Le roi du Maroc suspecté d’entretenir une relation sentimentale avec un champion d’arts martiaux

Maroc, Mohammed VI, Abu Azaitar, #Maroc,

La relation suspecte entre le roi Mohamed VI et un champion d’arts martiaux
Depuis avril de cette année, le roi du Maroc et Abou Bakr sont devenus inséparables

Depuis que Mohamed VI du Maroc du Maroc a divorcé de sa femme Lalla Salma (en mars 2018), il avait eu une vie sociale, disons, un peu tranquille, jusqu’à ce qu’il rencontre un trio d’athlètes qui ont apparemment changé son existence. Ce sont les frères Othman, Abu Bakr et Omar Azaitar (les deux premiers, champions du ring et le troisième, leur entraîneur et manager).

Et c’est avec Abu Bakr que dans le monde du sport on appelle le gladiateur marocain avec lequel le roi du Maroc a noué une relation si étroite qu’il a même commencé à éveiller le soupçon que ce qui existe entre eux existe plus qu’une simple amitié.

Les frères, nés en Allemagne, mais d’origine marocaine, étaient très admirés par le roi, notamment pour leurs exploits dans les championnats d’arts martiaux mixtes. La rencontre entre les trois et le monarque ne s’est donc pas fait attendre. Cela s’est produit en avril de cette année grâce à une audition tenue au Palais Royal de Rabat.

Presque immédiatement, une grande amitié a émergé entre les quatre, mais les médias assurent que c’était avec Abu Bakr avec qui il a eu un lien particulier.

Il est vrai qu’il les a emmenés tous les trois à la mosquée Hassan (également à Rabat), où il les a placés au deuxième rang ; Il est également vrai qu’il les a invités au dîner par lequel se termine le jeûne du Ramadan connu sous le nom d’Iftar.

Mais seul Abou Bakr a été invité à la fête religieuse appelée Aid el Fitr. Par ailleurs, au début des vacances d’été (dont le roi profite sur la côte d’Achakar, une ville du nord du Maroc), l’athlète a été aperçue avec Mohamed VI.

Entre autres activités, les deux ont profité d’une balade en voiture décapotable ensemble, ont fait un tour à bord d’un voilier et ont visité le palais Moulay el Mehdi à Tanger.

De son côté, Abou Bakr n’a fait que louer le roi. « C’est incroyable à quel point il prend soin de nous », « Merci beaucoup pour tout ! » « Nous voulons notre roi! » « (…) il a rendu possible ma préparation au combat avec une bonne ambiance à ses côtés », sont quelques phrases qu’il a écrites sur les réseaux sociaux.

Mais l’affection pour Mohamed VI est allée plus loin. Incluso en pleno cuadrilátero, al derrotar al brasileño Vitor Miranda en la pelea Ultimade Fighting Championship celebrada el 22 de julio en Hamburgo, el Gladiator expresó: “Doy las gracias a mi rey Mohamed VI que me ha apoyado, gracias papá, gracias mamá, ¡ vive le roi! ».

Et le monarque ne s’est pas du tout soucié du sombre passé de son nouveau meilleur ami, qui était en prison.
À l’âge de 17 ans, il s’est impliqué dans une bagarre qui a abouti à une condamnation pour avoir battu « brutalement » un homme, menacé de le tuer et détourné de sa voiture. Abu Bakr a passé deux ans et trois mois en prison.

Et bien qu’en partant il ait pu reprendre sa carrière sportive, il est revenu à ses anciennes habitudes : il s’est cassé le nez d’un athlète et sa petite amie de l’époque s’est crevé un tympan. Elle a déposé une plainte contre lui, même si elle n’est pas allée jusqu’à l’âge adulte.

Quien.com, 24/08/2021