«La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»

Le ministre des Moudjahidine et représentant de l’Algérie au congrès du Polisario, Tayeb Zitouni :
«La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»
L’Algérie, soutien indéfectible de la cause sahraouie, a été représentée par son ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni. Au cours de son intervention, M. Zitouni a mis les instances internationales, notamment l’Organisation des Nations unies (ONU), face à leurs responsabilités dans l’organisation d’un référendum portant sur l’autodétermination du peuple sahraoui.
L’Algérie, soutien indéfectible de la cause sahraouie, a été représentée par son ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni. Au cours de son intervention, M. Zitouni a mis les instances internationales, notamment l’Organisation des Nations unies (ONU), face à leurs responsabilités dans l’organisation d’un référendum portant sur l’autodétermination du peuple sahraoui. «La communauté internationale et les Nations unies, particulièrement le Conseil de sécurité doivent assumer leur responsabilité de décolonisation au Sahara occidental», a-t-il clamé devant une assistance lançant des slogans de reconnaissance et de gratitude à l’Algérie. Cette décolonisation ne peut se concrétiser, selon le ministre, «sans que le peuple sahraoui puisse exercer son droit d’autodétermination en toute liberté à travers un référendum d’autodétermination dans le cadre des coutumes des Nations unies et de la légitimité internationale concernant ce dossier». M. Zitouni a, au cours de son allocution, réitéré les positions «inchangées» de l’Algérie. Soulignant cette «nouvelle période importante du peuple sahraoui pour le recouvrement de ses droits légitimes», le ministre a mis en avant les qualités de «l’homme de l’union et de la cohésion» que fut le défunt Mohamed Abdelaziz, en temps que, «combattant pour le recouvrement de la liberté des Sahraouis», dira-t-il. Pour le représentant de l’Etat algérien, «le Polisario est le seul et unique représentant légitime du peuple sahraoui». «Les multiples réalisations sur les plans juridique et politique notamment au niveau de l’ONU et l’UA (Union africaine) en est la preuve dont jouit la lutte du peuple sahraoui et la légitimité de sa revendication pour son autodétermination».
De son côté, la représentante du parti espagnol Podemos, Maribel Lora, a réitéré l’engagement et le soutien de sa formation au Polisario et à la Rasd. «Le peuple sahraoui peut compter sur le soutien et l’engagement de Podemos jusqu’à l’arrachement de son indépendance», a affirmé la représentante du parti de gauche. Mme Maribel, sénatrice du parti d’opposition en Espagne, a en outre affirmé que l’«engagement de son parti se fera à travers des interventions au Parlement espagnol et via l’envoi de délégations dans les territoires occupés et les camps des réfugiés pour soutenir la population sahraouie». La sénatrice ne manquera pas d’appeler à l’élargissement de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso) à la surveillance et la protection des droits de l’Homme dans les territoires occupés par le Maroc. Pour sa part, le sénateur salvadorien, Manuel Flares, déclarera que «le combat du peuple sahraoui pour arracher son indépendance est le notre parce que c’est un combat juste». Le Salvador est «déterminé à soutenir la nouvelle direction du Front et à travailler en étroite collaboration avec le nouveau Président sahraoui qui sera élu à l’occasion de ce congrès», affirmera-t-il.
A. B.