Le Maroc remis à sa place par une « entité non étatique »

Les autorités de Rabat, dans leurs rêves les plus fous et insensés tentent d’arracher au Front Polisario son statut de représentant légitime et unique du peuple sahraoui. Un statut que l’ONU lui a octroyé après la visite de la première mission onusienne envoyée au Sahara Occidental le 12 mai 1975.
Cette tentative rentre dans le cadre de la recherche désespérée d’un argument justifiant le refus de Rabat à s’asseoir avec les autorités sahraouies sur la table des négociations tel que sollicité par les différentes résolutions consécutives du Conseil de Sécurité. D’un autre côté, Rabat veut pousser l’ONU à demander à l’Algérie l’abandon de sa condition de pays intéressé et devenir pays directement concerné et partie involucrée dans le conflit qui oppose les sahraouis au Maroc. La France est beaucoup plus engagé au côté du Maroc et le Front Polisario s’est abstenu de lui demander de s’asseoir à la table des négociations. 
Aujourd’hui, le Maroc s’est retrouvé dans la position d’un nain après les événements de El Gargarate. Son projet a été calé par ce que les voyous de Rabat appellent « entité non-étatique ». Les gendarmes du Maroc sont incapables d’avancer d’un pas sous risque de se voir convertis en fumée sous les armes des valeureux combattants sahraouis.
Au Conseil de Sécurité, la proposition avancée par la France comme solution et qui propose d’achever le bitumage par la MINURSO a avorté face à la détermination de « l’entité non-étatique », selon les termes des serviteurs de la France qui logent à Rabat. 
Ceux qui appellent ainsi le mouvement de libération sahraoui appartiennent à la nouvelle génération et ne connaissent rien sur les défaites de l’armée marocaine face aux combattants de « l’entité non-étatique » et qui n’attendent, aujourd’hui, que le feu vert des autorités sahraouies pour asséner aux fachos de Rabat une leçon qu’ils garderont dans la mémoire pour le reste de leurs vies.
Pour rappel, cette prétendu entité non-étatique empêche,  depuis 40 ans, la dynastie alaouite, une entité fantoche installée par la France pour défendre ses intérêts dans la région, de réaliser son rêve de convertir le territoire du Sahara Occidental en province marocaine. Hassan II, le  roi sanguinaire qui a poussé le peuple marocain dans cette malheureuse aventure, a rendu son âme sans pourvoir mettre le peuple sahraoui à genoux. Ce n’est pas ce roitelet raté qui passe son temps à faire les magasins de mode de Paris qui va le faire.