La déclaration d’allégeance de Mankeur Ndiaye

Les trois filles sénégalaises assassinées au Maroc en avril 2015
« Les Etats Unis, la France, le Maroc et l’Arabie Saoudite sont les piliers essentiels de la diplomatie sénégalaise. Remettre en cause cette relation revient à mettre en péril la sécurité intérieure du Sénégal », a déclaré hier Mankeur Ndiaye, le ministre sénégalais des affaires étrangères. 
Dans des déclarations qui semblent avoir l’intention d’excuser le traitement réservé par l’Arabie Saoudite et le Maroc aux ressortissants sénégalais, M. Ndiaye n’a pas mâché ses mots pour louers les « bienfaits » de ces pays sur le Sénégal. 
« Les relations avec ces pays constituent autant de « piliers essentiels de notre diplomatie. Celui qui les remet en cause, remettra en cause la stabilité du pays », a insisté le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur », a-t-il dit avec des paroles qui ont l’air d’une menace claire dirigée à tous ceux qui osent dénoncer l’argent que lui et son patron, Macky Sall, reçoivent du Maroc et de l’Arabie Saoudite.
A cet égard, la presse sénégalaise a été muselée sous menace de ne plus bénéficier des subventions de l’Etat. C’est ainsi qui a été enterrée l’affaire des 8 millions reçus du Maroc par Mankeur Ndiaye « de la main à la main » selon la lettre de l’ambassadeur Taleb Barrada. Sans aucune gêne, Mankeur avait demandé cet argent sous pretexte de vouloir aider des parents à faire le Pèlerinage à la Mecque.
Concernant les relations avec les voisins, qu’est-ce qui peut justifier le comportement des autorités sénégalaises lors de la décision d’expulser les troupeaux mauritaniens qui se trouvaient sur terre du Sénégal? Est-ce cela la diplomatie du bon voisinage prétendue par le chef de la diplomatie de Dakar? Là, il est carrément question de diplomatie de voyous. S’en prendre à la Mauritanie, un pays pacifique avec lequel le Sénégal partage des liens de sang et de langue, pour satisfaire les impulsions malades du Maroc provoquées par la défaite dans son plan de conquérir le territoire du Sahara Occidental, délatte la façon de penser très peu diplomatique des autorités sénégalaises et leur comportement guidé par le goût de l’argent et l’intérêt personnel et non pas l’intérêt du Sénégal.
Par rapport à la politique de « bon voisinage » prétendu par Ndiaye, il faudrait lui demander où se situe la Gambie, un autre pays dont les citoyens sont des frères de sang et de culture du peuple sénégalais.
Il y a lieu de parier qu’après ces déclarations, ce mercenaire qui conduit la diplomatie du noble peuple sénégalais se rendra dans les sièges des ambassades du Maroc et de l’Arabie Saoudite pour recevoir sa récompense pour ses « bonnes paroles ».
Les femmes sénégalaises sont soumises à l’esclavage en Arabie Saoudite sous le silence du gouvernement de Dakar