Les Débats télévisuels en Mauritanie

Les débats télévisuels, dans toutes les TV et radios sont de plus en plus intéressants et attendus par les mauritaniens.

Ils traitent de tous les sujets sans tabous et avec des personnalités de tout bord avec beaucoup d’idées et d’échanges constructifs qui contribueront certainement aux progrès en cours.

J’aurais souhaité l’existence d’un audimat et la conduite d’études et d’analyses afin de démontrer et matérialiser cette évolution positive et l’intérêt de plus en plus grand et remarquable porté à nos medias audiovisuels. Alors que lors des décennies passées, avant celle de l’Ex Président Mohamed Ould Abdel Aziz ( objectivement un bon point pour son magistère), le journal était l’unique centre d’intérêts des personnes concernées, directement ou indirectement par le Gâteau National.

Cependant quelques aspects sont à améliorer :

1. les débats, soient en français ou en arabe, sont toujours clivants et nous donnent l’impression d’être sur 2 Planètes diamétralement et irrémédiablement opposées alors que certains débats touchent des questions d’Intérêt National. Ces débats et conférences de presse ne sont pas unificateurs et sont comme les émissions en langues nationales toujours ciblés pour une tranche donnée de la population. On peut y remédier par la traduction orale et écrite simultanée et un peu d’innovation.

2. Ces émissions ne donnent pas aux auditeurs l’occasion d’intervenir, ce qui permettrait le relèvement du niveau intellectuel et de gommer les vieilles habitudes applaudatrrices et ainsi mettre fin aux discours staliniens, lavages de cervaux, de camouflages ou d’exagération. Cela permettrait également les recadrages et débats contradictoires incluant toutes les composantes de la population.

3. Le tri des invités est toujours sélectif et pas trop ouvert aux jeunes et aux autres de tout bord.

4. Des journalistes animateurs s’en sortent bien malgré tout par contre la moitié doit faire ou refaire sa formation et/ou bien étudier le sujet avant l’émission tant ils ne prennent pas la balle au rebond lors des échanges avec les invités, ne posent pas des questions percutantes, provocatrices, déstabilisatrices ou d’approfondissement.

Ethmane BA

Chemsiyatt, 12 sept 2020

Tags : Mauritanie, télevision, débats publics, liberté d’expression, presse,