Les principaux axes de la diplomatie marocaine en particulier dans sa dimension latino-américaine

Les principaux axes de la diplomatie marocaine en particulier dans sa dimension latino-américaine
  • La diplomatie marocaine est animée par une ambition et caractérisée par une démarche et un style d’action.
  • Une ambition tout d’abord, celle d’être adaptée au monde nouveau dans lequel elle s’inscrit. Cela suppose une capacité d’adaptation à de nouveaux enjeux et à de nouveaux défis.
  • L’action diplomatique du Maroc ne se fonde pas sur la rhétorique mais sur l’action et la réalisation de projets concrets sur lesquels nous souhaitons travailler avec nos partenaires sur la base du respect mutuel.
  • L’action diplomatique du Maroc se fonde sur le respect de principes :
  • Respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale des Etats.
  • Privilégier le dialogue et la négociation dans la résolution des différends.
  • Respect des droits de l’Homme et de l’Etat de droit.
  • Promotion de la coopération Sud/Sud à travers de nouveaux partenariats gagnants/gagnants.
  • L’ambition du Maroc est d’être pleinement acteur sur la scène internationale et d’imprimer son style et ses valeurs à travers une démarche.
  • Cette démarche quelle est–elle ?
  • Le rôle diplomatique du Maroc s’inscrit en premier lieu dans son environnement géographique immédiat :
  • Environnement arabo-musulman
  • Engagement historique en faveur de la paix au Moyen Orient basée sur la solution des deux Etats (Israël/Palestine). Le Maroc est un acteur engagé en tant que Président en exercice du Conseil Ministériel de la Ligue Arabe.
  • Engagement au sein de l’OCI (Présidence du Comité Al Qods par Sa Majesté qui s’est réunit en janvier dernier au Maroc).
  • Engagement en faveur du dialogue entre les religions et les civilisations pour la promotion des valeurs de tolérance.
  • Environnement africain et maghrébin
  • La construction d’un Maghreb uni est un axe stratégique contrarié par les difficultés artificielles créées autour du différend régional sur le Sahara marocain.
  • Solidarité avec la Libye dans ses efforts de construction de nouvelles institutions démocratiques.
  • Partenariat en faveur de la paix en Afrique.
  • Le Maroc est un des principaux contributeurs des forces de maintien de la paix des Nations Unies. Les casques bleus marocains sont engagés en Côte d’Ivoire, au Centrafrique et en RDC.
  • Aux côtés du Mali (Hôpital à Bamako). Diplomatie cultuelle/ formations d’Imams.
  • Nouvelle diplomatie économique pour un partenariat gagnant/gagnant au bénéfice des africains.
  • Statut Avancé avec l’Union Européenne, axe stratégique malgré quelques vicissitudes actuelles.
  • A l’échelle multilatérale : Engagement permanent en faveur des idéaux de la Charte des Nations Unies.
  • Le Maroc a été membre non permanent du Conseil de Sécurité (2012-2013) où il a été porte parole de l’Afrique et du monde arabe.
  • Actuellement, membre du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies.
  • Le Maroc n’est pas engagé uniquement dans son environnement géographique immédiat. Le Maroc est ouvert et s’intéresse au monde dans toute sa richesse et dans toute sa globalité.
  • Un grand écrivain espagnol a dit que « les frontières sont les cicatrices de l’histoire ».
  • Dans le monde d’aujourd’hui, il faut voir plus loin et se fixer de nouveaux horizons. Les frontières « mentales » liées à la distance géographique doivent disparaître.
  • Certes, un océan sépare le Maroc du Pérou mais en parcourant les rues de Lima, je réalise combien tant de choses nous unissent. Il y a beaucoup de points communs entre nos cultures respectives, de valeurs partagées.
  • Sa Majesté Le Roi a ouvert la voix en 2004 lors de sa tournée en Amérique Latine.
  • Je viens aujourd’hui pour renouveler ce message : Le Maroc tend la main à votre pays et à votre continent. Le Maroc peut être une porte d’entrée pour le Pérou vers l’Afrique et le monde arabe.
  • Le Pérou historiquement s’est toujours tenu du côté du Maroc s’agissant du respect de son intégrité territoriale, en particulier aux Nations Unies.
  • La diplomatie péruvienne a toujours été empreinte de grande sagesse. N’est – ce pas grâce à un très grand diplomate péruvien, Javier Perez De Cuellar, que l’ONU a pu retrouver ses lettres de noblesse à la fin de la guerre froide ?
  • Le Maroc est disposé à mobiliser son réseau diplomatique en Afrique (19 Ambassades) pour promouvoir des projets communs.
  • De nouvelles perspectives se forgent en Afrique et dans le monde arabe. C’est maintenant qu’il faut les saisir.
  • Notre réseau diplomatique en Amérique Latine (10 Ambassades) est amené à s’étoffer, signe de notre intérêt.
  • Pourquoi ne pas commencer par le culturel ?
  • D’abord œuvrer à rapprocher les peuples, apprendre à mieux nous connaître et promouvoir les échanges économiques : Potentiel énorme (1,1 milliard d’habitants en Afrique, et 623 millions d’habitants en Amérique Latine).
  • Il n’y a pas de barrage linguistique avec le Maroc.
  • L’Afrique et l’Amérique du Sud : plus d’un ¼ de l’humanité.
  • Nous devons travailler sur tous les fronts pour renforcer nos relations
  • Il faut établir des ponts entre les deux continents (Amérique Latine/ Afrique et monde arabe).

  • C’est un message d’amitié, de fraternité, et d’invitation à l’action commune que je souhaitais vous transmettre.



SOURCE : Note interne du MAE marocain