Brahim Ghali reprend le flambeau

Le nouveau SG du Front Polisario a indiqué que sa politique s’inscrit en droite ligne des résolutions du quatorzième congrès du Front Polisario organisé en 2014.
Militant de la première heure de la cause sahraouie contre l’occupation marocaine, Brahim Ghali a été élu, hier, à la tête du Front Polisario et de la République arabe sahraouie démocratique (Rasd) à l’issue du congrès extraordinaire du Front Polisario qui s’est clôturé, hier, au camp des réfugiés de Dakhla. Plébiscité (93,16%) par les 2.433 congressistes, l’ancien ministre de la Défense succède ainsi au défunt président Mohamed Abdelaziz. 
Après avoir été investi officiellement dans ses fonctions, le nouveau SG du Front Polisario et président sahraoui a prononcé un discours dans lequel il est revenu sur les grandes lignes de sa future stratégie. Un discours qu’il entame par un vibrant hommage rendu à l’Algérie qui a, rappelle-t-il, fortement soutenu la cause du peuple sahraoui. « La position de l’Algérie obéit aux principes de ce pays qui a toujours été aux côtés des peuples luttant pour leur indépendance », souligne Ghali en évoquant une politique « claire », « sage » qui s’inscrit dans le cadre de la légalité internationale. Le nouveau président sahraoui s’est dit prêt à renouer le dialogue avec le Maroc en appelant à saisir cette opportunité à la seule condition qu’elle débouche sur le droit du peuple sahraoui à disposer de son destin dans le cadre du référendum d’autodétermination établi par les Nations unies. « Nous sommes partisans de la paix », dira-t-il, non sans mettre en garde le régime marocain des dangereuses incidences pouvant découler de son entêtement à dénier aux Sahraouis leur droit à la liberté et à l’indépendance. Pour ce faire, le dirigeant sahraoui a appelé l’ONU à exercer davantage de pression sur Rabat. « Nous refusons que la Minurso se limite à la gestion du statu quo et à surveiller l’application du cessez-le-feu », affirme-t-il, en soutenant que le Maroc à travers son soutien aux groupes terroristes et son parrainage du trafic de drogue mène la région du Maghreb vers l’inconnu.
Sur le plan interne, le nouveau SG du Front Polisario a indiqué que sa politique s’inscrit en droite ligne des résolutions du quatorzième congrès du Front Polisario qui s’est tenu en 2014. Il assuré que l’une de ses principales tâches est le renforcement, la modernisation et le rajeunissement de l’armée de libération sahraouie. Il a également appelé à renforcer le front interne de l’intifada du peule sahraoui contre l’occupant marocain et ce en impliquant davantage toutes les forces vives de la société tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des territoires sahraouis. 
A. G.