Sale temps pour le Makhzen : Coleman est de retour

Le Makhzen marocain a survécu aux coups d’Etats, aux complots militaires et civils, aux luttes des démocrates, aux soulèvements du dénommé Printemps Arabe, grâce notamment au soutien des puissances occidentales. Jusque-là, le régime du Maroc se croyait invulnérable. Mais soudain, un homme ou groupe d’hommes, sous le pseudonyme de Chris Coleman renversent la balance et les géants du Makhzen sont devenus des pygmées. 
Du jour au lendemain, la machine du Makhzen est ébranlée. Tous les secrets de sa politique sur le Sahara Occidental sont dévoilés. Le hacker Coleman n’a pas choisi le sujet de l’argent volé par les responsables marocains ni leurs comptes en banque à l’étranger, ni les violations des droits de l’homme, ni les mensonges sur le modèle démocratique marocain. Non, il a visé la question du Sahara Occidental, devenue la raison de vivre de la monarchie marocaine pour affirmer son leadership dans la région du Maghreb et l’Afrique du Nord.
Coleman a ouvert les yeux des marocains qui voyaient dans l’invasion du Sahara Occidental l’épopée du siècle. Il a dévoilé les défaillances d’une diplomatie marocaine basée sur ce dont le régime excelle : la corruption et le mensonge.
Grâce à Coleman, les marocains ont découvert que la communauté internationale considère le Maroc comme un pays colonisateur qui occupe un territoire non-autonome et qui doit respecter le droit à l’autodétermination des sahraouis.
Mais le véritable cauchemar du Makhzen est que le déballage continue et le gouvernement marocains doit s’attendre au pire. 
La réactivation, ce matin, du compte Twitter de Coleman, était un cadeau de Noël pour les démocrates et une gifle pour les sujets du Makhzen. 
Joyeux retour parmi nous, Coleman et au diable les nervis du Makhzen!