La Belgique choquée par le salut nazi d’une policière

Images d’un policier faisant le salut nazi lors d’une opération choc Belgique

L’affaire remonte à février 2018, lorsqu’un passager de nationalité slovaque qui s’apprêtait à embarquer à Charleroi, sur un vol pour Bratislava, a été arrêté par la police.

La publication d’une vidéo dans laquelle un policier est vu en train de faire le salut nazi lors d’une intervention brutale, des images rappelant l’affaire George Floyd aux Etats-Unis, a choqué mercredi en Belgique.

L’affaire remonte à février 2018, lorsqu’un passager de nationalité slovaque, Jozef Chovanec, qui s’apprêtait à embarquer à Charleroi, sur un vol à destination de Bratislava, a été arrêté par la police pour avoir refusé de remettre son billet.

Chovanec, qui est tombé dans le coma après avoir subi une crise cardiaque au cours de l’incident et est décédé quelques jours plus tard à l’hôpital, a été emmené dans une cellule en raison d’un comportement agité.

Mercredi, l’événement a été révélé lorsqu’un média belge a publié des images vidéo inédites, à l’initiative de la veuve de la victime qui a dénoncé la lenteur de la justice à déterminer les causes exactes du décès.

Sur ces images de vidéosurveillance, on voit un homme saignant abondamment au visage après s’être cogné la tête contre un mur, après plusieurs heures de privation de liberté.

La police intervient alors pour contrôler le sujet et lui passe les menottes. Au cours de cette action, l’un des policiers fédéraux (six au total impliqués) s’assoit sur l’homme, allongé face contre terre sur un matelas, pendant 16 minutes.

Certains semblent s’amuser par la situation et un policier les salue brièvement, selon les images d’une caméra placée dans la cellule.

« Les images sont choquantes, le comportement des policiers est inacceptable », a déclaré à l’AFP Erik Eenaerts, porte-parole du ministre de l’Intérieur Pieter De Crem.

Il a affirmé que De Crem avait découvert les images mercredi, tout comme la direction de la police fédérale.

« Nous avons demandé à la police fédérale de clarifier à 100% cet incident et de mener une enquête disciplinaire parallèlement à l’enquête judiciaire en cours », a-t-il ajouté.

L’agent qui a fait le salut nazi, quant à lui, « a été mutée et envoyée dans un service où elle n’est pas en contact avec le public », selon Erik Eenaerts.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.