Espagne : Une marocaine au cœur d’une polémique politique

Dina Bousselham, marocaine de 29 ans, et ancienne assistante de Pablo Iglesias, le leader de Podemos, lors de ses années d’eurodéputé, est accusé d’être une espionne à la solde du Maroc.

En effet, depuis quelques jours, la polémique monte sur le lien entre les services secrets marocains et celle dont a attribué une ancienne relation sentimentale de Pablo Iglesias. Cela en dépit qu’elle a été vue, à plusieurs reprises, aux côtés de Jira Bulahe, dans des actes de solidarité avec le peuple sahraoui.

Ses détracteurs avancent que lors que Dina Bousselham étudiait à l’Université de Sciences Po, elle participait à des événements organisés par la Coordination de Marocains du Monde, un lobby qui défend la « marocanité du Sahara ». On lui attribue aussi des relations avec le PAM, un parti créé par l’ami le plus proche du roi Mohammed VI. De 2011 à 2013, elle était porte-parole du magazine Al-Qáfila, où elle organisait des événements avec des politiciens de différents partis, dont le PAM, comme des débats sur lignes rouges du journalisme au Maroc avant et après la réforme constitutionnelle de 2011.

Tout a commencé en 2015 lorsque le téléphone portable de Bousselham a été volée lors d’un achat de meubles chez IKEA. Le 20 janvier 2016, Antonion Asensio, propriétaire d’Interviú, remet la carte de téléphone portable volée de Dina Bousselham à Pablo Iglesias. Ce dernier visionnera la carte et décide de la garder et ne rien dire à la propriétaire légitime.

Le 16 juin 2016, OK Diario commence à publier des captures d’écran du groupe Telegram de Podemos, celles dans lesquelles Pablo Iglesias parle de la fessée de Marilu Montero et d’être un homme Alpha. Un avocat de Podemos, José Manuel Calvente, déclare qu’il ne s’agit pas d’un vol mais plutôt d’une fuite interne de Podemos.

Le 2 août, Dina Bousselham identifie dans sa publication des captures de son téléphone portable volé et dépose une plainte devant la justice espagnole.

Le 10 février 2017, le compagnon de Dina, Ricardo Ferreira, tente en vain de récupérer le contenu de la carte endommagée que Pablo Iglesias leur aurait donnée. En vue de sauver le contenu de cette carte, ils l’ont envoyé en Angleterre.

Le 3 novembre, le commissaire Villarejo a été arrêté dans le cadre de l’opération Tandem. On retrouve chez lui la carte SIM de Bousselham supposée avoir été remise par le directeur du magazine Interviu. Unidas Podemos crit au complot de l’État.

Le 11 mai 2020, Bousselham annonce qu’elle quitte Podemos pour prendre la tête de La última hora, un « média indépendant » très promotionné par le parti de Pablo Iglesias.

Tags : Espagne, Dina Bousselham, Podemos, Unidas Podemos, Pablo Iglesias,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.