Terrorisme : La piste marocaine se précise

Le mystérieux hacker qui sévissait sous le pseudonyme d e Chris Coleman24 avait attiré l’attention sur un fait qui risquait de passer inaperçu. Alors qu’il continuait à déballer des documents confidentiels de la diplomatie marocaine, Charlie Hebdo a été pris pour cible le 7 janvier 2015
Sous le titre de « Charlie Hebdo : La piste marocaine », Coleman dévoila une lettre envoyée par l’ambassadeur du Maroc au Yémen en date du 20 janvier 2014, dans laquelle l’ambassade de France à Sanaa demandait la coallaboration du Maroc pour l’identification des franco-marcocains qui se battaient avec Al Qaida contre le mouvement chiite des haouthies au Yémen. 
Un mois après, le 26 février 2014 plus précisément, Rabat, craignant un changement dans la politique de François Hollande vis-à-vis de la question du Sahara Occidental, annonce la suspension des relations de coopération sécuritaire avec la France. Onze mois après, le 7 janvier 2015, la France tremblait par l’horreur de la tuerie de Charlie Hebdo et le crime est revendiqué du Yémen par la branche d’Al Qaida dans la Peninsule Arabe. De là où la France est venu solliciter l’aide du Maroc.
Le 31 janvier 2015, Rabat et Paris annoncent avoir rétabli leur accord de coopération judiciaire et sécuritaire. 
Le document révélé par Coleman dévoile la manipulation des terroristes par les services secreta marocains. Les attentats qui suivront vont tous êtres exécutés par des retoritssants marocains et ils coïncident avec des échéances importantes pour le dossier du Sahara Occidental. Ceux de Bruxelles viennent  au moment où la tension est montée d’un cran entre le Maroc et l’ONU rappeler la menace terroriste 
En 2004, les auteurs des attentats de Madrid étaient tous marocains. Depuis lors, l’Espagne s’est aligné sur la position marocaine dans le conflit du Sahara Occidental. C’est autour de l’Europe de mettre à genou face au terrorisme d’Etat marocain.