Yassine Mansouri est le véritable patron de la diplomatie marocaine

Mansouri, Bourita, et l’ambassadeur Dwight (DR)
L’ambassadeur des Etats-Unis a Rabat, Dwight L. Bush, a été convoqué par le ministre délégué aux affaires étrangères, M. Nasser Bourita en présence de Yassine Mansouri, le chef de la Direction générale des études et de la documentations (DGED, contre-espionnage extérieur).
Bourita avait l’ordre de transmettre au diplomate américain le malaise du régime après la publication du rapport du Département d’Etat, extrêmement négatif sur l’état des droits de l’homme au Maroc. 
Selon le journaliste marocains Ali Lmrabet, « la présence de M. Mansouri dans une réunion diplomatique de haute importance confirme que le ministère des affaires étrangères est sous la coupe de la DGED. Cela va dans le sens de toute la documentation publiée par le fameux et mystérieux « hacker » Chris Coleman ».
Selon lui, deux questions se posent : 
1.- Pourquoi le ministère de l’intérieur et celui des affaires étrangères ont tardé un mois pour réagir après la publication du rapport ? Il y avait grève des traducteurs au Maroc ? 
2.- Pourquoi et sur quelle base le patron de la Direction générale des études et de la documentations (DGED, contre-espionnage extérieur), Mohamed Yassine Mansouri, était présent dans la rencontre entre Bush et Bourita ? 
Ce retard et la présence du patron des espions marocains explique le retard pris par le ministère marocain de l’Intérieur à réagir contre ce que son communiqué qualifie de « scandale » en référence au contenu du rapport américain. Il a attendu de recevoir l’ordre du palais. 
La présence de Mansouri dans l’entretien avec l’ambassadeur américain et les activités de la DGED dévoilées par le hacker Chris Coleman, prouvent que Yassine Mansouri est le chef de la diplomatie marocaine dans l’ombre.