Sahara Occidental : La société civile norvégienne demande au gouvernement de soutenir les Sahraouis au Conseil de sécurité de l’ONU


53 organisations de la société civile norvégienne ont envoyé aujourd’hui une lettre conjointe au ministre norvégien des Affaires étrangères demandant au gouvernement norvégien de soutenir les droits du peuple sahraoui alors que la Norvège doit siéger au Conseil de sécurité de l’ONU à partir du 1er janvier.

En Norvège, la guerre a de nouveau éclaté au Sahara occidental, un territoire traité par l’ONU comme la dernière question de décolonistion en Afrique. Le peuple du Sahara occidental s’est vu promettre un référencum, qui n’a pas encore été mis en œuvre. Le 1er janvier 2021, la Norvège occupera l’un des sièges à la table du Conseil de sécurité de l’ONU, et une large coalition dans une lettre a demandé aujourd’hui au ministre norvégien des affaires étrangères, Ine Marie Eriksen Søriede, d’utiliser les deux années à venir pour défendre les droits du peuple sahraoui.

Amog les 53 signataires sont les dirigeants des neuf partis politiques de la jeunesse, ainsi que des groupes de défense des droits de l’homme, des syndicats et des groupes religieux.

La lettre demande au gouvernement de défendre activement le droit à l’autodétermination et les droits humains du peuple sahraoui.

«Il existe un consensus multipartite en Norvège sur le fait que le droit incontestable du peuple sahraoui à l’autodétermination doit être respecté et que la Norvège ne reconnaît pas l’annexion du territoire par le Maroc. Maintenant que la Norvège revient au Conseil de sécurité de l’ONU, les organisations soussignées appellent le gouvernement norvégien à adopter une position tout aussi affirmée et claire basée sur le droit international, comme ce fut le cas lorsque la Norvège a siégé la dernière fois au conseil », écrivent les organisations .

Voir la lettre entière ci-dessous.

Les organisations demandent également l’arrêt des exportations de gaz de Norvège vers le territoire occupé, une pratique à laquelle le ministère lui-même exhorte. La semaine dernière, un autre navire de transport de gaz est arrivé au Sahara Occidental occupé avec du gaz de Kårstø, en Norvège. C’est la troisième fois qu’un navire quitte la Norvège avec du gaz pour les intérêts marocains dans le territoire.

Au Ministre des affaires étrangères, Mme Ine Marie Eriksen Søreide
ministère des Affaires étrangères

Oslo, le 1er décembre 2020

Lettre ouverte: Soutenez le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination

Les organisations soussignées sont profondément préoccupées par la situation non résolue et aggravée au Sahara occidental. Compte tenu de l’entrée de la Norvège au Conseil de sécurité des Nations Unies, nous souhaitons par cette lettre appeler le Gouvernement à défendre activement le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Le peuple sahraoui a le droit de décider du statut futur de son pays. Le Sahara occidental est considéré par l’ONU comme la dernière question coloniale non résolue en Afrique, et les revendications du Maroc sur le territoire ont été rejetées par la Cour internationale de justice de La Haye. Pendant trois décennies, l’opération de l’ONU pour un référendum a été stationnée sur le territoire, sans mener à bien le référendum promis.

Le Maroc n’a jusqu’à présent pas contribué de manière constructive au processus de paix de l’ONU. Il n’y a pas aujourd’hui de pourparlers de paix, après que les envoyés spéciaux proposés ont été rejetés par le Maroc. Au cours des dernières années, Rabat a refusé d’entamer des pourparlers bilatéraux avec l’autre partie au conflit, a expulsé le personnel de l’ONU et a rejeté la possibilité pour la mission de maintien de la paix de l’ONU de rendre compte de la situation des droits de l’homme. Dans le même temps, le Maroc refuse toute solution conforme au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.

L’allié le plus proche du Maroc au Conseil de sécurité des Nations Unies, la France, a en pratique paralysé le Conseil de sécurité des Nations Unies pour faire progresser la résolution pacifique des conflits au Sahara occidental. Le peuple sahraoui est déplacé ou réprimé dans son propre pays.

