Les pots-de-vin du Maroc mis à nu en Zambie

La justice vient de se prononcer sur l’affaire. Harry Kalaba qui a annoncé à Rabat le retrait par la Zambie de la reconnaissance de la RASD a été accusé de recevoir de pots-de-vin du gouvernement marocain et condamné à rembourser l’argent qu’il a dépensé pendant qu’il exerçait illégalement le titre de ministre des affaires étrangères de la Zambie.
Lors de sa visite au Maroc et sa participation au 27e Sommet de l’Union Africaine à Kigali il n’avait plus le droit de représenter la Zambie depuis la dissolution de l’Assemblée Nationale, le Parlement zambien, le 12 mai 2016.
« Lundi, la Cour constitutionnelle a ordonné au Cabinet, aux députés et ministres provinciaux de quitter le bureau sans délai parce que leur séjour prolongé dans ces postes était contraire à l’esprit de la Constitution modifiée après la dissolution de l’Assemblée Nationale », rapportait mercredi The Zambian Observer.
Le journal a ajouté que « la Cour a également ordonné aux ministres de rembourser tous les salaires, indemnités et autres rémunérations qu’ils ont obtenu de la trésorerie depuis le 12 mai 2016, date de la dissolution du Parlement ».
Kalaba a été le plus sévèrement touchés parmi les près de 70 ministres concernés, parce qu’il a le montant le plus grand à rembourser.
« Au cours de la période dans laquelle il s’était auto-proclamé ministre des Affaires étrangères, Kalaba a fait de nombreux voyages dans différents pays en utilisant l’argent des contribuables alors qu’il n’en avait pas le droit », rappelle la même source. « Parmi ses destinations en classe d’affaires se trouve le Maroc et le Rwanda, où il a représenté illégalement la Zambie lors du Sommet de l’Union africaine. Au Maroc, il a retiré illégalement la reconnaissance de la Zambie du Sahara occidental », a-t-il ajouté soulignant que « dans ces pays, Kalaba a séjourné dans des hôtels cinq étoiles, a mangé des coûteux repas et a pris des vins de choix en utilisant l’argent dont il n’avait pas le droit. Il a également reçu des per diem et d’autres allocations spéciales ».
Pour sa part, le journal Zambian Watchdog, rappelle que « la Zambie a reconnu la RASD le 12 octobre 1979 sous la direction du combattant de la liberté Kenneth Kaunda et le 29 mars 2011, le gouvernement de Rupiah Banda a retiré cette reconnaissance en échange de quelques pots-de-vin ».
« Le 19 Février, 2016, Edgar Lungu a décidé de reconnaître à nouveau le Sahara occidental et a accusé le Maroc de coloniser un autre pays d’Afrique » ajoute le journal signalanyt que Lungu a promis à l’ambassadeur sahraouie en Zambie Salam El-Mami du soutien de Lusaka « sans relâche pour l’indépendance du peuple de LA République arabe sahraouie démocratique. » 
SOURCES :