Opinion : Le peuple du Sahara Occidental sont des réfugiés oubliés de l’Afrique

La Journée mondiale des réfugiés tombe chaque année le 20 juin et est dédiée aux réfugiés du monde entier.

La Journée mondiale du réfugié s’est tenue pour la première fois dans le monde le 20 juin 2001, à l’occasion du 50e anniversaire de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés.

Elle était à l’origine connue sous le nom de Journée des réfugiés en Afrique, avant que l’Assemblée générale des Nations Unies ne la désigne officiellement comme une journée internationale en décembre 2000.

Chaque année, la Journée mondiale des réfugiés est marquée par une variété d’événements dans de nombreux pays du monde en faveur des réfugiés.

Le peuple du Sahara occidental continue d’être le peuple oublié de l’Afrique et du monde.

Peu de choses sont écrites sur la crise des réfugiés sahraouis, mais cette situation est l’un des conflits les plus prolongés au monde. Les communautés de réfugiés sahraouis endurent leur 45e année de déplacement.

Selon le rapport du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies (HCR) de mars 2018, intitulé « Réfugiés sahraouis à Tindouf, Algérie »: la population totale dans le camp, le nombre de réfugiés sahraouis déplacés à la suite de l’invasion du pays par la Mauritanie et le Maroc en 1975 s’élève à 173 600.

Les réfugiés ont été hébergés dans cinq camps, à savoir: Aousserd (36 400), Boujdour (16 500), Dakhla (19 500); El Aaiun (50 500) et Smara (50 700) dans l’Etat d’Algérie voisin.

L’année dernière, l’Union africaine a déclaré l’année 2019 comme l’année «Réfugiés, rapatriés et personnes déplacées: vers des solutions durables aux déplacements forcés en Afrique».

Cela, selon le rapport de l’UA, était en reconnaissance des 6,3 millions de réfugiés et 14,5 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI) à travers le continent. Le continent africain abrite également 509 900 demandeurs d’asile et 712 999 apatrides selon l’Union africaine.

Selon des informations fournies par le Croissant-Rouge sahraoui – une agence d’aide fondée le 26 novembre 1975 pour aider les réfugiés et fournir une assistance aux victimes de catastrophes – «Les réfugiés sahraouis sont devenus plus vulnérables au fil des ans en raison d’un nombre considérable de facteurs tels que les conditions météorologiques extrêmes sur le territoire, la période de temps prolongée pendant laquelle les réfugiés ont été déplacés sans qu’une solution claire soit recherchée pour la crise humanitaire, et l’aide décroissante fournie par les organisations internationales pour amortir les conditions épouvantables dans lesquelles se trouvent les réfugiés ».

Le Sahara occidental, un territoire désertique sur la côte ouest de l’Afrique du Nord, connaît des étés extrêmement chauds avec des températures qui dépassent les 50 degrés Celsius, tandis qu’en hiver, les températures tombent en dessous de 0 degrés Celsius pendant des périodes prolongées.

Les tempêtes de sable périodiques constituent également un danger constant pour les plus de 173 600 réfugiés sahraouis qui se sont vu refuser leur patrie par le cruel régime marocain qui refuse toujours de reconnaître le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, selon la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum en Occident. Sahara (MINURSO), créé par la résolution 690 du Conseil de sécurité du 29 avril 1991.

Avec la diminution de l’aide financière du Programme alimentaire mondial (PAM) au Sahara occidental au fil des ans, l’accès à la nourriture et à la nutrition devient de plus en plus critique pour les populations déplacées de la dernière colonie africaine.

L’enquête nutritionnelle la plus récente de l’UNCHR / PAM indique que 25% des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition.

De plus, une anémie ou une anémie ferriprive, causée par de faibles niveaux de fer dans le corps en raison d’une alimentation insuffisante, est diagnostiquée chez 53% des enfants de moins de 5 ans. La moyenne mondiale est également inquiétante, car la malnutrition est citée comme la cause du décès de la moitié des enfants de moins de 5 ans.

La crise du Sahara occidental est une représentation d’une crise mondiale qui doit être abordée si l’objectif de développement durable 2 (ODD) de la faim zéro dans le monde doit être réalisé.

Une évaluation de la sécurité alimentaire menée par le PAM décrit 30% de la population totale de réfugiés sahraouis en situation d’insécurité alimentaire, 58% de cette population étant menacée d’insécurité alimentaire.

L’objectif de développement durable numéro 6 vise à garantir l’accès à l’eau et à l’assainissement pour tous. Mais avec pratiquement aucune pluie pendant la majeure partie de l’année, les réfugiés sahraouis n’ont accès qu’à une moyenne de 14 litres d’eau potable par personne et par jour; c’est six litres de moins que la référence mondiale (norme humanitaire) de 20 litres d’eau par personne et par jour.

Le manque d’infrastructures, le manque de médicaments et le manque d’équipements médicaux adéquats sont des défis rencontrés par le personnel médical chargé de gérer les centres de santé dans les camps de réfugiés qui abritent la population de réfugiés déplacés du Sahara occidental, qui vivent dans ce cadre de réfugiés «  temporaire  » depuis 1975.

Nous devons assurer une action constante, ciblée et délibérée garantissant le «droit inaliénable à l’autodétermination» du peuple du Sahara occidental.

Au milieu du désert du Sahara, il y a des milliers et des milliers de réfugiés sahraouis oubliés par le monde et oubliés par notre propre continent africain.

Cela reste une crise qui requiert une volonté politique et une détermination à voir la justice pour un peuple, 45 ans plus tard et toujours pas de fin en vue. Les défis sont insurmontables et le silence sur cette question continue d’être très préoccupant.

Catherine Constantinides est une militante internationale pour le climat et la justice sociale et défenseure des droits humains. Suivez-la sur Twitter @ChangeAgentSA

Vitalio Angula est un commentateur sociopolitique et chroniqueur indépendant.

Source

Tags : Sahara Occidental, Maroc, Front Polisario, réfugiés, Algérie, Tindouf, Journée Internationale des réfugiés,

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.