Moody’s: le développement de la dette marocaine est essentiel

L’agence de notation marocaine Moody’s considère que le développement de la dette marocaine est essentiel.

L’agence de notation américaine met en doute la capacité du gouvernement à réduire sa dette nationale.

New York – L’agence de notation américaine Moody’s a examiné de plus près le projet de budget du gouvernement marocain en 2019, qui est en cours de discussion dans les deux chambres du Parlement.

À New York, les citoyens s’inquiètent des politiques fiscales et sociales. Moody’s a déclaré dans un communiqué que le Maroc atteindrait l’objectif convenu par le FMI de réduire la dette souveraine à 60% du PIB. Le nouveau projet de budget du gouvernement d’El Othmani, dirigé par le nouveau ministre des Finances et de l’Économie, Mohamed Benchaâboun, prévoit une augmentation des dépenses sociales. Les subventions directes, en particulier, feront l’objet d’une valeur critique, dans la mesure où elles représenteront environ 1,6% du PIB d’ici 2019. Pour l’exercice 2018 en cours, les subventions directes s’élèvent à 1,5%.

Les agences de notation américaines exercent, surtout, une influence considérable sur la solvabilité des entreprises et des États.

Le risque de prix pour les importations d’énergie pourrait augmenter les dépenses en subventions.

L’agence de notation voit clairement le risque d’une nouvelle augmentation des dépenses en subventions et donc d’une charge supplémentaire pour le budget de l’Etat. Moody’s écrit: « Les sule développement de la dette marocaine est essentielbventions vont probablement encore augmenter si le gouvernement décide de limiter les prix du carburant ».

La note de l’agence de notation rappelle que « le gouvernement envisage actuellement de réintroduire des plafonds de prix et des problèmes sociaux et économiques ». Le Maroc discute depuis un mois du plafond légal des prix du carburant sur le marché intérieur. Cela signifierait qu’avec une augmentation des coûts de l’énergie, les augmentations de prix du marché mondial n’affecteront pas les citoyens, mais seront compensées par des subventions gouvernementales. Le gouvernement de Rabat est sous pression à la suite des récentes grèves d’avertissement et du sentiment social tendu. L’industrie des transports proteste contre les prix élevés du diesel.

Les revenus ne peuvent pas compenser les dépenses.

Du côté des recettes, le gouvernement s’attend à une augmentation des recettes provenant de l’impôt direct. Mais le déficit budgétaire ne peut en profiter et est attendu à 3,7%.

En vendant des biens appartenant à l’État, le déficit devrait être réduit à 3,3%, ce qui constituerait un effet unique pour 2019. C’est exactement ce que Moody’s considère comme essentiel pour le développement de la dette à long terme du pays.

Les nouveaux budgets supposent un taux d’endettement de 66,3% du PIB marocain en 2018, contre 65,1% en 2017. Ce ratio devrait atteindre 67,3% en 2020 et 2021. La dette du secteur public (garantie par l’État) représente un niveau élevé d’environ 17% du PIB et pèse également sur le bilan.

Le FMI examine la demande du Maroc pour un cadre de liquidité.

En réponse aux pressions sociales et fiscales croissantes, le gouvernement a demandé l’extension de la ligne de précaution et de liquidité (FPC) au FMI après l’expiration de la précédente, en juillet 2018. Cela donnerait pratiquement au Maroc une sorte de ligne de crédit assortie de conditions appropriées. Ces conditions sont également influencées par les notations des agences de notation. Moody’s commente: « Le revers budgétaire réduit les perspectives du Maroc d’une réduction durable de la dette publique à moins de 60%, comme convenu précédemment avec le FMI. Une situation qui reste négative pour la solvabilité « .

Source : Maghreb Post