Le secrétaire général de l’ONU avait déjà exprimé en 2001 son inquiétude à l’égard du Maroc, qui était sur le point de rompre le cessez-le-feu par la construction d’un poste frontalier sud du Sahara occidental à la Mauritanie. L’exportation de ressources naturelles par le Maroc via le passage frontalier sud a été un élément clé de la tension croissante entre les parties, qui a finalement abouti à une reprise du conflit armé en novembre 2020. Parallèlement, une escalade des arrestations et du harcèlement a lieu contre Des Sahraouis dans le territoire occupé, sans que l’opération onusienne puisse faire rapport, et sans que les rapporteurs spéciaux des Nations Unies aient accès. Le Maroc continue de garder des prisonniers politiques sahraouis.

Le Maroc est un partenaire important de la Norvège et de l’Europe. Cependant, cela ne doit pas se faire aux dépens du peuple du Sahara occidental et des principes importants du droit international. Il est positif que la Norvège partage l’avis de la Cour de justice de l’UE selon lequel le consentement exprimé du peuple sahraoui est une condition préalable au commerce avec le territoire et que le gouvernement norvégien Pension Fund Global a exclu les entreprises qui exercent des activités sur le territoire en violation des la loi internationale. En 2020, cependant, il est arrivé à trois reprises que du gaz de la mer du Nord ait été exporté de Kårstø pour être utilisé au Sahara occidental, contrairement aux conseils commerciaux du ministère. Nous recommandons au gouvernement de veiller à ce que les exportations de Kårstø vers le Sahara occidental n’aient pas lieu.

La dernière fois que la Norvège a siégé au Conseil de sécurité de l’ONU, le ministre norvégien des Affaires étrangères de l’époque, Jan Petersen, s’est assuré qu’une lettre était envoyée aux entreprises norvégiennes ayant des intérêts sur le territoire. «La Norvège soutient pleinement le processus de négociation en cours sous les auspices du Conseil de sécurité de l’ONU en vue de trouver une solution politique à la question de la souveraineté, et évitera d’agir publiquement d’une manière qui peut être considérée comme préjugeant d’un résultat particulier du processus de négociation de l’ONU. ou une reconnaissance de l’occupation », a souligné le ministère aux entreprises de l’époque.

Il existe un consensus multipartite en Norvège sur le fait que le droit incontestable du peuple sahraoui à l’autodétermination doit être respecté et que la Norvège ne reconnaît pas l’annexion du territoire par le Maroc. Maintenant que la Norvège revient au Conseil de sécurité de l’ONU, les organisations soussignées demandent au gouvernement norvégien d’adopter une position tout aussi affirmée et claire, basée sur le droit international, comme ce fut le cas lorsque la Norvège a siégé la dernière fois au conseil.

La Norvège doit défendre un ordre mondial fondé sur l’état de droit. Même notre propre sécurité en dépend.

Les organisations soussignées demandent au gouvernement:

– Assumer un rôle de premier plan dans la défense des droits de l’homme au Sahara occidental en demandant au Maroc de libérer les prisonniers des droits de l’homme actuellement incarcérés à tort;
-Prendre des initiatives au Conseil de sécurité de l’ONU pour une surveillance permanente des droits de l’homme au Sahara Occidental et que le territoire soit ouvert aux rapporteurs spéciaux de l’ONU;

– Rejeter les efforts des alliés du Maroc au Conseil de sécurité de l’ONU pour imposer une solution au conflit qui ne soit pas fondée sur le droit à l’autodétermination;
-De suivre le bon exemple de l’ancien ministre des Affaires étrangères, Jan Petersen, en informant activement les entreprises norvégiennes ayant des intérêts au Sahara Occidental sur les conseils commerciaux norvégiens, et demander à tous les exportateurs de gaz norvégien de s’abstenir de vendre à des intérêts marocains dans le territoire occupé;
– Maintenir la position claire selon laquelle la Norvège ne reconnaît pas l’occupation du territoire par le Maroc.

Nos associations demandent au Gouvernement d’expliquer quelles initiatives seront prises pour défendre les droits de l’homme et le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui.

Nous serons heureux de vous fournir de plus amples informations si nécessaire. Une réponse peut être transmise aux 53 associations soussignées via le Comité norvégien de soutien pour le Sahara occidental, à info@vest-sahara.no.

Une copie de cette lettre a été envoyée au Comité permanent des affaires étrangères du Parlement norvégien.

