Lettre ouverte du Groupe d’appui à Genève (ONG) condamne la nomination de l’ambassadeur du Maroc Omar Hilale

Le Groupe genevois de soutien aux droits de l’homme, à l’occasion de la récente nomination par le président de l’Assemblée générale des Nations unies (ambassadeur Tijjani Muhammad-Bande – Nigéria) de l’ambassadeur Omar Hilale (représentant permanent du Maroc auprès des Nations unies) en tant que co -facilitateur en train de réformer le système des traités des droits de l’homme, il a envoyé une lettre ouverte au Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, qui a également été distribuée aux Missions permanentes à Genève et à New York ainsi qu’à plusieurs fonctionnaires du Haut-Commissariat aux droits de l’homme et le Haut Commissaire pour les réfugiés.

Dans la lettre ouverte, le Groupe d’appui à Genève pour la protection et la promotion des droits de l’homme au Sahara occidental, qui comprend plus de 200 organisations dans le monde, exprime sa profonde préoccupation que les Nations Unies confient la tâche de facilitateur d’un diplomate qui a été personnellement et largement accusé d’avoir utilisé des actes de corruption et d’espionnage contre le personnel des Nations Unies alors qu’il était représentant permanent du Royaume du Maroc à Genève et le fait que le Maroc reste un lieu où les libertés et les droits les droits fondamentaux, y compris la liberté d’expression et la liberté de réunion pacifique, sont constamment violés et font donc partie des pays ayant le pire bilan en matière de droits de l’homme au monde.

Voici le texte de la lettre :

ONG – Groupe d’appui à Genève pour la protection et
la promotion des droits de l’homme au Sahara occidental

Lettre ouverte au Président de l’Assemblée générale
S.E. M. Tijjani Muhammad-Bande

Son Excellence,

Les 210 organisations signataires expriment leur profonde préoccupation face à la nomination du Représentant permanent du Maroc auprès des Nations Unies, M. Omar Hilale, comme l’un des deux cofacilitateurs du processus de «Renforcement et amélioration du fonctionnement efficace du système d’organes créé en en vertu des traités relatifs aux droits de l’homme ».

Malgré tous les efforts législatifs et de communication déployés par ses autorités, le Royaume du Maroc reste un lieu où les libertés et libertés fondamentales sont constamment bafouées, y compris la liberté d’expression et la liberté de réunion pacifique et, par Par conséquent, il fait partie des pays ayant le pire bilan en matière de droits de l’homme au monde.

En outre, le Royaume du Maroc occupe illégalement et militairement le territoire non autonome du Sahara occidental depuis 1975 et viole systématiquement le droit international humanitaire, ainsi que tous les droits fondamentaux du peuple sahraoui, y compris sa souveraineté sur les ressources naturelles et son droit inaliénable à l’autodétermination et à l’indépendance, consacrées dans la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Ces dernières années, le Comité des droits de l’homme et le Comité des droits économiques, sociaux et culturels se sont déclarés préoccupés par le fait qu’aucune solution à la question du droit à l’autodétermination du territoire non autonome du Sahara n’ait été trouvée. Occidental et l’exploitation illégale des ressources naturelles du territoire.

Vu la communication présentée par Ennaâma Asfari (l’un des dirigeants de la manifestation de masse de 2010 à Gdeim Izik), condamné à 30 ans de prison sans aucune preuve matérielle, le Comité contre la torture et autres traitements cruels, châtiments, inhumains ou La dégradation a jugé que le Royaume du Maroc avait violé les articles 1 et 12 à 16 de la Convention. Dans une lettre datée du 9 février 2017, le Royaume du Maroc a fermement rejeté la décision.

Dans le passé, le Rapporteur spécial sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants a déterminé que «la torture et les mauvais traitements étaient utilisés pour obtenir des aveux et que les manifestants étaient soumis à un usage excessif de la force par Officiers marocains chargés de l’application des lois.  » Il a également déterminé que « une force excessive avait été utilisée pendant les manifestations pour l’indépendance du Sahara occidental, y compris des enlèvements et des désertions, afin d’intimider les manifestants présumés ».

Ces dernières années, lors de l’examen de différentes plaintes déposées par des défenseurs des droits humains ou des journalistes sahraouis, le Groupe de travail sur la détention arbitraire a souligné à plusieurs reprises les violations de la Déclaration universelle des droits de l’homme et du Pacte international relatif aux droits civils et politiques par une partie des autorités marocaines. Le Royaume du Maroc rejette systématiquement ces conclusions.

