L’ultime hommage à un homme de paix

La dépouille du défunt a été accueillie par des milliers de réfugiés sahraouis aux cris «pas d’alternative à l’autodé- termination du peuple sahraoui» et «repose en paix, nous allons poursuivre ton combat». La dépouille du défunt a été exposée au siège de la présidence de la République sahraouie pour permettre à la population locale et aux personnalités étrangères de se recueillir à sa mémoire et de lui rendre un ultime hommage. 
Le président sahraoui et secrétaire général du Front Polisario avait laissé pour testament à son peuple la poursuite de la lutte pour l’indépendance de son pays, ont affirmé des responsables sahraouis. «Nous faisons certes nos adieux au chef, au guide, notre défunt président Mohamed Abdelaziz, mais son esprit restera toujours avec nous à travers son engagement pour son peuple et pour son pays», a déclaré Khatri Addouh, président du Conseil national sahraoui, qui assure le poste du président de la République par intérim. 
Pour sa part, le ministre sahraoui des Affaires étrangères, Mohamed Salem Ould Salek, a souligné que le défunt avait la stature d’un «grand homme qui militait pour une cause juste, celle de l’indé- pendance de son pays». «Il était un militant très engagé et a réalisé beaucoup de progrès pour l’indépendance de son pays», at-il ajouté. Né en 1948 à Smara où il a effectué ses études, le défunt était membre fondateur du Front Polisario et chef militaire au front jusqu’à son élection après l’assassinat d’El-Ouali Mustapha Erraqibi, le 9 juin 1976. En octobre 1976, lors du 5e congrès du Front Polisario, le défunt fut également désigné président de la RASD. Plusieurs pays rendent hommage à un «grand combattant». 
Des représentants de plusieurs pays africains et latinoaméricains ont rendu, vendredi à Tindouf, un vibrant hommage au défunt président Mohamed Abdelaziz, estimant que la cause sahraouie a perdu un «grand combattant» qui a milité pour l’autodétermination et l’indépendance de son pays. Ainsi, l’ambassadeur du Zimbabwe en Algérie, George Edvin Mondaza, a déclaré que les deux peuples du Zimbabwe et du Sahara occidental étaient «amis» dans la lutte contre le colonialisme, soulignant qu’«en dépit de toutes les difficultés», son pays «continuera à soutenir le peuple sahraoui dans sa lutte pour l’indépendance». 
De son côté, l’ambassadeur du Venezuela en Algérie, José Sojo, a indiqué qu’il était venu assister aux funérailles du président Abdelaziz pour transmettre un message de condoléances du président de son pays au peuple sahraoui, soulignant que le défunt avait «dignement» représenté son peuple dans sa lutte pour l’indépendance. «Il a laissé au peuple sahraoui un message de dignité et de lutte pour l’indépendance avec un esprit anti-impérialiste», a-t-il souligné. L’ambassadeur de Cuba en Algérie, Raul Navas, a, quant à lui, estimé que le président sahraoui était un «vieil ami» de Cuba, saluant, au passage, un «grand combattant» pour l’indé- pendance de son pays. 
Pour sa part, l’ambassadeur d’Afrique du Sud en Algérie, Dennis Dlomo, a relevé que le président sahraoui était «un leader et un visionnaire qui a incarné la lutte et le combat pour l’indépendance du Sahara occidental». «Nous sommes persuadés que le peuple sahraoui poursuivra son combat jusqu’à la victoire finale», a-t-il affirmé, assurant que l’Afrique du Sud «restera toujours aux côtés du peuple sahraoui dans sa lutte pour l’autodétermination». 
Dans la même optique, Cristina Amaral, représentante de l’ONU, a indiqué que le Secrétaire géné- ral des Nations unies (Ban Ki-moon) lui avait demandé de transmettre ses condoléances au peuple sahraoui, rendant ainsi hommage à celui qui a été, durant toute sa vie, «un combattant pour la paix». De son côté, Jesus Garay, président de l’Association des amis de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) des pays basques (Espagne) a exprimé sa solidarité envers le peuple sahraoui en cette douloureuse circonstance, affirmant que les pays basques «seront toujours avec le peuple sahraoui dans sa lutte pour l’indépendance». 
