L’Envoyé Personnel de l’ONU pour le Sahara Occidental renonce à son poste

Nations Unies – L’ancien président allemand Horst Kohler a démissionné de son poste d’envoyé personnel du secrétaire général pour le Sahara occidental, invoquant des raisons de santé, a annoncé mercredi les Nations Unies dans un communiqué.

Le porte-parole onusien, Stéphane Dujarric, a déclaré que le secrétaire général, Antonio Guterres, avait parlé à Kohler et avait exprimé ses profonds regrets en raison de cette démission. « Mais il a exprimé sa pleine compréhension de la décision et a transmis ses meilleurs voeux à l’envoyé personnel ». Dujarric n’a donné aucun détail sur la situation de santé de Kohler, 76 ans.

Homme politique de l’Union démocrate-chrétienne de centre-droit allemand, Kohler a été président de l’Allemagne de 2004 à 2010. António Guterres l’a nommé en août 2017 dans une tentative de résoudre le conflit qui dure depuis des décennies entre le Maroc et le Front Polisario sur le Sahara occidental, territoire en ressources naturelles.

L’année dernière, le Conseil de sécurité des Nations Unies a appelé à des efforts accrus pour trouver une solution au différend de 43 ans sur le territoire.

Le Maroc a envahi le Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole, en 1975 et a livré, pendant 16 ans, une guerre contre le Front Polisario. L’ONU a négocié un cessez-le-feu en 1991 et mis sur pied une mission de maintien de la paix chargée de le surveiller et de préparer un référendum sur l’avenir du territoire qui n’a jamais eu lieu.

Le Maroc a proposé une large autonomie pour le Sahara occidental, alors que le Front Polisario a insisté sur le fait que la population locale, estimée à 350 000 à 500 000 habitants, a droit à un référendum.

Kohler a pu réunir des représentants du Maroc, du Front Polisario et des pays voisins, l’Algérie et la Mauritanie autour de la même table début décembre 2018, pour la première fois en six ans. Bien qu’aucun progrès significatif n’ait été signalé, les parties restent attachées aux négociations sous les auspices de l’ONU avec un fort soutien du Conseil de sécurité.

Lors d’une deuxième réunion à la fin du mois de mars, les parties n’ont pas non plus avancé sur la question clé de savoir comment assurer « l’autodétermination ». Kohler a averti que « beaucoup de positions divergent toujours fondamentalement » et que personne ne devrait s’attendre à « un résultat rapide . « 

Il avait alors annoncé qu’il envisageait d’organiser une autre réunion.

Dujarric, porte-parole américain, a déclaré que le secrétaire général « a exprimé sa profonde gratitude à M. Kohler pour ses efforts constants et intensifs, qui ont jeté les bases du nouvel élan du processus politique sur la question du Sahara occidental ».

« Le secrétaire général est également reconnaissant aux parties et aux États voisins pour leur implication dans le processus politique avec M. Kohler », a déclaré Dujarric.

Did France forced Horst Kohler to resign ? Can this resignation considered like an announcement of the UN failure? Or it is th instance to impose or force the expected solution ?

Según el diplomático saharaui Ubi Bachir, la dimisión de Kohler devuelve el procesos de paz a la encrucijada y el bloqueo de nuevo. Las razones de salud responden parcialmente de la causa de su repentina decisión y la incapacidad del Consejo de Seguridad a imponer un calendario, por otra.

The Washington Post, 22 mai 2019
Tags : Sahara Occidental, Front Polisario, Maroc, Horst Kohler, ONU, négociations,