affaires patriotes intègres» engagés dans la bataille de la nouvelle économie diversifiée, exportatrice des biens et des services et ouverte à l’économie du savoir et de la connaissance.

Dans la loi de finances 2021, toutes les facilités ont été accordées aux jeunes porteurs de projets, parmi les start-up et les incubateurs, aux exportateurs et aux investisseurs, pour participer à la relance économique. En pilier de l’Algérie nouvelle, la Constitution, adoptée par voie de référendum, incarne une volonté de changement indissociable de la participation de la jeunesse à la gestion des affaires politiques et économiques locales et nationales.

Pour la première fois, la constitutionnalisation du hirak, l’instauration d’un observatoire de la société civile placée auprès du président de la République et la création d’une académie des sciences, indiquent clairement que l’Algérie nouvelle ne se fera pas sans ses jeunes et les compétences nationales.

Horizons, 3 jan 2021

Tags : Algérie, Constitution; loi finances, Abdelmajid Tebboune,