Cordialement,

Centre jeunesse, chef, Torleik Svelle
Jeunesse démocrate chrétienne, leader, Edel-Marie Haukland
Jeunes conservateurs norvégiens, chef, Ola Svenneby
Red Youth, leader, Alberta Tennøe Bekkhus
Jeunesse socialiste, leader, Synnøve Kronen Snyen
La jeunesse du Parti du progrès, président, Andreas Simon Brännström
La Ligue de la jeunesse ouvrière, dirigeante, Astrid Willa Eide Hoem
Jeunes Verts de Norvège, porte-parole, Hulda Holtvedt
Jeunes libéraux de Norvège, chef, Sondre Hansmark

Changemaker, leader, Embla Regine Mathisen
Conseil des relations œcuméniques et internationales de l’Église de Norvège, directeur international, Berit Hagen Agøy
Étudiants conservateurs, chef, Andreas Oftedal
Jeunesse européenne, président, Knut André Sande
Forum pour l’environnement et le développement, directrice, Kathrine Sund-Henriksen
Étudiants FO, animatrice, Iris Jansdottir Nordberg
Industry Energy Youth, responsable, Charlotte Sæbjørnsen
Industry Energy, leader, Frode Alfheim
Commission internationale de juristes – Norvège, directrice, June Solbrække
Legal Advice For Women (JURK), directeur, Bjørk Gudmundsdottir Jonassen
Mental Health and Human Rights Info, directrice exécutive, Elisabeth Ng Langdal

Union nationale des étudiants de Norvège, leader, Andreas Trohjell
Fédération des étudiants chrétiens de Norvège, secrétaire générale, Aurora Marie Nome

Norwegian Church Aid, secrétaire général, Dagfinn Høybråten
Conseil norvégien pour l’Afrique, directeur, Aurora Nereid
Association humaniste norvégienne, secrétaire général, Trond Enger
Norwegian Humanist Youth, leader, Øistein Sommerfeldt Lysne
Association norvégienne pour la paix, présidente, Irene Elise Hamborg
Norwegian People’s Aid, secrétaire générale, Henriette Killi Westhrin
Jeunesse rurale norvégienne, responsable, Inger Johanne Brandsrud
Union norvégienne des gens de mer, chef, Johnny Hansen
Forum social norvégien, présidente, Oda Sofie Heien Larsen
Fonds d’assistance internationale pour les étudiants et universitaires norvégiens, dirigeante, Sunniva Folgen Høiskar
Syndicat norvégien des travailleurs généraux, dirigeante, Anita Johansen
Syndicat norvégien des employés municipaux et généraux – Jeunesse, leader, Mats Monsen

Syndicat norvégien des employés municipaux et généraux, président, Mette Nord

Syndicat norvégien des éducateurs sociaux et des travailleurs sociaux (FO), leader, Mimmi Kvisvik

Operation Day’s Work, responsable, Sunniva Maria Roligheten
Presse, leader, Lea Mariero
Re: Act, chef, Sofie Patzke

Solidarity Youth of Norwegian People’s Aid, responsable, Thea Tveter Lysvik
Stephen Alliance International, secrétaire général, Edward Charles Brown
Le syndicat des électriciens et des informaticiens, dirigeant, Jan Olav Andersen

Association norvégienne des jeunes aveugles et malvoyants, président, Kristoffer Lium

Le Syndicat norvégien de la fonction publique (NTL), président, Kjersti Barsok

Le Syndicat norvégien des travailleurs de l’alimentation et des secteurs connexes Jeunesse, dirigeante, Masja Krogh

Le Comité norvégien de soutien pour le Sahara occidental, directeur, Erik Hagen

La Fondation Rafto, directeur exécutif, Jostein Hole Kobbeltvedt
La Fédération unie des syndicats, président, Jørn Eggum
Le YWCA-YMCA, directeur, Fredrik Glad-Gjernes
Syndicat des employés du commerce et des bureaux, leader, Christopher Beckham

Association des Nations Unies de Norvège, Secrétaire générale, Anne Cathrine da Silva

Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté, dirigeante, Liss Schanke
Jeunes contre l’UE, Leader, Frankie Solberg Rød

Source : Comité de soutien au Sahara Occidental, 1 déc 2020

Tags : Sahara Occidental, Polisario, Maroc, Western Sahara,