Ban Ki-moon tente de se racheter avec quelques sacs de farine et de lait en poudre

Depuis janvier 2007, il est Secrétaire Général des Nations Unies. L’année où le Conseil de Sécurité a décidé de mettre à table les deux acteurs du conflit du Sahara occidental, le Maroc et le Front Polisario.
Au lieu de les mettre à table, Ban Ki-moon a fait exactement le contraire. Il a accepté la demande du Maroc de mener des négociations indirectes sous l’égide de son Envoyé Personnel pour le Sahara Occidental, Christopher Ross.
Son rapport sur le Sahara Occidental qu’il soumet au Conseil de Sécurité tous les mois d’avril, est devenu un rapport de la France et du Maroc, où sont vantés des présumés progrès dans le domaine des droits de l’homme et où on félicite le Maroc pour ceci et cela.
Il s’est rabaissé devant le Maroc au point que l’arrogance de celui-ci n’a pas arrêté de monter au point de demander á l’Envoyé Personnel Ross d’écarter le Front Polisario des négociations et mettre l’Algérie à sa place.
Ainsi, après s’être incliné devant les pressions de la France et du Maroc pendant près de 10 ans, Ban Ki-moon, à quelques mois de la fin de son mandat, veut quitter les lieux en se donnant une image louable chez les sahraouis. Comment? En ramassant quelques sacs de riz, de lait en poudre, de lentilles et de farine.