Moroccoleaks : Les formules onusiennes qui dérangent au Maroc

Maroc, Sahara Occidental, MINURSO, ONU
Azzeddine Farhane, Directeur des Nations Unies et des Organisations Internationales, dans un note envoyée le 5 mai 2014, fait une lecture dans le rapport du SG de l’ONU sur le budget du financement de la MINURSO (juillet 2014/juin 2015) qui laisse entrevoir les aspects qui dérangent le gouvernement marocain dans le mandat de la MINURSO. A savoir : 
– Le rapport confirme le mandat de la MINURSO, qui se limite à l’observation et à la surveillance du cessez-le-feu, et ignore la référence à l’organisation d’un référendum d’autodétermination. Ce qui cadre avec la position du Maroc et des Nations Unies qui ont établi le constat de son inapplicabilité en raison des divergences fondamentales entre les poins de vues des parties au sujet de la mise en œuvre du plan de règlement. 
– Le rapport met en exergue que le mandat de la MINURSO consiste à « aider le Conseil de Sécurité à atteindre un objectif général, qui est de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara Occidental », sans faire référence à la formule « dans le cadre d’arrangements conformes aux buts et principes énoncés dans la Charte des Nations Unies », consacrée dans le langage des résolutions 1754, 1783, 1813, 1871, 1920, 1979, 2044 et 2152 du Conseil de Sécurité. 
– Le rapport ne fait nullement référence, ni à l’élargissement de la MINURSO pour y inclure une composante « droits de l’homme », ni à la mise en place d’un mécanisme de monitoring de la situation des droits de l’homme dans la région du Sahara.