Sahara Occidental : Aminatou Haidar met fin à son association gangrénée par les conflits internes

La direction de l’Association sahraouie des droits de l’homme CODESA a annoncé mercredi dernier sa dissolution après plusieurs années de conflits internes.

A cette occasion, son président, Aminatou Haidar, a adressé une copie du communiqué de sa dissolution à la plupart des ONG internationales de défense des droits humains: Amnesty International, Human Rights Watch, etc.

Il y a deux ans, le Front Polisario a demandé à un groupe de militants des territoires occupés d’entamer une médiation entre les membres du CODESA pour tenter de trouver une solution et surmonter leurs différends. En vain. Aminatou et ses détracteurs, dirigés par Ali Salem Tamek, campent sur leurs positions respectives.

Aminatou accuse ce groupe de vouloir « sa tête » et la destituer de la présidence de l’association. Tamek et son groupe lui reprochent de rejeter l’idée de travailler avec la société civile marocaine et l’accusent de sécher constamment les réunions d’association.

Tamek a même réussi à perturber les relations de Bachir Mustafa Sayed, le ministre de la diaspora et des territoires occupés, avec Mme Haidar. Ce dernier lui a demandé de couper tout contact avec les militants sahraouis actifs dans d’autres associations, ainsi que de cesser les rencontres avec Human Rights Watch dans les territoires occupés. La réaction de Haidar a été un refus retentissant.

L’association ASVDH, officiellement reconnue par le Maroc grâce aux pressions de Washington, traverse également une période de turbulences. Ses membres s’accusent mutuellement de fraude et de vol.

Tags : Sahara Occidental, Front Polisario, Aminatou Haidar, CODESA,