Sahara occidental: la guerre la plus ignorée du monde

Le 13 novembre, après trente ans de cessez-le-feu, le Front Polisario (Front populaire de libération de la Saguía el Hamra et du Río de Oro) a annoncé par l’intermédiaire de son secrétaire général et président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), Bahim Ghali, qui considérait rompu l’accord signé avec le Maroc en 1991, après quinze ans de lutte, sous les auspices des Nations Unies, qui prévoyait un référendum sur l’autodétermination, qui n’a jamais eu lieu. Dans son message, Ghali a annoncé que « les forces armées sahraouies assument le contrôle total de la sécurité nationale et décrètent l’état de guerre », étant donné que l’armée royale marocaine a pénétré dans la zone « tampon » de Guerguerat, à l’extrême sud du Sahara. Occidental, à côté de la frontière entre la RASD et la Mauritanie, avec l’excuse de rétablir le trafic après le blocus que les militants sahraouis ont instauré le 21 octobre dernier, commettant des actes de vandalisme et harcelant les observateurs militaires de la Mission des Nations Unies pour le référendum au Sahara Occidental (MINURSO), outre le fait que quelque 200 camions auraient été retenus, il faut donc « garantir la libre circulation des personnes et des marchandises ».

Mohammed VI, roi du Maroc a déclaré lundi 16 son « respect du cessez-le-feu » et a averti qu’il restait déterminé à répondre durement, et dans le cadre de la légitime défense, contre toute menace « à la sécurité de son pays, qui qui comprend les secteurs sahariens contrôlés par Rabat.

La nouvelle polémique s’installe après l’achèvement des murs de sable que le Maroc a construit unilatéralement, en marge d’une route vitale pour le trafic commercial entre Rabat, Nouakchott et le reste des pays d’Afrique de l’Ouest. Cette route est illégale, elle n’est donc pas reconnue comme telle par les sahraouis comme l’Algérie et pour ce que Mohamed Salem Ould Salek, le ministre des Affaires étrangères de la RASD, a déclaré, elle ne sert qu’au pillage permanent des richesse de sa patrie.

L’état-major général des forces armées marocaines a annoncé qu’après le blocus effectué par une soixantaine de personnes et les restrictions qu’ils ont imposées aux déplacements, un «cordon de sécurité» a été mis en place. L’opération, qui, selon l’armée, « n’est pas offensive ou a une intention guerrière » et celle qui vise « à éviter tout contact avec des civils et à ne pas recourir aux armes sauf en cas de légitime défense », a été résolue par l’invasion de plusieurs unités militaires. Les Marocains, qui voulaient briser le blocus et créer un passage de sécurité. L’action improvisée du Maroc a provoqué la réaction immédiate des miliciens du Polisario, qui ont répondu par des tirs et plus tard par plusieurs actions d’attaques à la roquette contre quatre bases militaires et deux checkpoints marocains, installés le long du mur de sécurité, qui ils se sont poursuivis au moins jusqu’à lundi 16 dernier, selon des sources sahraouies, ce qui aurait fait plusieurs morts. Étant donné que le territoire est difficile d’accès et que les autorités marocaines ont bloqué l’arrivée de journalistes, la confirmation ou non des actions de guerre des deux parties est compliquée.

