L’Algérie devant le dilemme Bouteflika

Il ne reste que six mois avant les élections présidentielles en Algérie et la passivité des politiciens et des électeurs ne peut que surprendre. À l’heure actuelle, il n’y a toujours pas de candidat officiel. Le premier doute reste la décision finale prise par Abdelaziz Bouteflika, chef de l’État octogénaire et malade depuis 19 ans. L’impression générale est que, malgré son état de santé délicat et ses limites reconnues pour pourvoir ce poste, il sera candidat à un cinquième mandat.

C’est le désir de leurs collaborateurs les plus proches, malgré les difficultés qu’ils rencontrent, de conserver l’image d’un président qui a du mal à s’émouvoir et même à s’exprimer. Le secrétaire général de son parti, le Front de libération nationale (FLN), Djamed Ould-Abbes – après un entretien avec le président dans lequel il exprimait le souhait du parti de continuer – a annoncé qu’il avait accepté et qu’il serait bientôt Lui-même qui l’annonce au pays.

La nouvelle a été très bien reçue par les milieux politiques proches du pouvoir. En revanche, entre le monde intellectuel et le monde culturel, l’idée est considérée comme un non-sens réel. Le président est emprisonné depuis longtemps, reçoit à peine des visiteurs étrangers, communique avec ses concitoyens par le biais d’apparitions préparées à la télévision, ne fait aucune déclaration et ne participe à aucun événement public dans lequel son absence est dissimulée sous de véritables expositions de ses photographies.

Un journaliste d’Alger a commenté il y a quelques jours que les gens doutaient qu’il soit toujours en vie. « Bouteflika a longtemps été un homme politique charismatique et son véritable état de santé est un vrai mystère. Personne ne sait si certaines des décisions qui lui sont attribuées sont vraiment les siennes, pas plus que la connaissance exacte de la maladie dont il souffre ou de son degré de gravité.  » De temps en temps, il est transféré à Paris où il reçoit une assistance hospitalière, mais toujours entouré d’un grand secret.

Entre-temps, le pays est confronté à des problèmes, même si sa situation politique reste stable. La situation économique n’est pas bonne, les taux de pauvreté sont élevés et le chômage est élevé, mais il n’y a pas de problèmes graves. Le parti au pouvoir, le FLN, contrôle la situation et l’ordre qu’il a obtenu après des années de guerre contre le djihadisme a mis le secteur des affaires et les syndicats de son côté. Les plaies des années de fer sont encore ouvertes mais l’activisme fondamentaliste a été réduit au minimum.

Peut-être que cette indifférence politique respirée n’est que fictive. Il y a du mécontentement dans les forces armées. Il y a quelques semaines, le général à la retraite Rachid Benyeles a précisé dans une lettre ouverte publiée dans la presse, qui indiquait clairement l’erreur qui impliquerait de garder un candidat handicapé à la tête de l’État. La lettre était un coup inattendu qui avait ravivé le débat déjà ancien sur la succession, mais elle n’a pas suscité de réactions particulières et, au fil des heures, elle s’est diluée.

Entre temps, la seule opposition organisée et connue est l’organisation Mouwatana (citoyenne) qui défend la nécessité du retrait du Président et l’ouverture du régime à une transition pleinement démocratique. Leurs approches sont solides et se répandent peu à peu dans la population. En fait, il s’agit de la seule force d’opposition active, même si, pour le moment, elle n’a pas encore annoncé le nom d’un candidat, ni même son intention. Dans six mois, tout semble indiquer que Bouteflika sera en concurrence avec ses limitations pour le poste mais dans la pratique en tant que candidat unique.

Source : CanariasPuntoCero