Moroccoleaks : Sommet de l’Elysée sur la paix et la sécurité en Afrique, Paris. 6-7 Décembre 2013

Sommet de l’Elysée sur la paix et la sécurité en Afrique qui aura lieu à Paris les 6 et 7 Décembre 2013

Monsieur le Conseiller de Sa Majesté le Roi

J’ai l’honneur de vous faire part ci-après de quelques éléments d’information concernant le  Sommet de l’Elysée sur la paix et la sécurité en Afrique qui aura lieu à Paris les 6 et 7 Décembre 2013.
Participants : Tous les chefs d’Etat des pays africains membres des Nations-Unies ont été invités, à l’exception de ceux qui sont suspendus de l’Union Africaine. Pour ces pays, des solutions intermédiaires sont en cours d’examen pour assurer leur participation à des niveaux de représentation inférieurs.  Guinée Bissau ( ?), Madagascar( ?), République Centrafricaine (Premier Ministre) et Égypte (Premier Ministre ou MAE).
Plusieurs Chefs d’Etat on déjà confirmé leur participation, notamment, la Tunisie, la Mauritanie, la Lybie  le Sénégal, le Mali, La Guinée, le Niger, le Tchad, le Nigéria (le Président est en convalescence aux USA), le Gabon, le Ghana, la Côte d’Ivoire, la RDC et l’Afrique du Sud (des doutes malgré confirmation préalable).  L’Union Africaine sera représentée par Madame Zuma, Présidente de la CUA.
L’UE sera représentée par son Président Monsieur Van Ron Puy
L’ONU par M. Ban Ki Moon (Secrétaire Général), M. Feltman (Chef du Bureau politique) et M. Ladsus (Chef des Opération de maintien de la paix).  
Déroulé
Jeudi 5 Décembre :
Réunion des MAE (format 1 plus 1) suivie d’un dîner (1 + 1) pour finaliser les textes à soumettre à la réunion au Sommet des chefs d’Etat.
Vendredi 6 Décembre : Sommet  (à partir de 13 h)
Ouverture officielle (Elysée)
Réunion à huis-clos sur thème  » PAIX ET SECURITE  » (1 + 2)
Dîner officiel
Samedi 7 Décembre :
Réunions à huis-clos sur les thèmes  » Partenariat Économique et développement  » et  » Changement Climatique  » (1 + 2)
Remarque particulière
Une tendance lourde semble se dessiner à la veille de se Sommet, est que la France pourrait concéder dans le cadre de la nouvelle alliance France-Afrique, un rôle central à l’Union Africaine, notamment en matière de paix et de sécurité. A cet égard, et en vue de permettre à l’Afrique de capitaliser sur l’ensemble de ses acquis et des ses expériences, il sera de mise à ce que le rôle de l’UA ne pourra aucunement être exclusif et devra être conforté par le renforcement de la responsabilité directe des organisations régionales africaines qui au demeurant ont accumulé une grande expérience et expertise dans ce domaine et disposent d’atouts pertinents, eu égard à la particularité du continent africain, pour se positionner comme partenaire central en matière de paix et de sécurité.
L’autre pilier qui devra être privilégié, et par conséquent renforcé la position de notre pays, est celui de la mise en place de bases claires pour la promotion des partenariats internationaux en matière de paix et de sécurité, pour d’une part permettre aux pays africains de surmonter les obstacles financiers qui les handicapent et d’autre part renforcer au maximum la transparence des actions d’aide et de coopération dans ce domaine.
Ces éléments devront être pris en considération dans la déclaration finale dudit Sommet.
Haute Considération
Moha Ouali TAGMA