Nouakchott se fait belle pour accueillir le premier sommet arabe de son histoire

La capitale mauritanienne, Nouakchott, se prépare pour relever le défi de l’organisation pour la première fois de son histoire, du sommet arabe, un événement que le président du pays, Mohamed Abdel Aziz, est déterminé à célébrer « même sous les tentes ».
Beaucoup pensent que la ville de Nouakchott sera le grand bénéficiaire de l’édition actuelle du sommet arabe, qui débutera lundi, en dépit des défis organisationnels imposés par un événement pareil et qui a fait que beaucoup se posent la question de la capacité du pays (il compte parmi les plus pauvres du monde arabe) pour l’organiser.
Cependant, le président mauritanien a récemment déclaré dans un rassemblement populaire que son pays organisera le sommet arabe « avec les moyens dont il dispose, même sous les tentes, s’il le faut. »
En effet, la ville a changé depuis qu’on a connu la décision au début de l’année en mettant en marche une série de travaux et de préparatifs.
Ces mesures ont abouti le 24 Juin avec l’inauguration de l’aéroport international de Nouakchott Oumoutounsi, situé à environ 25 kilomètres au nord de la capitale.
Cet aéroport, dont les travaux de construction ont pris plusieurs années, est qualifié par les responsables mauritaniens comme une perle du désert. Cette infrastructure est liée à la ville par une autoroute nouvellement construite, entièrement illuminée dans une ville qui dans la nuit compte avec un faible éclairage.
Dans les derniers mois, les principales avenues de Nouakchott ont été occupées par les engins de travaux publics, qui ont travaillé jour et nuit pour les renouveler, les prolonger, et pour construire en vitesse des trottoirs en béton dans une ville où il n’y en avait pas.
D’autres chantiers paralleles d’éclairage public ont été lancées avec l’installation des deux côtés des routes des lampadères qui fonctionnent dans leur majorité avec de l’énergie solaire.
De leur part, les autorités municipales ont organisé une campagne générale d’hygiène urbaine en balayant et en nettoyant la poubelle dans toute la ville, ainsi que l’élimination des nombreuses constructions précaires et l’enlèvement des véhicules qui occupent illégalement les bords des routes et l’espace public.
La jeune capitale, créé au milieu du siècle dernier et qui accueille un million de personnes (un tiers de la population totale), a totalement changé de visage, en particulier dans la partie nord de la ville où se trouvent les grandes et luxueuses résidences ainsi que le Centre International de Conferences qui accueillera le sommet.
L’événement est aussi un coup de pouce touristique: tous les hôtels et appartements meublés ont été réservés pour accueillir les délégations, avec des hausses des prix sans précédent au fur et à mesure que le jour du sommet approche. Une flambée des prix expliquée par le grand nombre de membres des délégations attendues.
Les rencontres prévues dans le sommet arabe auront lieu dans de grandes et somptueuses tentes, conçues par le Centre international de conférences spécialement pour cet événement, comme moyen de montrer l’attachement des Mauritaniens à la « kheïma » ou tente du désert en guise de symbole de leur coutumes traditionnelles.
Un centre de presse a également été préparé selon les normes internationales pour faciliter le travail des journalistes couvrant le sommet arabe, et qui devra relever le défi des télécommunications.
A côte, dans le Stade olympique, les autorités ont construit un «village du patrimoine et de la culture» avec des différents points d’articles artisanaux, d’enseignement coranique, littérature et poésie, c’est-à-dire, les activités les plus aimées par les Mauritaniens.
Une pluie inopportune tombée en grandes trombes jeudi dernier, totalement inattendue à cette époque, a laissé un paysage de flaques gênantes sur différentes routes et a terni tous les préparatifs urbains.
Des effectifs de la police de circulation ont été déployés avec la tâche de prévenir les embouteillages dans les zones où se trouvent les résidences des délégations.
Plusieurs journaux du pays ont souligné que les travaux effectués ont été généreusement financés par les pays du Golfe, en particulier l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis, même si aucune source officielle n’en a parlé.
Source : Canarias7
Traduit de l’espagnol par Diaspora Saharaui