Afrique : Les charlatans et la pandémie

En Afrique, le charlatanisme repose sur un seul et même principe : le mensonge. Et plus le mensonge est gros et plus les gens y croieront. Parce que le mensonge des charlatans frappent de stupeur la plupart de ceux qui y sont confrontés, en leur faisant perdre tout esprit critique.
 
Jusqu’à il y a quelques semaines les charlatans chez nous étaient essentiellement ces gens qui prétendaient pouvoir communiquer avec le monde de l’invisible. Les Bokonons les Alphas et les Pasteurs ne pouvant pas être contredits par les  » Non-initiés » ils sont allés très loin dans la manipulation des masses. Certains sont allés jusqu’à demander à leurs ouailles féminines de leur faire des fellations pour sauver leur l’âme .
 
Mais le Covid19 étant un virus bien réel ces manipulateurs de l’ombre n’ont pas pu spéculer sur cette pandémie.
 
Sont alors apparus dans les
espaces médiatiques locaux des scientifiques africains qui prétendent avoir mis au point des médicaments efficaces contre le Covid19. Et ce, en quelques semaines.
 
Mais aucun d’entre eux ne communique sur l’aspect scientifique de leur médicament.
 
On ne connaît rien de leurs travaux, c’est à dire rien des molécules composant leur médicament. On en sait encore moins sur l’activité pharmacologique la marge thérapeutique active la biodisponibilité ou la toxicité de leur médicament.
 
Ces scientifiques Africains préfèrent spéculer sur les réactions idéologiques que suscitent leurs travaux en Occident
 
L’Occident aurait monté un complot contre eux, ne voudrait pas le développement de l’Afrique, voudrait faire du fric sur le dos de l’Afrique via la pandémie du Covid19.
 
C’est là que réside l’arnaque de ces scientifiques africains. Amener les populations africaines à se focaliser exclusivement sur les questions idéologiques et politiques que suscitent leur médicament pour que eux n’aient pas de comptes à rendre aux opinions publiques africaines sur l’aspect scientifique de leurs travaux.
 
Leur attitude peut alors être qualifiée d’iresponsable. Car c’est jouer avec la santé publique de nos populations. Alors que le paludisme tue, le Sida tue, le Covid19 tue. Et par centaines de milliers sur le continent.
 
Dans les années 50 et 60, les intellectuels Africains ont posé les exigences et les conditions auxquels devaient répondre les Africains pour engager le continent sur la voie de la reconstruction de nos nations.
 
Pour Cheikh Anta Diop, cela passait par la mise sur pied d’institutions scientifiques fortes afin qu’émerge en Afrique une science de qualité qui puisse être mis à disposition de toutes les populations et notamment les plus démunies. Afin que naisse une communauté de véritables scientifiques africains à même de discuter d’égal à égal avec des scientifiques du reste du globe.
 
Plus proche de nous, JJ Rawlings l’ancien Chairman du Ghana parlait de mettre en place des institutions tellement fortes que le diable en personne ne pourrait pas les détruire.
 
C’est donc le manque d’état et le manque d’institutions publics dignes de ce nom qui en Afrique entraîne la prolifération de pseudoscientifiques. Cela est particulièrement vrai dans les espaces de la France-Afrique où l’état est carrément défaillant irrationnel et corrompu faisant le jeu de charlatans en tout genre.
 
Nos peuples méritent mieux que tous ces pseudoscientifiques, ils méritent l’émergence d’un véritable corps de scientifiques comme aux temps de l’Égypte pharaonique et du haut Moyen-Âge africain qui ont vu exister des civilisations solides et équilibrées.
 
Ci dessous, manuscrits de Tombouctou datant du 13 ème siècle, écrit dans des langues africaines en caractère arabe et traitant de mathématiques d’astronomie de médecine de droit de philosophie de médecine de chirurgie….
 
Il en existe aujourd’hui encore plus de 700000 dans tout le Sahel.
 
Ce qui témoigne de la vitalité des sciences dans l’Afrique de l’ouest précoloniale.
 
Ahmad Nougbo
 
Tags : Afrique, charlatanisme, gourou, gri-gri, pandémie, covid-19,