Maroc : Silence officiel au Maroc après la convocation de l’ambassadeur à Madrid

Publicités

Madrid dit à Karima Benyaich que l’Espagne « attend de tous ses partenaires le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de notre pays »

Le gouvernement marocain n’a pas commenté jusqu’à présent après que le gouvernement espagnol ait convoqué lundi l’ambassadeur du Maroc à Madrid après les déclarations du chef de gouvernement de ce pays sur les villes espagnoles de Ceuta et Melilla, dont Rabat revendique la souveraineté. Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de déclaration d’un responsable marocain à ce sujet, et l’agence de presse officielle MAP n’a pas non plus publié dans son fil la nouvelle de la convocation de l’ambassadrice du Maroc, Karima Benyaich.

La secrétaire d’Etat espagnole Cristina Gallach a appelé hier l’ambassadrice du Maroc à Madrid pour demander des éclaircissements sur les déclarations du président de l’exécutif de Rabat, Saadedin El Othmani, sur les villes de Ceuta et Melilla. Gallach « a fait savoir à l’ambassadrice Benyaich que l’Espagne attend de tous ses partenaires le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de notre pays ».

Dans une interview accordée à la chaîne saoudienne « Acharq » ce week-end, El Othmani a indiqué que le Maroc discutera avec l’Espagne de la question de Ceuta et Melilla après avoir résolu le conflit du Sahara Occidental. Les médias marocains se sont limités à reprendre la nouvelle de l’appel de l’ambassadrice du Maroc, mais d’autres ont lié la décision à la situation interne en Espagne, ainsi qu’à la dernière décision du président américain sortant, Donald Trump, qui a reconnu la maracanité du Sahara occidental ainsi que la position de la diplomatie espagnole à cet égard.

Les internautes marocains sur les réseaux sociaux ont lancé le hashtag «#Otmani représente-moi» depuis hier soir pour exprimer leur solidarité avec les propos du chef de l’exécutif marocain.

Le portail électronique marocain « Yabiladi » a souligné que les déclarations d’El Othmani « ne constituent pas une nouveauté » dans le discours politique marocain, qui a toujours revendiqué la souveraineté des deux villes. Il a ajouté que la décision de la diplomatie espagnole sert à « apaiser la colère » de la droite dans le pays.

Dans son récit sur les réseaux, VOX a critiqué les propos d’Otmani et dénoncé que «les revendications expansionnistes de la tyrannie marocaine sont un danger pour notre souveraineté».

Ancienne revendication

Publicités

Le Maroc a toujours revendiqué la souveraineté sur les villes de Ceuta et Melilla, et ses médias ainsi que les partis politiques et l’opinion publique du pays ont toujours qualifié les deux villes d ‘«occupées».

En 1987, feu Hassan II a demandé à l’Espagne de mettre en place une cellule de réflexion avec pour mission de trouver une solution future pour les deux villes, une demande qui n’a jamais été parcourue.

À l’époque actuelle du roi Mohamed VI, la question de Ceuta et Melilla a été mentionnée sporadiquement, la plus importante remonte à 2007 lorsque le Premier ministre de l’époque, Abbás el Fasi, du parti nationaliste Istiqlal, a revendiqué la souveraineté marocaine sur Ceuta et Melilla lors d’une intervention au Parlement pour protester contre la visite du roi Juan Carlos dans les deux villes.

Au cours des dernières décennies, il n’y a pas eu de changement substantiel en ce qui concerne Ceuta et Melilla, jusqu’à ces dernières années lorsque les autorités marocaines ont fermé les douanes commerciales à la frontière avec Melilla et ont par la suite mis fin à la contrebande de marchandises à la frontière avec Ceuta. Les frontières terrestres avec les deux villes sont fermées depuis la mi-mars dernier en raison de «l’état d’urgence sanitaire» décrété depuis au Maroc pour tenter d’arrêter la propagation du coronavirus.

El Comercio, 22 déc 2020

Tags : Maroc, Espagne, Ceuta, Melilla, Sahara Occidental,

Publicités

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
24 − 4 =