Atteintes aux droits de l’Homme : Le Maroc de nouveau épinglé

Le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’homme (REMDH) a dénoncé « les attaques marocaines répétées » contre les organisations de défense des droits de l’homme, notamment dans les territoires occupés du Sahara occidental. 
Dans une lettre ouverte au Conseil d’association Union européenne-Maroc, qui doit se réunir le 16 décembre prochain, le réseau a condamné « les attaques répétées dont font l’objet les organisations de défense des droits de l’homme, notamment au Sahara occidental », appelant « à mettre un terme aux arrestations arbitraires lors de manifestations pacifiques » des Sahraouis. 
Le Réseau a appelé le Maroc à mettre un terme également à l' »harcèlement judiciaire des activistes revendiquant leur droit à manifester pacifiquement, notamment sur le territoire du Sahara occidental, libérer les manifestants détenus suite à des condamnations arbitraires et abandonner les charges retenues contre eux ». 
Il a exhorté le Maroc « à garantir de manière effective l’exercice des droits aux libertés de réunion, d’expression et d’association par tout individu ou groupe sans discrimination, notamment au Sahara occidental » occupé. 
Le REMDH a dénoncé « l’usage excessif et inutile de la force lors de plusieurs manifestations », appelant le Maroc « à garantir de manière effective la liberté de se rassembler et de manifester pacifiquement et d’exprimer leurs opinions ». 
« Ces restrictions de la liberté d’association sont encore plus systématiques au Sahara occidental, où pour des raisons politiques, plusieurs associations n’obtiennent pas leur reconnaissance légale, ce qui limite directement leur capacité d’organiser des réunions publiques ou d’appeler à manifester », a relevé le Réseau. 
Le REMDH a demandé à l’UE de rappeler à ses interlocuteurs marocains « l’impérieuse nécessité d’appliquer en tous lieux et en tous domaines la même volonté de respecter les droits fondamentaux de chacun », appelant à lever les « obstacles administratifs et politiques qui empêchent certaines associations de défense des droits de l’homme et autres associations, notamment sahraouies, d’obtenir leur statut légal ». 
Précisant que le Conseil d’association UE-Maroc se tient après la tenue au Maroc du deuxième Forum mondial des droits de l’Homme, le Réseau a dénoncé l’interdiction d’accès au territoire « dont ont été victimes des défenseurs des droits de l’homme syriens et irakiens ainsi que la saisie, par la douane marocaine, de documents officiels de participants au Forum ». Institué en 1997, le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’homme est composé de plus de 60 membres représentant des organisations de défense des droits de l’homme, des institutions et des personnes situées dans 30 pays de la région euro-méditerranéenne.