Dans son avis le plus récent (n ° 67/2019), publié le 31 mars dernier, dans lequel la communication présentée par un groupe de 14 étudiants a été examinée, le groupe de travail a considéré que l’arrestation du groupe d’étudiants était et est arbitraire. , car il viole les articles 9, 10, 19 et 23 de la Déclaration universelle des droits de l’homme et les articles 1, 2, 3, 7, 9, 14, 18, 19, 26 et 27 de la Convention internationale des droits civils et politiques .

En outre, le Groupe d’appui aux ONG – Genève pour la protection et la promotion des droits de l’homme au Sahara occidental exprime sa plus profonde préoccupation de voir que les Nations Unies confient la tâche de co-faciliter un diplomate qui a été personnellement accusé et Recours généralisé à des actes de corruption et d’espionnage contre le personnel des Nations Unies alors qu’il était Représentant permanent du Royaume du Maroc à Genève.

Il convient de rappeler ici que pendant la période de Mme Navy Pillay en tant que Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, M. Hilale a été inculpé, sur la base de plusieurs documents officiels divulgués par un plaignant marocain (https: // bit.ly/2x1OzA9), pour corrompre certains hauts fonctionnaires des Nations Unies, principalement le Suédois Anders Kompass et le Sénégalais Bacre Waly Ndiaye, en plus d’utiliser le Pakistanais Athar Sultan Khan, comme source d’information dans le bureau de M. Antonio António Guterres, ancien Haut Commissaire du HCR.

Selon ces documents officiels, M. Hilale utilisait ces trois fonctionnaires des Nations Unies pour servir les intérêts de son pays, manipulant les mécanismes des Nations Unies et compromettant les efforts déployés à l’époque par l’Envoyé. Le personnel du Secrétaire général des Nations Unies, l’hon. M. Christopher Ross. En fait, une telle action a sapé des années d’efforts de l’ONU pour trouver une solution au processus de décolonisation au Sahara occidental.

Les membres de l’ONG – Groupe d’appui à Genève pour la protection et la promotion des droits de l’homme au Sahara occidental soulignent que la réputation et la neutralité de l’ONU sont déjà gravement endommagées au Sahara occidental, où sa mission est un témoin impuissant de les graves violations du droit international humanitaire et des droits de l’homme par l’occupant marocain.

Les membres de l’ONG – Groupe d’appui à Genève pour la protection et la promotion des droits de l’homme au Sahara occidental saisissent cette occasion pour réitérer leur appel aux membres du Conseil de sécurité des Nations unies et, en particulier, à la France ( la patrie des droits de l’homme) pour inclure un chapitre sur les droits de l’homme dans le mandat de la MINURSO et permettre sincèrement à la Mission de s’acquitter de son mandat fondamental, qui devait être rempli en 1992: l’organisation et la supervision d’un référendum d’autodétermination du peuple du Sahara occidental.

Cordialement,

Bir Lehlu / Genève, 16 avril 2020
c.c. : MA Guterres, Secrétaire général de l’ONU
Mme M. Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme MF Grandi, Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés.

