Les journalistes français savaient-ils qu’ils travaillaient `pour la DGED marocaine?

D’après les documents dévoilés par le hacker marocain Chris Coleman, l’information coulait avec fluidité entre certains journalistes français et le directeur du journal L’Observateur du Maroc , Ahmed Charai, qui á son tour rapportait à Mourad El Ghoul, Directeur du Cabinet de Yassine Mansouri, le patron de la DGED marocaine.
Ils travaillaient comme collaborateurs pour L’Observateur du Maroc en vue de couvrir les autres activités qu’ils menaient pour le service du renseignement marocain.
-Parmi ces activités, relayer la propagande du Maroc pour améliorer l’image du roi Mohammed VI. Dans ce domaine, Vincent Hervouet faisait un véritable travail de mouchard de toutes les publications apparues en France contre le roi du Maroc et son pays. Le 01/03/2012, il a envoyé un message « urgent » et il demandait un « accusé de réception » , où il rapportait que «le livre d’Eric Laurent sur Ton Roi trouve de l’écho à Paris et le type fais carrément campagne. Il parle de menaces physiques à travers des messages anonymes, incroyable ! ». Lors de la sortie du livre de Khalid Jamai, “Après l’Etat makhzénien, arrive l’Etat chmakri », Hervouet remarque dans un email daté du 22/06/2012, que “c’est du travail de communication. De l’ »l’agit prop », assez professionnel. Ils occupent le terrain. Ils saturent la rédaction. Ils finissent par imposer leur lubbies. Tu dois venir à Paris pour qu’on en parle…Avant que ce ne soit trop tard ».
– Ahmed Charai s’adressait à eux pour toute sorte de renseignement dans le domaine médiatique. Le 10/01/2010, Dominique Lagarde informe Charai d’une interview dans l’Express d’une universitaire de l’IFRI, « assez critique sur le raidissement des autorités vis-`s-vis de la presse » au Maroc. « Moi, je n’ai pas eu echo, mais il semble que quelqu’un de proche du palais, un certain Terab, directeur de l’office des phosphates ait contacté l’IFRI pour protester. J’ai vu JP Tuquoi dans une conférence à Paris. Il paraît que le Palais, à travers cet office, est devenu bailleur de fond de l’IFRI (?) . Je n’en sais pas plus » dit-elle. Le 11/05/2011, elle lui rapporte que « l’entretien avec Mly Hicham était à sa demande et par le biais de C. Barbier ».
-Ils étaient convoqués pour des conférences-débats de propagande organisées par le Maroc, à l’instar de celle organisée le 17 décembre 2008 à Paris, au Cercle National des Armées, pour présenter le livre de Henri Védié sur les « réalisations » du Maroc au Sahara Occidental.
– En vue d’épargner au Maroc les effets du Printemps Arabe, ces journalistes se chargeront de vanter les réformes de la nouvelle Constitution marocaine. 
– Publicité pour le Projet de Tanger : « Hervouet, il parlera du Projet dans son Journal de jeudi a 18h45 (heure de paris), Mireille duteil fera un papier sur le point et Dominique Lagarde aussi dans l’Express.fr », signale Charai le 07 janvier 2012
En plus de la communication, ces journalistes étaient utilisés dans des plans pour déstabiliser l’Algérie et le Front Polisario. Ils ont participé à la promotion du gouvernement provisoire du MAK, une création du Makhzen marocain. Hervouet a confectionné une video accusant les sahraouis d’être derrière l’enlèvement de deux français au Mali. Ses attaques contre l’Algérie remplissent les colonnes du journal marocain L’Observateur du Maroc. Un véritable travail de mercénariat. 
Voici la liste des journalistes constamment convoqués et évoqués dans les mails échangés entre Ahmed Charai et la DGED :
Mireille Duteil: Le Point
Dominique lagarde : L’Express
José garçon: ex Libération, actuellement à Medi1 sat et chroniqueur à La Revue « Stratégie »
Vincent Hervouet: LCI
Florence beaugé : Le Monde
Ruth ElKrief: BFM TV
Elaine Sciolino: Directeur bureau paris de The New York Times
Jean Pierre El Kabbach: Président Europe1

Lien des mails échangés entre la DGED marocaine et les journalistes français :

http://www.mediafire.com/download/fkw8lcqmg4afuf6/Hervouet%26consorts.rar