Panique à Rabat : le Makhzen veut coûte que coûte empêcher la visite de Ban Ki-moon à Laâyoune

Algeriepatriotique a appris de sources sûres que le Maroc a essayé de faire pression sur le secrétaire général de l’ONU pour l’amener à reporter son projet de visite dans la région. Ce déplacement est prévu pour le mois de mars. 
Le ministre marocain des Affaires étrangères s’est déplacé à Londres, dans le cadre de la conférence des donateurs sur la Syrie, où il a remis à Ban Ki-moon une lettre du roi du Maroc, Mohammed VI, dans laquelle il appelle le secrétaire général de l’ONU à reporter son déplacement au «Maroc», en faisant sciemment l’impasse sur le projet de Ban Ki-moon de visiter également les territoires sahraouis occupés, ont indiqué nos sources. 
Le Makhzen veut absolument éviter que cette visite puisse intervenir avant la réunion du Conseil de sécurité de l’ONU prévue en avril pour la reconduction de la Minurso et, éventuellement, que le secrétaire général de l’ONU puisse se rendre à Laâyoune, dans les territoires sahraouis occupés. «En effet, expliquent nos sources, le rapport de cette visite in situ pourrait se révéler explosif pour les tenants de la thèse de l’autonomie et le secrétaire général de l’ONU pourrait être tenté d’imputer clairement la responsabilité au Maroc dans l’impasse actuelle et le fait que ce pays sape systématiquement les efforts de l’envoyé personnel Christopher Ross». 
Il convient de relever la fermeté du secrétaire général de l’ONU qui a sèchement répliqué au ministre marocain des Affaires étrangères, Salah-Eddine Mezouar, qu’il était décidé à maintenir son déplacement dans la région en mars prochain comme convenu. Un sentiment de panique s’est, depuis, emparé du Makhzen qui a décidé de dépêcher en catastrophe des émissaires pour bloquer le projet de Ban Ki-moon qui a décidé de se rendre uniquement à Tindouf si le Maroc refusait son déplacement à Laâyoune. 
Nos sources révèlent, par ailleurs, que c’est dans ce cadre que la ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères, Mbarka Bouaida, a été dépêchée «en toute urgence» à Washington et que le roi Mohammed VI se déplacera mercredi prochain à Paris, où il compte des sujets au sein du gouvernement Valls, pour tenter de faire obstruction à la visite du secrétaire général de l’ONU. 
Pour «noyer» cette visite et la dévier de son véritable objectif lié au conflit du Sahara Occidental, Rabat suggère qu’elle ait lieu en marge du prochain sommet arabe prévu au Maroc.
Karim Bouali