Sahara occidental – L’ONU déterminée à résoudre le conflit

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a indiqué hier avoir demandé à son envoyé spécial, Christopher Ross de reprendre ses tournées pour relancer les pourparlers entre le Maroc et le Front Polisario dans le cadre du règlement de la question sahraouie.
Evoquant sa visite dans les camps des réfugiés, il a indiqué que ces derniers “souffrent depuis des générations”, précisant avoir discuté avec “des jeunes qui perdent foi dans l’avenir”. “Je leur ai promis de tout faire pour que les choses avancent”, a-t-il ajouté. “Les parties en conflit n’ont fait aucun progrès réel dans les négociations devant aboutir à une solution politique juste, durable et acceptable par tous, fondée sur l’autodétermination du peuple du Sahara occidental”, a encore regretté Ban Ki-moon Il a ajouté avoir rencontré les membres du personnel de la MINURSO, qui font preuve, a-t-il dit d’un “grand dévouement” précisant qu’ils sont “prêts à aider à organiser un référendum s’il y a un accord entre les parties”. “Je me suis rendu dans plusieurs sites et je compte aller prochainement au quartier général de la mission, à Laayoune, au Sahara occidental”, a-t-il dit “Je suis profondément attristé par cette tragédie humanitaire. Le monde ne peut continuer à négliger les Sahraouis” qui espèrent, a-t-il dit, “l’appui de la région, de l’ONU et de la communauté internationale. Nous devons réagir”. Dans ce sens, Ban a annoncé qu’il convoquera “prochainement” une réunion de donateurs “en vue de réunir des fonds pour que les besoins des réfugiés sahraouis puissent être satisfaits”. Par ailleurs, le SG de l’ONU a indiqué avoir évoqué aussi avec le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra la situation en Libye. Ils ont exprimé à ce propos leur “profonde inquiétude”. “J’apprécie énormément le rôle que joue l’Algérie, notamment en accueillant les pourparlers des Libyens organisés sous l’égide des Nations unies”, a ajouté Ban Ki-moon. Il a relevé en outre que des informations “alarmantes” parviennent de la Libye “sur des actes graves qui pourraient constituer des crimes de guerre”. “Tous les acteurs extérieurs doivent user de leur influence pour calmer la situation. Si les choses ne progressent pas sur le plan politique, la crise humanitaire s’aggravera et les atteintes à la sécurité, y compris les attaques de Daech, qui se multiplieront et gagneront du terrain”, a averti M. Ban. Pour ce qui est du Mali, le SG de l’ONU a exprimé ses “remerciements” à l’Algérie pour sa médiation ayant abouti à la signature d’un accord de paix et de réconciliation dans ce pays. “J’ai également remercié R. Lamamra de l’engagement que l’Algérie continue de manifester en faveur du Mali, en tant que principal médiateur du processus de paix. Nous sommes convenus de continuer à pousser pour que la médiation aboutisse”.
Ban Ki-moon reçu par le Président Bouteflika et le Premier ministre, Abdelmalek Sellal
Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a reçu hier à Alger le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, en visite officielle en Algérie. L’audience s’est déroulée en présence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, du ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, et du ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etat arabes, Abdelkader Messahel. Le secrétaire général de l’ONU est arrivé dans la soirée de samedi à Alger dans le cadre de sa tournée dans la région en vue de relancer les négociations pour le règlement du conflit au Sahara occidental, opposant le Maroc et le Front Polisario. Auparavant le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avait reçu à Alger le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon. Les deux parties ont procédé, à cette occasion, à “l’évaluation exhaustive des relations historiques de coopération entre l’Algérie et le système des Nations unies et la volonté commune de leur donner une nouvelle impulsion Abordant les questions internationales et régionales à la tête desquelles la question du Sahara occidental, le Premier ministre a eu à souligner l’ “engagement de l’Algérie en faveur des idéaux et principes de la Charte de l’ONU”. A. Sellal a réitéré le “soutien de l’Algérie aux efforts du Secrétaire général et de son Envoyé spécial Christopher Ross, pour parvenir au règlement de cette question et de permettre au peuple sahraoui d’exercer son droit inaliénable à l’autodétermination conformément au droit international et aux résolutions de l’ONU y afférentes”. Il a rappelé également la “contribution de l’Algérie en matière de règlement des conflits à travers les différentes médiations qu’elle a conduites dont les plus récentes entre les parties maliennes et les efforts qu’elle a fournis afin de faciliter le dialogue en Libye”. Sur ce dernier point, le Premier ministre a réitéré l’ “attachement” de l’Algérie à “la solution politique exclusive pour cette crise”. Le Premier ministre et l’invité de l’Algérie ont eu, par ailleurs, à aborder “les politiques publiques mises en place par le gouvernement algérien et orientées vers le développement humain”. “Ils ont également discuté de la problématique des changements climatiques”,
l’entretien s’est déroulé en présence du ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra.