Décès du président sahraoui : Vibrant hommage à un « vaillant militant » et « homme de paix »

La disparition du président sahraoui, Mohamed Abdelaziz, décédé mardi des suites d’une longue maladie, a suscité une vague d’émotions à travers le monde et de vibrants hommages à la hauteur de ce « vaillant militant » et « homme de paix ».
La mort du dirigeant sahraoui a provoqué un déferlement de marques de respect et d’émotions provenant de nombre de pays à travers le monde. En Afrique, en Europe, comme en Amérique latine, un hommage unanime a été rendu à cet homme, connu pour son parcours de leader historique du Front Polisario et son acharnement à défendre la cause sahraouie et le droit à l’autodétermination de son peuple, et pour ses qualités humaines.
L’Algérie rend hommage à un « vaillant militant »
Aussitôt annoncé le décès du président sahraoui, un hommage appuyé a été rendu par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika au défunt.
« Avec la disparition de son président, Mohamed Abdelaziz, le peuple sahraoui perdait un vaillant militant qui a fait de la paix un principe stratégique et un choix incontournable », a déclaré le Président Bouteflika, se disant « peiné que le défunt soit décédé avant que son pays n’ait recouvré sa liberté et son indépendance ».
Dans son message de condoléances au président du Conseil national sahraoui Khatri Eddouh, le Président Bouteflika s’est dit « d’autant plus peiné par la nouvelle de son décès que le défunt ait rendu l’âme avant de voir se concrétiser l’objectif pour lequel il a voué sa vie entière et avant que le soleil de liberté ne se lève sur sa patrie, lui qui nourrissait de grands espoirs, en œuvrant dans ce sens, d’y retourner avec ses compagnons libres et souverains à travers la consécration véritable du plan de paix onusien sur la question du Sahara occidental ».
« L’espoir du peuple algérien et de tous les peuples qui soutiennent la cause du peuple sahraoui est que la direction du Front Polisario trouve le meilleur moyen de poursuivre la lutte au sein de l’unité, cette unité dont le défunt Mohamed Abdelaziz a fait sa priorité majeure et qui a fait la gloire de la cause sahraouie à travers le monde », a ajouté le président Bouteflika.
Le président de la République a également décrété un deuil national de 8 jours à travers tout le territoire national, en hommage à la mémoire du défunt leader sahraoui.
Pour sa part, le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, voit en la disparition de la personne du président Mohamed Abdelaziz « une perte d’un grand soutien dans sa lutte pour l’autodétermination ».
Le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Mohamed Larbi Ould Khelifa, lui, a souligné les qualités du défunt, « fils prodige de la ville résistante de Smara, qui « fut à l’avant-garde de l’élite militante. Son abnégation, son courage et son expérience lui ont valu le poste de dirigeant », en tant que secrétaire général du Front Polisario et Président de la RASD.
De son côté, le secrétaire général du FLN, Amar Saadani, a souligné que « ce fervent militant qui a consacré sa vie à la cause juste du peuple sahraoui, était un exemple de sacrifice, de dévouement et de lutte pour le droit des Sahraouis à l’indépendance ».
Le Rassemblement national démocratique (RND), quant à lui, a exprimé, par la voix de son secrétaire général Ahmed Ouyahia, sa « profonde tristesse », voyant en la personne Mohamed Abdelaziz, un « grand dirigeant qui a guidé la lutte de son peuple pour ses droits nationaux ».
La communauté internationale salue la mémoire d' »une figure emblématique »
Autre hommage, celui du secrétaire général des Nations unies (ONU), Ban Ki-moon qui a salué la mémoire d’une « figure centrale » du règlement de la question sahraouie.
« Au fil des ans, M. Abdelaziz est devenu une figure centrale dans la recherche d’une solution au conflit du Sahara occidental. A ce titre, il a rencontré de nombreux fonctionnaires des Nations unies, y compris les secrétaires généraux » qui se sont succédés à la tête de cette organisation, a souligné Ban Ki-moon.
Le Comité Spécial de Décolonisation de l’ONU a observé une minute de silence et a rendu hommage par la voix de son Président, l’ambassadeur Représentant Permanent du Venezuela à ce grand militant de la lutte anti-coloniale, à la cérémonie d’ouverture du séminaire de décolonisation des Nations unies qui se tient au Nicaragua du 31 mai au 2 juin 2016.
La Présidente de la Commission de l’Union africaine (CUA), Nkosazana Dlamini-Zuma, elle, s’est dite affligée par la mort d' »une figure emblématique » qui a été à l’avant-garde du combat depuis plus de 40 ans.
Pour sa part, le président de l’Association des amis du peuple sahraoui en Mauritanie, Mohamed Fall Ould Sidi Mila a indiqué que le décès de Mohamed Abdelaziz « était une perte pour le processus de lutte pour l’indépendance et l’affranchissement dans le continent africain ».
« Avec la disparition de Mohamed Abdelaziz, le continent africain perd un des plus grands militants pour l’indépendance après Nelson Mandela », a-t-il affirmé. En Europe, la mort de Mohmamed Abdelaziz a suscité une vague de tristesse au sein de la Coordination européenne de soutien et de solidarité avec le peuple sahraoui (Eucoco), qui a salué la mémoire d' »un grand leader africain qui a su conduire son peuple sur la voie de la liberté et de l’indépendance ».
L’intergroupe « Paix pour le peuple sahraoui » au Parlement européen a exprimé sa « solidarité » avec le peuple sahraoui et son représentant légitime, le Front Polisario, suite à la disparition de son président, Mohamed Abdelaziz, promettant de poursuivre le combat pour l’organisation du référendum d’autodétermination au Sahara occidental.
Le Conseil péruvien de solidarité avec le peuple sahraoui (COPESA) a exprimé également sa « profonde tristesse » pour le peuple sahraoui et la famille du défunt, indiquant que « le véritable hommage au président Mohamed Abdelaziz est de se battre pour poursuivre son cheminement vers la concrétisation de son but, auquel il a consacré sa vie à obtenir l’indépendance de son pays ».
Condoléances du président de l’APN à son homologue sahraoui : Mohamed Abdelaziz a laissé un riche parcours de militant pour une République sahraouie souveraine
Le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Mohamed Larbi Ould Khelifa a adressé un message de condoléances au président de l’Assemblée nationale sahraouie, Khatri Addouh, suite au décès du président sahraoui, Mohamed Abdelaziz, dans lequel il a affirmé que le défunt « a laissé un riche parcours de militant pour une République sahraouie souveraine ».
« C’est avec une grande affliction que j’ai appris la nouvelle de la disparition du président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), le moudjahid Mohamed Abdelaziz », a écrit M. Ould Khelifa dans son message.
Le défunt, fils prodige de la ville résistante de Smara, « fut à l’avant-garde de l’élite militante. Son abnégation, son courage et son expérience lui ont valu le poste de dirigeant », en tant que secrétaire général du Front Polisario et Président de la RASD.
Durant 40 ans de lutte, « le défunt s’est engagé, devant son peuple, à faire lever le soleil de la liberté dans la République sahraouie », a indiqué M. Ould Khelifa, soulignant que « la mémoire du défunt restera vivace dans les esprits de tous les Sahraouis ».
« Ce grand homme que Dieu a gratifié d’une bonté, de hautes valeurs humaines et d’une finesse politique fut un modèle qui n’a cessé d’exprimer la fierté d’appartenir à sa patrie et à son peuple », a précisé le président de l’APN, précisant que « ce dirigeant sahraoui hors pair nous a quittés, en croyant profondément au principe consacrant le droit des peuples à l’autodétermination, à l’écriture de son histoire, à l’édification de son avenir et à la lutte légitime pour la liberté et la dignité ».
« En cette douloureuse épreuve qui a affecté le peuple sahraoui frère, je présente, en mon nom personnel et au nom des représentants du peuple algérien à l’APN, mes condoléances les plus attristées et ma profonde compassion avec la gouvernement et le peuple sahraouis, priant le Tout Puissant d’accorder au défunt Sa sainte miséricorde, de l’accueillir en Son vaste paradis et d’assister les siens », a-t-il conclut.
Le CNASPS salue la mémoire d’un «valeureux» combattant
Les membres du Comité de Soutien au Peuple Sahraoui (CNASPS) ont salué hier la mémoire du «valeureux» combattant que fut le président sahraoui, Mohamed Abdelaziz, décédé mardi à l’âge de 68 ans.
Dans un communiqué parvenu à l’APS, les membres du CNASPS ont indiqué avoir «appris avec une grande tristesse la nouvelle du décès du Président Mohamed Abdelaziz, Président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), et sécrétaire général du Front Polisario».
Ils s’inclinent devant la mémoire du «valeureux combattant Mohamed Abdelaziz, qui, au service de la libération de son peuple, et sur le champ de la bataille, a fait preuve d’un immense courage contre le colonisateur espagnol d’abord, puis contre l’occupant marocain. Les blessures qu’il portait dans sa chair en sont la preuve irréfragable», indique le communiqué.
Le CNASPS a salué, dans son communiqué, «le dirigeant émérite qu’a été feu Mohamed Abdelaziz, qui a démontré à la tête de l’Etat sahraoui et du Front Polisario, toute l’étendue de sa sagesse, de sa clairvoyance, de son engagement total dans son noble combat pour la dignité et la liberté».
«Sa profonde expérience, son sens inné de la stratégie et des équilibres et sa vision prospective, lui ont dicté de choisir, avec ses compagnons et frères d’armes, de faire taire les armes, et de choisir la voie pacifique en en référant à l’ONU et au Droit international, pour promouvoir les justes revendications du peuple sahraoui dans les cénacles internationaux, ainsi que d’enregistrer des succès diplomatiques probants et répétitifs», poursuit le texte.
Les membres du CNASPS rendent également hommage à «l’Humaniste que fut Mohamed Abdelaziz, à l’écoute attentive des Sahraouis de toutes conditions, soucieux d’alléger leurs souffrances quotidiennes tout en obtenant leur adhésion sincère et inconditionnelle pour les diriger vers l’inéluctable victoire et au recouvrement de l’indépendance».
Pour tous les Sahraouis, rappelle le CNASPS, Mohamed Abdelaziz est «un modèle d’intégrité et de compétence, et constitue déjà pour la jeunesse l’exemple à suivre, ayant ouvert le chemin du sacrifice afin de concrétiser l’objectif de la souveraineté sahraouie sur le territoire national».
«Hier, El Ouali Mustapha Sayed, aujourd’hui Mohamed Abdelaziz, ils ont laissé un peuple debout, fier, irréductible, résolu et convaincu de la victoire proche. Comme ils ont légué un dossier solidement endossé au droit inaliénable des peuples colonisés à l’autodétermination», ajoute le communiqué.
Enfin, les membres du CNASPS ont présenté «leurs sincères condoléances à la veuve (du défunt président), Kadija Hamdi, à ses enfants, à ses frères membres de la Direction Nationale ainsi qu’à tous les Sahraouis, en priant que le Tout Puissant accueille le défunt en son Vaste Paradis».
L’Afrique perd un « symbole de la lutte » pour l’indépendance
L’Afrique a perdu mardi un des « grands symboles de la lutte » pour l’indépendance, avec la disparition du président sahraoui Mohamed Abdelaziz, une figure historique et emblématique qui, depuis 40 ans, a fait de la paix un principe stratégique et un choix incontournable en vue de l’autodétermination de son peuple.
Il était connu pour son parcours de leader historique du Front Polisario et son acharnement à, défendre la cause sahraouie et le droit à l’autodétermination de son peuple.
Connu également pour son engagement dès son jeune âge, le défunt président a rejoint à l’université les premiers militants nationalistes sahraouis en 1960, avant de devenir l’un des membres fondateurs du Front Polisario en 1973 pour la lutte politique et président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD).
« Force, détermination et volonté » ont été les mots d’ordre de Mohamed Abdelaziz qu’il n’a jamais cessé de répéter durant son combat pour arracher « l’indépendance, la souveraineté et la paix » pour son pays, occupé par le Maroc depuis 1975.
Ayant consacré sa vie à la cause juste du peuple sahraoui, ce fervent militant, avait dit-on de lui, était « un exemple de sacrifice, de dévouement et de lutte contre le colonialisme marocain ».
Lors des festivités de commémoration du 40e anniversaire de la proclamation de la RASD, feu Mohamed Abdelaziz s’était indigné contre toute forme de colonisation, affirmant que « le monde ne peut rester indifférent devant les pratiques coloniales dans ce 21ème siècle de l’occupation militaire marocaine illégitime, dont l’essence même est l’expansion, l’agression des voisins ».
Ses compagnons de lutte n’ont pas tari d’éloges sur sa personnalité. « Constant et déterminé, il relevait les défis tantôt sur le front diplomatique dans la région et à l’international, tantôt sur le front du combat national pour la libération de sa patrie, partageant, dans la dignité, avec son peuple, les adversités de la vie », ont-ils tenu à souligner.
Le fils prodige de la ville résistante de Smara avait insisté de son vivant sur le fait qu' »il n’y a pas d’avenir pour les Sahraouis en dehors de leur patrie libre, indépendante et souveraine sur l’ensemble du territoire national ».
Le décès du président sahraoui « est une perte pour le processus de lutte pour l’indépendance et l’affranchissement dans le continent africain », a déclaré le président de l’Association des amis du peuple sahraoui en Mauritanie, Mohamed Fall Ould Sidi Mila . « Avec la disparition de Mohamed Abdelaziz, le continent africain perd un des plus grands militants pour l’indépendance après Nelson Mandela », a-t-il ajouté.
Sahara occidental : un long combatpour l’indépendance
Après des années de lutte armée, un tournant se produit en 1991 avec le déploiement de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum d’autodétermination au Sahara occidental (MINURSO) à la suite d’un accord de paix conclu entre le Front Polisario et le Maroc, ouvrant la porte à une solution « pacifique » qui devient la priorité du leader sahraoui.
Depuis, le Polisario est en attente de l’organisation d’un référendum d’autodétermination sous l’égide de l’ONU, un objectif et un rêve pour lequel le défunt président sahraoui a longuement combattu mais sans pouvoir le voir se concrétiser.
Quarante ans après la proclamation de la RASD, Mohamed Abdelaziz a longtemps appelé à l’organisation du référendum d’autodétermination et l’adhésion du Sahara occidental à l’ONU, afin d’appuyer l’équité et la paix et contribuer au parachèvement de la décolonisation du continent africain.
Quelques mois avant son décès il avait exhorté les pays du monde à « hâter la reconnaissance de la RASD, et soutenir sa candidature à l’ONU » et permettre au peuple sahraoui de décider de son avenir en toute liberté dans le cadre du d’un bon voisinage.
A cet égard, il avait assuré que « le Maroc trouvera dans l’Etat sahraoui le bon voisin sincère, tolérant, loin de toute tendance de vengeance, prêt à partager tout ce qu’il a avec ses voisins, sur la base du respect mutuel et de la souveraineté des pays de la région et de ses peuples. frères et sœurs ».
Le défunt a rendu l’âme avant de voir se réaliser l’objectif pour lequel il a voué sa vie entière et avant que le soleil de la liberté ne se lève sur sa patrie, lui qui nourrissait de grands espoirs, en oeuvrant dans ce sens, d’y retourner avec ses compagnons libres et souverains à travers la consécration véritable du plan de paix onusien sur la question du Sahara occidental.
Inscrit depuis 1966 sur la liste des territoires non autonomes, et donc éligible à l’application de la résolution 1514 de l’Assemblée générale de l’ONU portant déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et peuples coloniaux, le Sahara occidental est la dernière colonie en Afrique, occupé depuis 1975 par le Maroc, soutenu par la France.
Ban Ki-moon salue la mémoire d’une «figure centrale» du règlement de la question sahraouie
Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon a adressé hier un message de condoléances à la famille du président Mohamed Abdelaziz et au Front Polisario dans lequel il a salué la mémoire d’une «figure centrale» du règlement de la question sahraouie.
«Le secrétaire général a appris avec tristesse le décès de Mohamed Abdelaziz qui a servi en tant que secrétaire général du Front Polisario depuis 1976», a écrit l’ONU dans son message.
«Au fil des ans, M. Abdelaziz est devenu une figure centrale dans la recherche d’une solution au conflit du Sahara Occidental. A ce titre, il a rencontré de nombreux fonctionnaires des Nations unies, y compris les secrétaires généraux» qui se sont succédés à la tête de cette organisation, a souligné Ban Ki-moon.
Il a tenu à rappeler sa récente rencontre avec le président Mohamed Abdelaziz au cours de sa visite en mars dernier aux camps des réfugiés sahraouis à Tindouf.
Le secrétaire général a présenté ses condoléances à la famille du défunt président et au Front Polisario «qui pleurent sa perte prématurée» et dit «attendre avec intérêt de continuer à travailler pour aider les parties (du conflit) à parvenir à une solution politique mutuellement acceptable qui permet l’autodétermination du peuple sahraoui».
L’UA exprime son soutien indéfectible au peuple et au gouvernement sahraouis
La Présidente de la Commission de l’Union africaine (CUA), Dr Nkosazana Dlamini-Zuma, a décrété un deuil de trois jours à partir d’hier suite au décès du président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) et secrétaire général du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz, réitérant son soutien constant, indéfectible et solidaire avec le gouvernement et le peuple sahraouis.
«L’Union africaine, réitère son soutien constant, indéfectible et solidaire avec le Gouvernement et le peuple de la République sahraouie», a écrit Mme Dlamini-Zuma dans un message au nom de l’UA adressé au peuple sahraoui, l’appelant «à laisser les souvenirs du président les pousser à continuer la lutte pour la libération de leur territoire».
En cette triste circonstance, la Présidente de la Commission de l’UA, a ordonné aux «drapeaux de l’Union africaine et de la RASD au siège de l’UA et tous ses bureaux de représentation à voler au mi-mât, pendant trois jours, à partir de mercredi 1er Juin.»
«L’UA encourage le peuple sahraoui, ainsi que ses alliés dans leur lutte à atteindre le droit à l’autodétermination et l’indépendance, jusqu’à ce que l’objectif et l’un des rêves les plus chers du leader africain pour lequel il est mort, soit atteint», a-t-elle souligné. Mme Dlamini-Zuma, s’est dite affligée par la mort d’«une figure emblématique» qui a été à l’avant-garde du combat depuis plus de 40 ans.
A cette occasion, la présidente de l’UA, a présenté ses profondes condoléances à la famille du défunt président et au Front Polisario ainsi que pour l’ensemble du peuple et du Gouvernement sahraoui. «Nos coeurs et nos prières sont avec vous qui pleurez la mort de votre chef et président bien-aimé.
otre perte est notre perte. Au nom de l’Union africaine, la Présidente exprime ses profondes condoléances à la famille du défunt président Mohamed Abdelaziz, ainsi que pour l’ensemble du peuple et du Gouvernement de la République sahraouie», lit-on dans le communiqué. Le président de la RASD et secrétaire général du Front Polisario est décédé mardi à l’age de 68 ans des suites d’une longue maladie.
Le secrétariat national du Polisario finalise les préparatifs des obsèques
Le bureau du secrétariat national du front Polisario s’est réuni hier au siège de la Présidence sahraouie, au camp Chahid El-Hafed des réfugiés sahraouis, pour finaliser les préparatifs des obsèques du défunt président, Mohamed Abdelaziz.
«La réunion du bureau du secrétariat national sahraoui est consacrée aux derniers préparatifs d’organisation de l’accueil de la dépouille, des obsèques et de l’inhumation du regretté du peuple sahraoui, des peuples du Nord-ouest africain et de tous les peuples épris de liberté, d’indépendance et d’autodétermination», a déclaré à l’APS le responsable du Secrétariat de l’organisation politique du front Polisario, Brahim Ghali, en marge de la réunion tenue sous la conduite du président du Parlement sahraoui, Khatri Addouh.
«La rencontre doit aussi permettre d’examiner les prochaines étapes à adopter par le front Polisario, dont l’état d’alerte et la préparation du congrès extraordinaire devant se tenir dans les 40 jours», a signalé M.Brahim Ghali, ajoutant que «le peuple sahraoui combattant a été endeuillé par le décès du martyr dirigeant et président Mohamed Abdelaziz, secrétaire général du Front Polisario et président de la République arabe sahraouie démocratique».
Pour M.Ghali, le peuple sahraoui a perdu un symbole et une incarnation de la lutte, en cette conjoncture difficile ou il a le plus besoin de sa force, de sa sagesse, de sa clairvoyance, et de sa foi en la justesse de la cause de son peuple, ainsi que de sa détermination à poursuivre sur la voie pour laquelle se sont sacrifiés de nombreux chouhada sahraouis, à commencer par le chahid Bachir Lehlaoui jusqu’au chahid Mohamed Abdelaziz, en passant par le martyr El-Ouali Mustapha Sayed.
M. Brahim Ghali a, en cette douloureuse circonstance, présenté ses sincères et profondes condoléances à tout le peuple sahraoui et les militants du front Polisario, avant de réitérer la fidélité du Polisario et son engagement sur la même voie.
«Le peuple sahraoui est appelé à resserrer ses rangs, à relever les défis et à faire de cette douloureuse circonstance une victoire et un acquis venant s’ajouter à ceux réalisés par le peuple sahraoui jusqu’à l’aboutissement de son droit à l’autodétermination, à son indépendance et à l’édification d’un Etat indépendant», a soutenu M. Ghali.
Il a, en outre, présenté ses sincères condoléances aux amis du peuple sahraoui et de la cause sahraouie, avant de confirmer la fidélité du front Polisario à persévérer sur la voie du militantisme, de la lutte et de la résistance pour atteindre les objectifs escomptés de liberté et d’indépendance».
L’Eucoco salue la mémoire d’un grand leader africain
La Coordination européenne de soutien et de solidarité avec le peuple sahraoui (Eucoco) a rendu hommage, hier au président sahraoui Mohamed Abdelaziz, décédé mardi, saluant la mémoire d’»un grand leader africain qui a su conduire son peuple sur la voie de la liberté et de l’indépendance».
«Mohamed Abdelaziz était et restera un grand leader africain qui a su conduire son peuple sur la voie de la liberté et de l’indépendance», a affirmé son président, Pierre Galand, dans un message de condoléances adressé à la famille du défunt et au peuple sahraoui.
«C’est avec une profonde tristesse que nous apprenons le départ de Mohamed Abdelaziz, secrétaire général du Front Polisario, Président de la République arabe sahraouie démocratique et inspiration d’un peuple depuis 40 ans», a-t-il écrit dans son message. Selon l’Eucoco, la reconduction du feu Mohamed Abdelaziz pour un nouveau mandat à la tête de la RASD et du Front Polisario en décembre 2015 est «la preuve d’une confiance absolue du peuple sahraoui en ce message de paix et de droit porté» par son président.
Réitérant sa solidarité avec le peuple sahraoui et avec la famille du défunt «dans cette étape difficile qu’est le deuil», l’Eucoco a renouvelé également sa «confiance en le Front Polisario pour la conduite du peuple sahraoui dans la poursuite de son chemin vers l’indépendance». Le président de la RASD et secrétaire général du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz est décédé mardi à 68 ans des suites d’une longue maladie.