Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 25 août 2020

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Tourisme

La note de synthèse du Secrétaire général sur le tourisme et la COVID-19 a été publiée aujourd’hui

Dans un message vidéo, le Secrétaire général a indiqué que le tourisme est l’un des secteurs économiques les plus importants au monde, qui emploie 1 personne sur 10 sur la planète. Il a dit que le tourisme compte parmi les merveilles du monde et c’est pourquoi il a été si douloureux de voir comment il a été dévasté par la pandémie de COVID-19.

Le Secrétaire général a dit qu’au cours des cinq premiers mois de cette année, les arrivées de touristes internationaux ont diminué de plus de moitié et qu’environ 320 milliards de dollars de recettes d’exportation tirées du tourisme ont été perdues.

Au total, quelque 120 millions d’emplois directs dans le tourisme sont menacés plongeant les pays en développement dans une véritable situation d’urgence.

M. Guterres a souligné la nécessité de reconstruire le secteur du tourisme et noté que cette reconstruction doit se faire en toute sécurité et de manière équitable, et ne doit pas avoir d’incidence sur le climat.

Moyen-Orient

Le Conseil de sécurité a tenu une visioconférence ouverte sur la situation au Moyen-Orient. L’exposé a été présenté par M. Nickolay Mladenov, le Coordonnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient. Dans ses remarques, il a réaffirmé combien le Secrétaire général avait salué l’accord entre Israël et les Émirats arabes unis, affirmant qu’il espérait que cela créera une occasion pour les dirigeants israéliens et palestiniens de se réengager.

M. Mladenov a noté que l’accord a le potentiel de changer la dynamique dans la région, créant de nouvelles opportunités de coopération à un moment où le Moyen-Orient et le monde sont confrontés à de graves dangers liés à la COVID-19 ainsi qu’à la radicalisation. Il a ajouté que cela créera de nouvelles opportunités économiques et des opportunités de paix. Il a également exprimé sa préoccupation face à la résurgence de la pandémie de COVID-19 dans le Territoire palestinien occupé et en Israël. L’ONU et ses partenaires ont continué d’aider les Palestiniens à répondre à la pandémie, notamment en comblant les lacunes critiques en matière de fournitures et équipements médicaux.

UNRWA

L’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) s’est dit extrêmement préoccupé par la fermeture de la seule centrale électrique de Gaza depuis mardi 18 août et par l’impact qu’elle aura sur les soins de santé et d’autres secteurs.

Liban

En réponse à une question posée hier sur le Liban, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a déclaré que l’ONU et ses partenaires continuent de fournir une aide d’urgence à ceux qui en ont le plus besoin à la suite des explosions de Beyrouth. Plus de 180 000 personnes bénéficient d’une aide humanitaire vitale, notamment en matière de santé, d’assistance alimentaire et de protection.

L’UNICEF a été en mesure d’acheminer 18 cargaisons de fournitures humanitaires essentielles, totalisant 67 tonnes, par le biais de deux ponts aériens et routes de fret commercial, pour aider les enfants et les familles touchés par les explosions de Beyrouth. Les expéditions comprenaient des équipements de protection individuelle vitaux, des fournitures médicales, d’hygiène et de nutrition.

Pour sa part, le Programme alimentaire mondial (PAM) a indiqué avoir livré 12 500 tonnes de farine de blé dans le pays pour stabiliser le prix du pain à travers le Liban. Le PAM a également commencé à construire des unités de stockage mobiles au port de Beyrouth, qui peuvent être utilisées par nos partenaires comme espace de stockage pour les articles alimentaires en sacs et les articles non alimentaires.

Le PAM s’emploie également à fournir des colis alimentaires aux familles touchées par les explosions. Chaque colis de nourriture contient environ 60 kilogrammes de produits alimentaires – assez pour une famille de cinq personnes pendant un mois.

Le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) gère des unités médicales mobiles qui fournissent des soins médicaux et des services de santé reproductive aux femmes touchées par les explosions.

Yémen

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué que les fortes pluies et les inondations continuent d’affecter le pays depuis mars, et que 300 000 personnes auraient perdu leur maison et leurs moyens de subsistance. Les pluies ont également un impact sur les personnes qui ont dû fuir le conflit. Près de 150 personnes ont perdu la vie en raison des inondations, qui ont également endommagé des maisons, des routes, des poteaux électriques et des services de télécommunications, entre autres infrastructures. L’ONU et ses partenaires évaluent la situation et mobilisent une aide d’urgence, comprenant notamment de la nourriture et d’autres articles. Cependant, les partenaires des Nations Unies manquent d’abris d’urgence et d’autres articles non alimentaires dans plusieurs districts. Les agences d’aide sont aux prises avec de graves déficits de financement pour de nombreux programmes de base, ce qui aggrave les défis.

À ce jour, le Plan de réponse humanitaire des Nations Unies au Yémen n’est financé qu’à hauteur de 24% des besoins. L’ONU exhorte les donateurs à respecter toutes leurs annonces de contributions, à ceux qui ont déjà donné de donner plus et à ceux qui n’ont pas encore donné à faire ce pas.