Comme les Palestiniens, les Kurdes, les Baloutches, les Touaregs, les Rohingyas et bien d’autres, le peuple sahraoui a été pillé, ses territoires volés et son destin enchaîné, les forçant à vivre dans un état de résistance permanente. Sans représentation dans les grandes organisations internationales, où faire entendre leur voix, ignorée depuis plus de cinq décennies, ils n’ont qu’une seule option: la lutte armée, contre l’usurpateur de leurs terres et de leurs destinées: le royaume autocratique du Maroc, qui, avec le clin d’œil des puissances occidentales, des monarchies du golfe Persique, et la complicité de l’Espagne, principal responsable de la situation actuelle de la RASD, qui doit à nouveau faire face à l’une des armées les mieux armées d’Afrique avec des ressources minimales, et que depuis 2018, subit un important processus de modernisation de toutes ses armes avec l’achat d’avions de combat parmi eux, 25 nouveaux chasseurs F-16 C / D, ainsi que des hélicoptères d’attaque, des systèmes de défense aérienne basés sur des radars 3D, des missiles courte, moyenne et longue portée ‒ sol-air, air-sol, air-air, contre les blindés et les navires, les chars de combat, les lance-roquettes, de grandes quantités de munitions et d’équipements radio et les systèmes de vision d’ul Cette dernière génération, un achat avec lequel elle atteint fondamentalement deux objectifs, se faire encore plus plaisir avec les puissances occidentales, les fournisseurs de tout est une panoplie, seuls les États-Unis ont vendu des armes pour 12 milliards de dollars à l’époque Trump, avec lesquels ils payent le escorte diplomatique avec laquelle le Maroc évolue dans les grands forums internationaux, mais parvient aussi à se muscler face à ses voisins algériens, hypothèse principale de conflit du royaume alaouite, avec ceux qui ont un conflit complexe, non seulement sur les revendications frontalières, mais aussi sur de vastes zones, riches en minerais, qui au moment du retrait français étaient en possession d’Alger, donc en 1963, un conflit armé a éclaté qui est devenu connu comme Guerre des sables.

Quarante-cinq ans d’oubli

Le projet du Grand Maroc, qui à partir des années 1940 a été soulevé par l’Istiqlal (Parti de l’indépendance) et relancé par Hasan II après son arrivée au trône en 1961, comprenait non seulement les territoires de l’ouest algérien, mais aussi des parties du Mali, de la Mauritanie et de l’ensemble de l’ancienne colonie espagnole du Sahara occidental, l’actuelle RASD.

Bien que ni Hassan II, ni son fils Mohamed VI, n’aient pu faire valoir leurs revendications expansionnistes contre les trois premières nations, le Maroc et l’Espagne ont en permanence souillé les droits et libertés des Sahraouis. Malgré le fait que le génocidaire Francisco Franco ait décidé de quitter sa colonie pour 1975, un mandat dont son dauphin et le désormais fugitif Juan Carlos I ont assumé, et quoi dire, qu’il n’a jamais rempli.

Ce lundi dernier, l’un des membres de l’équipe de négociation sahraouie a prévenu que la guerre se prolongerait si l’ONU n’assume pas sa responsabilité et oblige Rabat à accepter la légalité internationale qui émerge de l’accord de trêve.

Alors que le royaume alaouite, qui contrôle illégalement environ les trois quarts du Sahara occidental, une vaste bande de désert sur la côte atlantique, comprenant ses gisements de phosphate et ses riches zones de pêche sur l’Atlantique, apparaît dans cette opportunité prête à exterminer la RSAD, cherchant à prolonger le conflit, car on sait qu’elle a secrètement infiltré de nombreuses troupes habillées en «civils» dans les zones du conflit actuel, pour générer des attaques sous faux drapeau. Déjà en 2019, Rabat a décidé unilatéralement de suspendre la table de négociations qu’elle avait établie avec le Polisario, l’Algérie et la Mauritanie.

Dimanche 15, le Polisario a rapporté que des milliers de volontaires se mobilisaient pour rejoindre ses rangs et que « d’intenses combats se déroulaient le long du mur de défense marocain » (sur 2 700 kilomètres qui traverse le Sahara Occidental et où l’on estime que Rabat a posé entre sept et dix millions de mines antipersonnel, ce qui en fait le plus grand champ de mines du monde).

Depuis la mise en scène de ce qui est devenu la Marche verte en novembre 1975, conçue par le gouvernement Hassan II, avec laquelle il a pu mobiliser près de 300 000 Marocains appauvris «escortés» par l’armée, et avec le clin d’œil de Washington, pour faire un territoire légèrement plus grand que la taille de l’Équateur. Parmi les grands avantages que les États-Unis ont obtenus, ils ont cédé la base militaire de Tan-Tan, où en 2008, les Américains ont installé l’Africom (United States African Command) tout près d’El Aaiún, capitale de la RASD, des îles Canaries et de Tindouf. Des camps de réfugiés sahraouis en Algérie, tout près de la zone du conflit actuel, où une fois de plus le peuple sahraoui tente de changer son sort.
 
Source : Tercerainformación.es, 23 nov 2020

#SaharaOccidental #Polisario #Maroc #WesternSahara