M. Bensalah signe le registre de condoléances
Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, a signé vendredi à Chahid El Hafed (camps de réfugiés sahraouis), au nom du président de la République Abdelaziz Bouteflika, le registre de condoléances suite au décès du président sahraoui Mohamed Abdelaziz, réaffirmant le soutien de l’Algérie, peuple et direction, au peuple sahraoui dans sa lutte pour la liberté. «Nous nous inclinons à la mémoire du président sahraoui Mohamed Abdelaziz, secrétaire général du Front Polisario, et en cette douloureuse épreuve qui frappe le peuple sahraoui frère par la perte d’un valeureux militant et d’un grand dirigeant militaire et politique, symbole de sa lutte pour la libé- ration», a écrit le président du Conseil de la nation dans son message de condoléances. 
«Le parcours du défunt président inspirera le peuple sahraoui et le guidera pour la concrétisation de ses objectifs légitimes de liberté et de dignité», a-t-il ajouté. «Notre présence, sur instruction du président de la République Abdelaziz Bouteflika pour partager la douleur du peuple sahraoui éprouvé par la perte de son grand dirigeant est pour nous une occasion de réitérer le soutien de l’Algérie, peuple et direction, à son combat jusqu’à la concrétisation de ses nobles objectifs par l’exercice de son droit à l’autodétermination», a conclu M. Bensalah. 
L’Algérie soutiendra toujours la cause sahraouie «juste» 
L’Algérie soutiendra toujours la cause sahraouie jusqu’à la réalisation des objectifs auxquels aspire le peuple sahraoui, a souligné vendredi à Chahid El Hafed le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah. «Nous ne cesserons jamais de soutenir la cause sahraouie juste jusqu’à la réalisation des objectifs auxquels aspire le peuple sahraoui», a déclaré à la presse M. Bensalah au terme de ses discussions avec le président sahraoui par intérim, Khatri Addouh. Auparavant, le président du Conseil de la nation s’était recueilli à la mémoire du président sahraoui et secrétaire géné- ral du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz, décédé mardi dernier. M. Bensalah a également récité la Fatiha à la mémoire du défunt et signé le registre de condoléances.
Mohamed Salem Ould Salek : «Nous faisons une offre de paix au Maroc» 
Le ministre sahraoui des Affaires étrangères, Mohamed Salem Ould Salek, a affirmé vendredi soir que le peuple sahraoui faisait une offre de paix au Maroc pour qu’il cesse son occupation du Sahara occidental. «Le peuple et les dirigeants sahraouis veulent que le régime marocain arrête cette aventure qui a coûté cher au Maroc et à toute la région», a soutenu le ministre sahraoui dans une déclaration à l’APS en marge des funérailles du président sahraoui Mohamed Abdelaziz. «Les Sahraouis font une offre de paix sur la base de la justice et du respect du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination», a-t-il dit. 
Le chef de la diplomatie sahraouie a poursuivi que «le peuple sahraoui et le Front Polisario sont décidés à continuer leur parcours jusqu’à la libération totale des territoires sahraouis et la fin de l’occupation marocaine», soulignant que le peuple sahraoui «fait aujourd’hui ses adieux à un grand homme et à un valeureux dirigeant militaire qui a conduit des batailles de l’envergure de celle de Diên Biên Phu sinon plus, et qui a montré aux forces marocaines qu’elles ne pouvaient l’emporter sur les forces sahraouies, les tenant en échec et les contraignant à se cacher derrière des ceintures de béton avant que le Maroc ne fasse offre de paix pour avoir pris conscience qu’il ne pouvait vaincre les Sahraouis». 
« Le défunt Mohamed Abdelaziz a investi les Sahraouis d’une lourde responsabilité après les avancées réalisées en faveur de la cause sahraouie qui approche de la victoire maintenant que le monde entier ne reconnaît pas la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental et soutient le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination», a-t-il ajouté. Pour M. Ould Salek, «le défunt Mohamed Abdelaziz savait, en politique chevronné qu’il était, faire preuve de patience et de sagesse». «Le peuple sahraoui se souviendra à jamais de lui comme d’un père attentionné et d’un ami consciencieux», a-t-il conclu. K. L./APS
Le Jour d’Algérie, 5 juin 2016