Des choix qui puisent leur foi dans les idéaux de Novembre 54

A l’occasion du 40e anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), le président de la République, Abdelaziz Bouteflika dans le message qu’il a adressé à son homologue sahraoui, Mohamed Abdelaziz, a réaffirmé que  » l’Algérie ne ménagera aucun effort pour apporter son soutien  » à la proposition du SG de l’ONU visant à relancer les négociations directes entre le Maroc et le Front Polisario, pour parvenir à une solution  » juste et durable  » garantissant au peuple sahraoui son droit à l’autodétermination. 
A travers ce message le chef de l’Etat vient d’administrer une leçon de calme, de paix et de maturité en ce qui concerne le respect et le soutien aux démarches déployées par les Nations unies en vue de mettre un terme à ce conflit qui dure depuis plus de quarante ans. Ainsi, la réaffirmation par le président Bouteflika du soutien de l’Algérie aux droits légitimes des Sahraouis met fins aux affabulations d’une certaine propagande véhiculée ici en Algérie et largement reprise par les stratèges du Makhzen. S’en remettre au droit international, aux principes de la décolonisation qui sont les priorités du Conseil de sécurité de l’ONU, c’est la position permanente de l’Algérie et son attachement engagé pour  » le respect du principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, à la stricte mise en œuvre de la doctrine des Nations unies dont sont justiciables les pays et les peuples coloniaux et la promotion des vertus du dialogue « , a encore souligné le président Bouteflika. 
Ce message recouvre une importance capitale pour la relance des négociations directes entre les deux protagonistes surtout qu’il intervient à la veille de la visite dans la région du SG de l’ONU, Ban Ki-moon. Il vient également remettre fin aux affabulations de la propagande royale selon lesquelles le problème du Sahara occidental a été une création de l’Algérie. 
L’Algérie à travers son soutien à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental, ne fait en fait qu’éliminer les illusions marocaines, nées d’une analyse erron ée des profondes motivations de la politique de l’Etat algérien envers ce problème. 
Le Makhzen table toujours sur un abandon du principe de soutien accordé par l’Algérie au Front Polisario. Le président Bouteflika à travers le message adressé à Mohamed Abdelaziz a confirmé et consolidé ce soutien. En effet, de Ben Bella à Bouteflika l’engagement de l’Algérie sur la question Sahraouie n’a jamais varié d’une virgule. 
Ce rappel devrait être médité par l’establishment militaire et diplomatique de Rabat, profondément ébranlé plus que jamais, notamment que la Résolution n° 2218- 2015 du Conseil de sécurité des Nations unies réaffirmant sa volonté d’aider les parties à parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le cadre d’arrangements conformes aux buts et principes énoncés dans la Charte des Nations unies, et notant le rôle et les responsabilit és des parties à cet égard, réaffirmant également son ferme appui aux efforts que le SG et son Envoyé personnel font pour mettre en application les dizaines de résolutions de 2007 à 2014, a demandé à nouveau aux parties et aux Etats voisins de coopérer plus pleinement avec l’Organisation des Nations unies et les uns avec les autres et de s’impliquer plus résolument pour mettre fin à l’impasse actuelle et progresser sur la voie d’une solution politique.
L’Algérie depuis la  » marche verte  » organisée par Feu le roi Hassan II a toujours proclamé son indéfectible solidarité avec le peuple du Sahara occidental, son avant-garde, le Front Polisario, et ses combattants, proclamant l’appui sans réserve du peuple algérien à sa juste cause jusqu’à l’exercice de son droit à l’autodétermination, la réalisation de ses droits légitimes à la souveraineté nationale et à l’indé- pendance. 
Enfin, il faut rappeler que le président Bouteflika ne cesse de rappeler au  » peuple frère  » du Maroc et à ses forces authentiquement progressistes afin de prendre conscience de la gravité des entreprises de division des peuples du Maghreb, exprimant l’indé- fectible attachement du peuple algérien à l’unité maghrébine, facteur de renforcement du courant unitaire du monde arabe. 
B.C.
Le Maghreb, 29/02/2016