Afghanistan

Les combats dans la province de Kondoz ont provoqué le déplacement de près de 52 500 personnes. Ils ont commencé le 16 août lorsqu’un groupe armé non étatique a lancé de multiples attaques contre les avant-postes des Forces de sécurité nationales afghanes, qui ont à leur tour répondu par des offensives terrestres et des frappes aériennes. À ce jour, les combats ont diminué en intensité, mais continuent dans des zones concentrées. La situation sécuritaire reste tendue dans la province. L’ONU et ses partenaires ont déployé des équipes conjointes d’évaluation à Kondoz. Une augmentation supplémentaire du personnel d’autres régions du pays est en cours pour accroître la capacité d’évaluation et d’intervention. L’ONU et ses partenaires commenceront à fournir une aide humanitaire comprenant des abris, de la nourriture et des soins de santé en fonction des besoins.

Syrie

L’ONU reste préoccupée par le nombre croissant de cas de COVID-19 dans tout le pays, où la capacité de tester et de riposter reste limitée.

À ce jour, le Ministère syrien de la santé a confirmé 2 293 cas, dont 92 décès.

Dans le cadre de son soutien, le Fonds humanitaire des Nations Unies pour la Syrie a commencé le décaissement de 23 millions de dollars pour 32 projets approuvés dans les secteurs de la santé, de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène, ainsi que des secteurs de la protection, de l’alimentation et de la logistique.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a également élargi ses activités pour inclure la distribution de nourriture dans les centres de quarantaine et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a inclus du savon dans ses paniers d’aide alimentaire. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dirige les mesures de préparation et d’atténuation de l’ONU dans toute la Syrie, y compris dans le Nord-Ouest et dans le Nord-Est.

Maintien de la paix

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a fourni des savons antibactériens et des seaux de lavage des mains aux communautés de l’Équatoria-Oriental, ce qui facilite le respect des directives d’hygiène recommandées pour la population. La Mission a également fait don d’une ambulance au groupe de travail COVID-19 à Kodok, dans l’État du Haut-Nil, pour aider les travailleurs locaux à se déplacer plus facilement.

Au Liban, la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) a fourni du matériel de protection individuelle et d’autres fournitures aux communautés d’accueil dans le sud-est du pays. La mission donnera d’autres fournitures à d’autres municipalités du sud du Liban dans les prochains jours.

Au Mali, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) continue d’exécuter son mandat en même temps qu’elle s’efforce de faire face à la pandémie. Dans le cadre de son programme de désarmement, de démobilisation et de réinsertion, la Mission a inauguré un centre communautaire pour les jeunes de la ville d’Askia, à Gao, pour aider à lutter contre l’extrémisme violent et la radicalisation des jeunes. Ce nouveau centre accueillera des réunions et des formations pour les jeunes dans le cadre de la mise en œuvre de la politique nationale de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent au Mali.

République de Moldova

L’équipe de pays des Nations Unies, dirigée par le Coordonnateur résident, M. Simon Springett, travaille avec les autorités pour s’attaquer aux impacts sanitaires, sociaux et économiques de la pandémie.

Le plan d’intervention et de rétablissement COVID-19 vise à mieux rebondir pour atteindre les objectifs de développement durable. Alors que presque toutes les entreprises moldaves sont petites ou moyennes, employant 60% de la population, un récent rapport du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a révélé que seule une entreprise sur trois dispose des ressources nécessaires pour amortir l’impact de la pandémie. Le PNUD et ses partenaires offrent une formation pour aider les entreprises à survivre et à s’adapter aux nouveaux défis.

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le PNUD ont mené une enquête auprès de la diaspora moldave, et trouvé que 150 000 migrants moldaves devraient rentrer dans leur pays d’origine cette année. Cela pourrait entraîner un bond de 8% du chômage d’ici à la fin de 2020.

ONU-Femmes a constaté que, pendant la pandémie, les femmes qui vivent dans les zones urbaines ont enregistré plus de cas de violence domestique que celles qui résident dans les zones rurales.

Financement numérique

Demain, mercredi 26 août, à 10 heures, sera présenté le rapport intitulé « L’argent du peuple: exploiter la numérisation pour financer un avenir durable ». Le rapport a été élaboré par l’Équipe spéciale du Secrétaire général sur le financement numérique et souligne comment des milliards de personnes dans le monde réagissent à la pandémie en utilisant des outils numériques pour travailler, dépenser et socialiser. Il fait valoir qu’il existe une occasion historique d’exploiter la numérisation pour placer les citoyens, les propriétaires ultimes des ressources financières mondiales, dans le contrôle de la finance pour s’assurer qu’elle répond à leurs besoins, aujourd’hui et dans le futur. Le rapport identifie également les principales possibilités qui s’offrent à l’avenir pour utiliser la finance numérique comme un élément essentiel du développement durable et de la réalisation des objectifs de développement durable. Le Secrétaire général prendra la parole lors du lancement qui sera retransmis en direct.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.

UN PRESS RELEASE, 25 août 2020

Tags : MAINTIEN DE LA PAIX, ENFANTS, ECONOMIC ISSUES, ALIMENTATION, SANTÉ, AFFAIRES HUMANITAIRES, QUESTIONS PALESTINIENNES, POPULATION, QUESTIONS DE GENRE ET DE FEMMES, MOYEN-ORIENT, ÉTAT DE PALESTINE, LIBAN, YÉMEN, AFGHANISTAN, SYRIE, SOUDAN DU SUD, MALI, RÉPUBLIQUE DE MOLDOVA,

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.