Comité des proches des 15 jeunes kidnappés, Comité des proches des martyrs et des disparus, Comité des proches des prisonniers politiques sahraouis, Comité de Jumelage et d’échange international / Gonfreville l’Orcher, Comité de protection des défenseurs sahraouis – Freedom Sun , Comité pour la protection des ressources naturelles, Comité sahraoui pour la défense des droits de l’homme (Glaimim), Comité sahraoui pour la défense des droits de l’homme (Smara), Comité sahraoui pour la défense des droits de l’homme (Zag), Comité sahraoui pour le suivi des droits Humains (Assa), Comité de solidarité Oscar Romero, Comité suisse de soutien au peuple sahraoui, Comité des victimes d’Agdaz et de Magouna, Communauté sahraouie d’Aragon, Communauté sahraouie de Castilla y León, Communauté sahraouie de Castilla la Mancha, Communauté sahraouie de Catalogne , Communauté sahraouie de Grenade, Communauté sahraouie de Las Palmas, Communauté sahraouie de Murcie, Coordonnateur d’État des associations Sol idarias avec le Sahara (CEAS – Sahara), coordinateur de Gdeim Izik pour un mouvement pacifique, coordinateur des diplômés sahraouis sans emploi, coordinateur des organisations non gouvernementales de coopération au développement (CONGDIB), coordinateur des ONG à Aaiún, coordinateur sahraoui des droits de l’homme de Tantan, DISABI Bizkaia, Emmaüs Åland, Emmaüs Stockholm, Equipe Média, Federació ACAPS de Catalunya, Federació d’Associacions de Solidaritat amb el Poble Sahrauí del País Valencià, Fédération andalouse des associations de solidarité avec le Sahara (FANDAS), Fédération des associations des amis du peuple sahraoui d’Estrémadure (FEDESAEX), la Fédération de la Communauté de Madrid des associations de solidarité avec le Sahara (FEMAS Sahara), la Fédération nationale des institutions de solidarité avec le peuple sahraoui (FEDISSAH), Fondation Frantz Fanon, Forum Future of Saharawi Women, Freiheit für die Westsahara eV, Fundación Constituyente XXI, Fundación Mundubat, Fundación Sahara Libre-Venezuela, Fundación Sahara occidental, Fondation latino-américaine pour les droits de l’homme et le développement social (Fundalatin), Giuristi Democratici , Global Aktion – People & Planet before profit, Groupe Non Violence Active (NOVA SAHARA OCCIDENTAL), Groupe pour la démission de la nationalité marocaine, Habitat International Coalition, Housing and Land Rights Network, Ibsar Al Khair Association for the Disabled in Western Sahara, Conseil indien d’Amérique du Sud (CISA), Association internationale des avocats démocrates (IADL), International Educational Development, Inc., International Fellowship of Reconciliation (IFOR), Libération, Ligue de défense des prisonniers politiques sahraouis, Ligue des sportifs sahraouis d’Espagne , Ligue des étudiants sahraouis en Espagne, Ligue des femmes sahraouies en Espagne, Liga Nacional dos D Droits de l’homme, Ligue des journalistes sahraouis en Espagne, Ligue sahraouie pour la défense des droits de l’homme et la protection de RW-Bojador, Ligue des jeunes et des étudiants sahraouis en France, Ligue pour la protection des prisonniers Sahraouis dans les prisons marocaines (LPPS), Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP), Équipe nationale de télévision, Mouvement nigérian pour la libération du Sahara occidental, Comité norvégien de soutien au Sahara occidental, Observatoire des Médias Saharaouis pour documenter les violations des droits de l’homme, Observatoire aragonais du Sahara occidental, Observatoire asturien des droits de l’homme pour le Sahara occidental (OAPSO), Observatoire sahraoui des enfants et des femmes, Observatoire sahraoui de la protection de l’enfance, Observatoire sahraoui des ressources naturelles, 1514 Oltre il muro, Organisation contre la torture à Dakhla, Organisation sahraouie pour la défense des libertés et de la dignité, Pallasos dans la rébellion et Festiclown, Paz y Cooperación, Platform of Organizations Chile Mejor Sin TLC, Por un Sahara Libre, Right Livelihood Foundation, Sahara Euskadi Vitoria, Sahara Gasteiz Vitoria, Saharawi Advocacy Campaign, Association sahraouie pour les personnes handicapées du Sahara occidental, Association sahraouie aux États-Unis (SAUSA), Campagne sahraouie contre le pillage (SCAP), Centre sahraoui des médias et de la communication, Équipe des médias sahraouis, Saharawi Voice, Sandblast Arts, Schweizerishe Unterstützungskomitee für die Sahraouis, Sindacato Español Comisiones Obrearas (CCOO), Solidariedade Galega col SOGAPS), Stichting Zelfbeschikking West-Sahara, Tayuch Amurio, Tawasol Lludio, l’Islandais nous Association du Sahara occidental, Comité suédois du Sahara occidental, TIRIS – Associazione di Solidarietà con il Popolo Saharawi, Unión de Asociaciones Solidarias con el Sahara de Castilla y León, Union des Ingénieurs Sahraouis, Union de Juristas Saharauis (UJS), Union nationale des avocats sahraouis , Union nationale des étudiants de Saguia El Hamra et Rio de Oro (UESARIO), Union nationale des jeunes de Saguia El Hamra et Rio de Oro (UJSARIO), Union nationale des femmes sahraouies (UNMS), Union nationale des travailleurs de Saguia El Hamra et Rio de Oro (UGTSARIO), Union des journalistes et écrivains sahraouis (UPES), US Western Sahara Foundation, VZW de Vereniging van de Sahrawi Gemeenschap in Belgie, Werken Rojo – Digital Media, Western Sahara Resource Watch Spain (WSRW Spain ), Western Sahara Times, Organisation mondiale de Barua (WBO), Conseil mondial de la paix.

Source : Por un Sahara Libre, 17 avr 2020

 
Tags : Sahara Occidental, Omar Hilale, ONU,