Marocleaks : Selon la DGED les méthodes de travail de Michaelle Gagnet sont « très éloignées de l’éthique journalistique »

Les journalistes françaises, Michaelle Gagnet et son assistante Marion, sont arrivés au Maroc afin de tourner un reportage qui a été diffusé sur M6 dans le cadre de l’émission « 66 minutes » du 20 Mai 2008, consacrée à la « Femme dans l’Islam. Michaëlle Gagnet prévoyait de rencontrer certains membres de la famille El Mejjati dans le but de retracer le parcours du terroriste franco marocain Karim El Mejjati.

Dans un email envoyé à la DGED marocaine le 11 mai 2008, Nadia Jalfi signalait « qu’il semblerait que les méthodes de travail de Michaelle Gagnet soient très éloignées de l’éthique journalistique ».

Réalisatrice de documentaires et reportages pour Arte, France 2, France 5 et M6, Michaëlle Gagnet a vécu trois ans en Tunisie. Elle est l’auteure du documentaire « Sexe et Amour au Maghreb », diffusé sur M6 en janvier 2019, qui a inspiré son livre sur le même thème « Amour interdit ».

L’avis de Nadia Jalfi diffère lorsqu’il s’agit de Bénédicte Delfaut. Celle-ci s’est rendu au Maroc en 2008 en vue de « tourner un reportage sur la dernière opération terroriste menée par les autorités marocaines » pour l’émission « Sept à huit » de TF-1.

« Selon la demande formulée par Bénédicte Delfaut, réalisatrice du reportage, il s’agirait de rendre compte du mieux possible des efforts consentis afin de circonscrire la menace terroriste. La nature du projet et de son auteur, nous permet d’avancer qu’il sera possible de maîtriser l’opération de bout en bout et par la même de véhiculer le message adéquat », indique-t-elle.

Tags : Maroc, DGED, Nadia Jalfi, Michaëlle Gagnet, Bénédicte Delfaut, journalistes français,

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.