Moroccoleaks : PV de la reunion de Nasser Bourita avec Ludo Pouille, chargé d’affaire à l’ambassade de France à Rabar

PV de la réunion de Monsieur le Secrétaire général du MAE M. Nasser Bourita avec le chargé d’affaires de l’Ambassade de Français M. Ludo Pouille.



Monsieur le Secrétaire général du MAEC, l’Ambassadeur Nasser Bourita a tenu, le 12 août 2014, à sa demande, une réunion avec M. Ludovic Pouille, Chargé d’affaires Ad Intérim de l’Ambassade de France Maroc. Cette réunion porte sur les deux points suivants :
  1. Décision d’interdiction d’entrée au territoire marocain de deux françaises :
M. le secrétaire général a fait part de la décision des autorités marocaines de l’interdiction d’entrée au Maroc de Mme Décastère et Mme Mangin, en soulignant ce qui suit :
  • La décision ne remet pas en cause la doctrine marocaine sur l’ouverture du territoire aux étrangers ;
  • C’est une décision souveraine qui fait partie des prérogatives de chaque Etat ;
  • elle concerne précisément et spécialement des personnes physiques qui commettent des actes d’hostilité envers le Maroc et ses institutions.
  • Le Maroc précise qu’il ne s’agit pas d’un acte contre les français ;
  • Cette action vise à neutraliser les actes qui pourraient nuire aux relations entre le Maroc et la France ;
  • C’est une action qui concernera des personnes d’autres pays, notamment l’Espagne ;
  • Les deux cas en question entrent en qualité de touristes et commencent à participer à des manifestations et recherchent des témoignages pour mener des actions hostiles contre le Maroc.
  • Ces « touristes » multiplient les visites et nuisent lors des manifestations, notamment celle de Tanger aux autorités marocaines.

Monsieur le Secrétaire général a présenté les preuves sur les attitudes hostiles des deux françaises.
En réaction M. Pouille a exprimé :
  • L’Ambassade prend note de la décision marocaine qui sera notifiée à Paris sans pour autant pouvoir anticiper la réaction française ;
  • La décision de Rabat pourrait engendrer d’autres actions de la part d’autres activistes ;
  • Le cas de Madame Mangin a été soulevée par le diplomate français, partant du fait que son mari est détenu au Maroc et qu’elle est en droit de le visiter ;
  • L’Ambassade souhaite être informée s’il y a une mesure d’expulsion pour assurer la protection consulaire des intéressées.
M. le secrétaire général a souligné que Mme Mangin pourra effectuer une demande de visite qui sera traitée conformément à la législation marocaine, pour lui octroyer une autorisation de visite de son mari, rappelant que son récent voyage au Maroc a été utilisé à d’autres fins et non pour visiter son mari.
Suite à cela, M. le secrétaire général a eu un échange avec le chargé d’affaires sur le cas des détenus français au Maroc et des demandes de leur transfert.
M. le secrétaire général a affirmé que la Commission nationale traite les demandes sur la base de critères bien définis et qu’elle donne suite, avec la célérité requise, aux demandes formulées par les services consulaires français.
  1. Nouveau représentant de l’AFP au Maroc :
L’Ambassadeur Nasser Bourita a fait part de l’information selon laquelle l’AFP à Rabat est sur le point d’emboucher un nouveau représentant (marocain) dont les positions seraient plus radicales que son prédécesseur.

Le diplomate marocain s’est interrogé au sujet de la propension de l’AFP de recruter de tels profils qui ne répondent aux critères du métier et sont foncièrement hostiles au Maroc.