Madrid offre au Maroc 75 véhicules à Rabat pour freiner l’immigration clandestine

Un investissement pour une valeur de 3,2 millions d’euros au Maroc, au Sénégal et à la Mauritanie en guise de matériel destiné à la lutte contre l’immigration clandestine

Le ministère espagnol de l’Intérieur achève l’envoi de 108 véhicules et d’équipements informatiques au Maroc, au Sénégal et en Mauritanie pour les aider à « renforcer le contrôle des flux migratoires irréguliers » qui traversent leurs territoires pour arriver en Espagne. Les autorités de Rabat ont été les plus bénéficiées. Avant la fin de l’année, ils recevront 75 véhicules tout-terrain d’une valeur de 34.000 euros chacun. Un investissement pour un total de 2.550.000.

Le Sénégal recevra neuf véhicules tout-terrain de type pick-up et treize quad, pour un coût total de 294000 euros. Pour sa parti, la Mauritanie recevra neuf véhicules 4×4, deux microbus et une vingtaine d’ordinateurs. La valeur du matériel reçu par Nouakchott est de 292000 euros. Madrid dépensera également 99000 euros pour l’envoyer par voie maritime aux trois pays. Au total, le gouvernement espagnol déboursera environ 3,2 millions d’euros.

Selon les autorités espagnoles, cette aide est inscrite dans les lignes de coopération déjà ouvertes en 2006 – en pleine crise des bateaux de fortune qui sont arrivés en masse aux îles Canaries par les côtes du Sénégal et de la Mauritanie – afin d’aider les pays qui constituent un point de départ des migrants subsahariens. Au cours de ces douze années, l’Espagne a envoyé une aide de l’ordre de 170 millions d’euros à la Mauritanie et au Sénégal. La majeure partie de l’argent a été consacrée à l’achat de matériel de police destiné au contrôle des frontières.