Entrepreneuse prospère au Maroc devient SDF aux Pays-Bas

L’entrepreneuse Gemma van de Burgt et son fils de 10 ans ont dû quitter le Maroc en juillet à cause de l’épidémie de corona. Mais une fois aux Pays-Bas, ils n’ont nulle part où aller et ils errent de maison en maison depuis des semaines. “Je ne m’attends vraiment pas à une réception de joie, mais les agences pourraient être un peu plus indulgentes. J’ai un enfant.”

Gemma, d’origine néerlandaise, dirige depuis plus de dix ans un salon de cuisine à Marrakech : Souk Cuisine. L’amour pour le pays l’a amenée dans la ville marocaine.

“Le salon de cuisine a été un succès. Des gens partout dans le monde ont visité notre cuisine”, dit Gemma. Et son fils Dylan Ashton (10) se sentait également comme un poisson dans l’eau à Marrakech.

Quitter la maison et le foyer

Mais la couronne est arrivée. Le Maroc était verrouillé. Les touristes sont restés à l’écart, la pauvreté a frappé. Parce que Gemma veut le meilleur pour son fils et parce qu’il n’y avait plus de pain sec à gagner, elle a quitté la maison et le foyer en juillet pour retourner aux Pays-Bas. “Aucune idée de combien de temps, mais j’ai aussi pris le manteau d’hiver de mon fils. À cause de la corona, tout est incertain. »

Gemma est réaliste : elle ne s’attendait pas à être accueillie à bras ouverts dans son pays natal. Cependant, il tiendrait compte de sa situation, qui est entièrement due à l’épidémie de corona. Mais dans des villes comme Amsterdam et Eindhoven, elle ne peut pas simplement louer un logement. “Vous êtes en retard de quelques mois. Et les sociétés de logement ne peuvent rien faire pour vous à court terme. »

Un studio trouvé

Gemma a passé les dernières semaines avec des amis et des connaissances à Eindhoven, Amsterdam, Bussum et Haarlem, entre autres. À un moment donné, son fils a dû retourner à l’école. « J’ai donc dû m’installer quelque part. J’ai maintenant un loyer temporaire. Une sorte de studio que j’ai trouvé grâce à des connaissances à Amsterdam Sloten. C’est temporaire, donc je ne peux pas m’inscrire non plus. »

Sinon, elle n’a rien trouvé d’autre. « Je n’ai ni travail ni aide. Nous vivons maintenant de mes économies que j’ai mis de côté grâce au salon de cuisine, mais elles vont s’épuiser”.

Être indulgent

Encore une fois, elle ne veut pas être pitoyable. Mais elle veut défendre son droit. “Et je suis sûr qu’il y a plus d’entrepreneurs qui doivent revenir de l’étranger et sont maintenant livrés à eux-mêmes.”

Qu’espère-t-elle? « Que les sociétés de logement ou les municipalités, dans des cas aussi exceptionnels, feraient un geste de coeur. Ils peuvent le faire. Mais au lieu de cela, ils s’en tiennent aux règles. »

Avenir

Comment voit-elle l’avenir ? “Honnêtement ? Je ne sais pas. Cela reste à voir. Et mon mari est toujours en Afrique et ne peut pas revenir à cause d’un visa expiré. A cause de cela on est séparés les uns des autres depuis des mois. Corona a vraiment bouleversé ma vie. »

RTLNieuws, 23 oct 2020

Tags : Maroc , Pays Bas, étrangers, expatriés, coronavirus, covid 19,