L’ONU appelée à prendre des « mesures fermes et urgentes » pour mettre fin à l’escalade marocaine (président sahraoui)

BOUMERDES-Le Secrétaire général du Front polisario et président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), Ibrahim Ghali a appelé, mardi à Boumerdes, le Conseil de sécurité de l’ONU à prendre des mesures « ferme et urgentes » pour mettre fin « à l’escalade » marocaine dans la dernière colonie en Afrique.
Intervenant à l’ouverture de la 7ème édition de l’université d’été des cadres du Front Polisario et de la RASD, le président sahraoui a souligné que « le Conseil de sécurité doit prendre en urgence des mesures concrètes et fermes pour mettre fin à l’attitude marocaine qui constitue une grave violation de la charte de l’ONU, une ingérence éhontée dans ses prérogatives et une menace pour la paix et la stabilité internationales ».
« Face à l’intransigeance et à l’escalade de l’occupant marocain qui jouit du soutien ignominieux de la France et de parties internationales connues pour leur passé colonial, l’ONU est appelée à assumer pleinement ses responsabilités dans le parachèvement du processus de décolonisation au Sahara Occidental, dernière colonie en Afrique », a-t-il poursuivi.
Il a, dans ce sens, exhorté l’ONU « à prendre les mesures nécessaires et à imposer des sanctions à l’Etat d’occupation, afin de l’amener à se conformer à la légalité internationale et à définir en urgence la date de l’organisation d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui ».
Le président sahraoui a également plaidé pour la levée du siège imposé aux territoires occupés du Sahara occidental et à l’arrêt de la répression, préconisant la mise en place d’un mécanisme onusien de protection et de surveillance des droits de l’Homme dans ces territoires.
Il a, en outre, souligné l’impératif de libérer les détenus politiques sahraouis qui croupissent dans les geöôles marocaines et faire toute la lumière sur le sort des disparus sahraouis, appelant à l’arrêt du pillage des ressources naturelles sahraouies.
« La politique de l’Etat d’occupation ne s’est pas limitée à ce stade », a prévenu le président sahraoui, arguant que le Maroc « contribue aujourd’hui à la prolifération dans la région d’un grave fléau qu’est le trafic de drogue car étant l’un des plus grands pays producteurs et exportateurs de cannabis, outre son appui au crime organisé et au financement des groupes terroristes ».
M. Ghali a mis en avant « le rôle de la RASD dans la lutte contre ces dangers et fléaux en collaboration et en coordination avec les pays voisins, frères et amis, et ce en application de ses engagements internationaux et dans le cadre de l’Union africaine (UA) ».
Les efforts des Nations unies pour le règlement du conflit « se heurtent toujours à l’obstination du Maroc et à sa politique de fuite en avant, notamment après l’expulsion de la composante civile de la Minurso », a-t-il indiqué.
Le président sahraoui a évoqué les dernières manoeuvres entreprises par le Maroc à l’égard de l’UA en tentant de porter atteinte à son union, à sa cohésion et à sa résistance face aux politiques coloniales ».
Intervenant à l’ouverture de l’université d’été des cadres du Front Polisario et de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), le président sahraoui a souligné que « l’invasion militaire des territoires sahraouis était motivée par l’idéologie expansionniste hostile du royaume du Maroc ».
M. Ghali a saisi cette occasion pour appeler le Conseil de sécurité de l’ONU à prendre des mesures concrètes et urgentes pour mettre un terme à de tels comportements qui menacent la paix et la stabilité.
La 7ème édition de l’université d’été des cadres du Front Polisario et de la RASD, a ouvert ses travaux à l’Université Mohamed Bouguerra (Boumerdes), sous la présidence du ministre sahraoui du Bâtiment et de la Construction des Territoires sahraouis libérés, Mohamed Lamine Bouhali.
Quelque 400 cadres, des membres de la société civile algérienne et des
personnalités internationales activant dans la défense des droits de l’homme participent à ce rendez-vous.
Ibrahim Ghali a été élu le 9 juillet dernier à la majorité écrasante des participants au congrès extraordinaire du Front Polisario, responsable du secrétariat politique du Front Polisario, secrétaire général du front et président de la RASD.
M. Ibrahim Ghali a été élu en remplacement de l’ancien président sahraoui feu Mohamed Abdelaziz, décédé le 31 mai dernier des suites d’une longue maladie.