Crise Malienne : L’Algérie, chef de file de la médiation internationale

Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a indiqué, vendredi dernier, dans le cadre de sa visite à Bamako, que le Mali est un pays «extrêmement important» pour l’Algérie et tout ce qui concerne ce pays voisin «nous concerne aussi».

«Le Mali est un pays extrêmement important pour nous et tout ce qui concerne le Mali nous concerne aussi», a indiqué Boukadoum dans une déclaration à la presse à son arrivée dans la capitale malienne pour une visite d’une journée. «Je suis venu sur instruction du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, pour écouter puis discuter et échanger les points de vue sur la situation au Mali de manière à ce que le peuple malien puisse vivre dans la paix, la sérénité et la concorde», a-t-il souligné. Boukadoum a, en outre, relevé que l’Algérie et le Mali sont deux pays voisins qui partagent de longues frontières et qui sont liés par des relations «historiques, familiales, tribales et d’amitié».

Pour rappel, Boukadoum a été dépêché par le président de la République pour une visite d’une journée au Mali, laquelle s’inscrit dans «la continuité des relations historiques de fraternité et de solidarité que l’Algérie a toujours entretenues avec le Mali», avait indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères. Cette visite vient également «marquer le soutien indéfectible au peuple malien frère et son attachement ferme à la sécurité et à la stabilité du Mali».

Il s’entretient avec les membres du CNSP…

Lors de sa visite, Sabri Boukadoum s’est entretenu avec les membres du Comité national pour le salut du peuple (CNSP) au Mali, a rapporté un communiqué du ministère des Affaires étrangères (MAE). Cette rencontre a eu pour objet «la situation prévalant au Mali ainsi que les paramètres de sortie de crise», a noté la même source. Lors de ces entretiens, le ministre des Affaires étrangères a réitéré «la disponibilité de l’Algérie à accompagner le Mali en ces circonstances particulières, comme elle l’a toujours fait». Il a réitéré, à cet égard, «l’engagement indéfectible de l’Algérie en direction du Mali et du peuple malien frère, qui a depuis toujours caractérisé les relations entre les deux pays, y compris dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du Processus d’Alger».

Cette rencontre a été l’occasion de «réitérer l’attachement à sa mise en œuvre effective pour une sortie durable de la crise au Mali». Boukadoum a mis en exergue la conviction de l’Algérie que «seule la voie pacifique du dialogue entre les enfants du pays est à même d’amorcer un réel processus permettant de surmonter les difficultés de l’heure», a souligné le communiqué.

A cette occasion, les membres du CNSP «ont exprimé leur gratitude pour cette visite, la première du genre et de ce niveau, qui constitue un grand geste d’amitié et de solidarité en direction du Mali. Ils ont exprimé leur confiance en l’Algérie qui s’est toujours tenue du côté du peuple malien frère», a-t-on ajouté. Au terme des discussions, les membres du CNSP, tout en réitérant leur attachement aux relations bilatérales avec l’Algérie, «ont exprimé leur souhait d’être accompagnés dans leurs efforts visant à aller vers une sortie de crise consensuelle dans les délais les plus courts possibles», a conclu le communiqué du MAE.

… Et le chef de la Minusma

Le chef de la diplomatie algérienne s’est entretenu aussi avec Saleh Annadif, Représentant spécial du secrétaire général des Nations unies et chef de la Mission intégrée multidimensionnelle des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), a indiqué un communiqué de la même source. Boukadoum a également eu des discussions avec le chef de la Mission de l’Union africaine pour le Sahel (Misahel), Pierre Buyoya. Ces deux rencontres ont eu pour objet «la situation prévalant actuellement au Mali ainsi que les voies et moyens à même d’accompagner ce pays frère et voisin pour surmonter les défis de l’heure», a précisé la même source.

Horizons, 29 août 2020

Tags : Algérie, Mali, CNSP, junte militaire,