Algérie : le loup et l’agneau

Par Madjid Khelassi

Le ton monte entre les avocats et les juges…En vérité, c’est un combat aussi vieux que le marteau du juge et la robe de l’avocat.

Sauf que cette fois-ci les robes noires, sont décidées à aller au bout de leur colère.

Motif de ce courroux, l’incident qui a opposé l’avocat et bâtonnier Sellini au président de la 1ère chambre pénale de la cour d’Alger lors du procès en appel de l’ex patron de Sovac. L’avocat de l’accusé ayant demandé le report de l’audience pour des raisons de santé, chose que le juge a refusé . Puis évanouissement du bâtonnier et son transport à l’hôpital .

C’était assez, pour voir se dresser dans tout le pays, une levée de boucliers des robes noires pour dénoncer le non-respect des droits de la défense.

Apogée future des droits de la défense ou chant du cygne de la justice du téléphone ,de la nuit, des copains,des injonctions ?

Pendant plus de 20 ans , nous eûmes droit à tout, sauf une justice sereine, émancipée et impartiale .

La Issaba, embastillée avec son garde des sceaux…On pensait que la balance allait retrouver son équilibre.

Que nenni, le malaise persiste. Les vieux réflexes auraient-ils la vie si dure que ça?

Puzzle complètement en désordre, notre système judiciaire doit faire son Hirak sans vampiriser l’âme de ceux qui rendent la justice en son nom.

La vérité contre l’arbitraire, le courage pour appréhender le pire afin de s’en défaire, la volonté pour en finir avec la détention provisoire, exception de par le monde, devenue une règle d’airain chez nous.

Pour le commun des mortels, une audience dans un tribunal algérien, est presque une apparition dans un temps suspendu .

Et le métier d’avocat ! Quel joli rêve qui fait défiler devant vous Boumendjel , Bentoumi , Vergés, Pollack , Halimi !

Qu’en reste t-il ? La parole éteinte d’une ombre noire, presque invisible à force d’avancer dans l’oubli des droits de la défense. Et qui souvent bascule dans les limbes d’un métier usant.

Juges et avocats sont deux rivières qui serpentent côte à côte et où le loup et l’agneau musent. Faisons en sorte que le loup ne soit pas accusé à tort et que l’agneau ne soit pas mangé à raison. Tout simplement .

La Nation, 29 sept 2020

Tags : Algérie, Justice, Cour, avocats, juges,