La police renforce la surveillance des ressortissants marocains entrés en Algérie

Les services de la police à travers le territoire national ont été instruits par le directeur général de la Sûreté nationale (DGSN) pour renforcer la surveillance des ressortissants marocains et d’autres migrants qui se trouvent en situation irrégulière. C’est ce qu’a rapporté le quotidien arabophone El-Khabar dans son édition d’aujourd’hui, en citant des sources sécuritaires.
Selon ce média, le général-major Abdelghani Hamel a adressé une correspondance à l’ensemble des chefs de sûreté de wilaya en leur ordonnant de mettre en place un dispositif de surveillance et de contrôle de ces migrants, et surtout œuvrer à réduire le flux migratoire venant de la frontière ouest et des frontières sud et sud-est.
Cette instruction a été envoyée aux responsables de la police au niveau des wilayas la semaine dernière, a encore précisé le quotidien El-Khabar selon lequel la DGSN a mis en garde contre des attitudes douteuses de certains migrants constatées par les services du renseignement. La DGSN craint ainsi que des éléments subversifs ou appartenant à des réseaux terroristes se soient engouffrés parmi les migrants qui se trouvent en Algérie. Pour les services de Abdelghani Hamel, il est fort probable qu’il y ait des éléments douteux parmi les migrants en situation irrégulière qui activent dans le bâtiment ou qui exercent des activités itinérantes. Mais pas seulement.
Citant des sources locales, ce média arabophone parle de craintes que des artisans, des peintres et des plâtriers marocains utilisent leurs relations avec de riches Algériens ou de hauts cadres pour lesquels ils travaillent afin d’arracher des «informations vitales» et «sonder l’opinion» sur des questions hautement sensibles relatives à la situation interne du pays et la situation régionale. Il est à souligner que durant le premier semestre, plus de 700 migrants, notamment marocains, ont été arrêtés et présentés devant la justice pour séjour irrégulier ou immigration illégale. Il faut également rappeler que l’Algérie a dû suspendre les vols aériens reliant Casablanca à Tripoli en passant par Alger afin d’endiguer le flux migratoire marocain vers l’Algérie.
Sonia Baker